Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 26 août 2013

2 auteurs, 3 titres, une collection Pièces montées

3 titres à vous proposer en précommande pour s’avancer jusqu’aux portes de l’automne.

A paraître le 10 octobre dans la Collection Pièces montées

Le premier auteur, Gérard Sendrey, vit à Bègles. Un des trois premiers auteurs publié au début de l'aventure éditoriale des Dessert de Lune en 1995, avec "Carnet d'aventure en chambre pour que le temps passé résiste à l'usure du temps", "Sourires d'outremer", "Le poète avait des couilles" et "Têtes de pipes au calame". Ses créations sont exposées dans de nombreux musées et galeries à travers le monde.

Avec «Carnet d’Embrouillaminis et de Melting pot» et «Carnet de Melting pot et d’Embrouillaminis», deux carnets de dessins en couleurs et de poèmes écrits à la main, il nous entraîne dans son univers où les mots viennent donner la cadence aux couleurs qui en connaissent un bout pour danser le rondeau. Deux fois 40 pages au format 17 x 22 cm. 

En savoir plus sur l'auteur  gérard sendrey,art brut,poésie,yves budin,david bowie,pop,rock,musiquegérard sendrey,art brut,poésie,yves budin,david bowie,pop,rock,musiquehttp://www.artvisceral.com/artist.asp?artistID=113

 

gérard sendrey,art brut,poésie,yves budin,david bowie,pop,rock,musiqueLe deuxième auteur, Yves Budin, vit dans la région liègoise. Après avoir mis ses textes et ses dessins sur les notes de Miles Davis (Visions of Miles), marché sur les traces de Jack Kerouac (Visions de Kerouac), mise en image une chanson de Nina Simone (Sinnerman), créé une série de 10 cartes postales pour la collection Reflets de Lune, illustré les livres de JC Belleveaux, JJ Marimbert, il monte sur scène avec son « Visions of Bowie », préfacé par Gilles Verlant, et nous offre un concert de portraits, d’attitudes, de poses, de rock ‘n’ pop et de pop ’n’ roll qui clôt la série des « Visions ». 96 pages au format 18,5 x 23 cm. En savoir plus sur l'auteur : http://www.yvesbudin.com/

Ces 3 nouveautés sont numérotées et comprennent quelques exemplaires accompagnés d’une œuvre originale signée par les auteurs.

Pour télécharger et compléter le bon de précommande, cliquez sur Bon de précommande.pdf ou Bon de précommande.doc ou envoyez un mail à dessertlune@gmail.com pour le recevoir.

 

dimanche, 11 août 2013

Extrait d'un autre titre à paraître aux Dessert de Lune

De cet auteur, déjà publié 3 fois aux Dessert de Lune, je ferai paraître fin septembre, début octobre 2 ouvrages largement illustrés qui se glisseront dans la collection Pièces Montées.

Le premier ouvrage aura pour titre "Embrouillaminis & Melting pot" et le second "Melting pot & Embrouillaminis"

Voici un extrait d'un des 2 ouvrages. Dans quelques jours, les titres, le nom de l'auteur, des visuels et le bon de précommande.

Par les frasques du Mont Ventoux

les ribambelles de sucre mou

l’hirondelle au ventre pervers

qui nous les met tout à l’envers

Par la supplique et par le houx

la parente du prince Hibou

l’ardente soif d’un petit verre

et la tiédeur de quelques vers

Par l’exquise jambe debout

la frontière de ses frou-frou

Sur la tranche de mes revers

lorsque j’avale de travers

Par le pied glissant dans le trou

au cri du canari très doux

l’espace d’un regard sévère

la cuisse sous le réverbère

Je vous le dis sans plus d’ambages

Dès que le chemin devient large

je ne me sens plus en humeur

de consoler les âmes sœurs.

                                    J’ai peur

Bon ! Et de quoi est-ce qu’il a t-il si la trouille ?

De tout ce qui bouge ou se cache

entre mélasse et calebasse

Faut-il quand même que le monde il est fou

Pour marcher bien souvent dans le sens inverse à la terre qui tourne

Et si la terre était comme le ballon que l’acrobate pousse en marchant dessus ?

Pousse ? Ponce ! Que voulez-vous que bien ça me foute vers où vous allez-vous ?

C’est de moi qu’il s’agit et de MA boule sous MES pieds

Respectez mon équilibre.

lundi, 05 août 2013

Une des 3 nouveautés à paraître septembre/octobre

Le 1er des 3 titres à paraître fin septembre/début octobre aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune dans la collection Pleine Lune contient ce poème. Pour connaître le titre, le nom de l'auteur, de l'illustrateur et du préfacier, il faudra patienter encore un peu.

"le monde est trop plein
de mois, d’années, de millénaires
trop plein d’amour courtois et de guerres
le monde est trop plein
d’îles sur lesquelles
se dressent comme des forteresses
de hautes falaises
ou alors de longues grèves
qui écoutent infiniment 
gémir les galets

le monde est trop plein
d’ailes de corbeaux, de plumes de macareux,
de cris de toucans,
trop plein de langues
aux sonorités étranges
ma cage thoracique 
n’a pas assez de perchoirs
pour tous ces oiseaux

de pâles fantômes
défilent ce matin derrière la vitre 
les époques se bousculent
qu’aucune encyclopédie ne peut contenir
l’ambition littéraire est aussi vaine
que la perfection mathématique
le monde les déborde
et me traverse
et me traversant déverse
ses cataractes plus loin encore

le monde est trop plein
du tumulte des poètes
des misères minuscules ou atroces
de la joie insensée
trop plein de petites filles
de poissons morts au fond des lacs
le monde est trop plein
de moi
qui me suis cru son berceau
le monde est trop plein
de moi
qui suis trop plein du monde

tout est dans tout
à l’implosion destiné

peut-être un jour
ai-je empilé trois cailloux
éphémère création qu’a bousculée 
un innocent coup de pied
tout a-t-il donc
une importance comparable
à celle de ce fragile cairn

si je lance mon lasso de mots
je puis attraper des montagnes
idéales imaginées
cimes enneigées 
lancées vers la pure immensité
Alpes grandioses du souvenir
par le hublot d’un avion
qui grignote la flaque des stratus

en direction de Venise
ou chicots lunaires d’îles volcaniques
ou dômes luxuriants
de la mystérieuse Indochine
ou cartographie sableuse
du golfe d’Aden

je puis attraper la pluie
et encore
la merveilleuse quincaillerie
d’épiceries arabes
des théières cabossées, des serpes,
la rouille
je puis harponner
tous les landscapes
en toutes langues
y compris à inventer
ô sarabande
d’atomes et d’ectoplasmes

puis-je étrangler
au nœud coulant de mon blabla
ma solitude
esso so éli li téhu tu déheu de
s’agit-il d’en faire 
un objet vaporeux
une peinture maniériste
s’agit-il d’en explorer
toutes les cavités
là où veillent
d’inquiétantes holothuries
qui répètent inlassablement

leur message : tu-n’as-rien-compris
rien compris
s’agit-il au final
d’en faire une alliée
suave, allégorique et bandante

la réalité la vraie vie gnagnagna
j’en suis limitrophe catastrophe 
gros-jean-christophe comme devant

le monde est trop plein
de cinéma parlant
trop plein
de figuration de comportements
faudrait quitter la scène
marcher sur l’O
marcher sur l’A
piétiner les voyelles
les réduire 
les vacarmer à double tour

juste
pisser contre le vent

abracadabra