Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 24 octobre 2017

Une autre note de lecture pour le "Petit traité du noir..."

roger lahu, danieil fanoLe cave se rebiffe

La motocyclette n’est dans ce livre présentée in extremis que pour rappeler à l’homme un adage célèbre. Il en va de son cheval de fer comme de sa compagne : « femme et moteur, joie et douleur ». Mais l’auteur opte pour la première. En guise de preuve : sa manière d’œuvrer le noir loin des effeuillages de Marguerite (Yourcenar). Pour autant, le poète ne fait pas dans le gaulois sinon par les vocables afin de lutter contre les caveaubulaires.

Certes, la mort est présente sous le noir. Mais sa couleur est déviée de sa valeur symbolique. Ne serait-ce que par les références : de Dark Vador à Jim Jarmusch. Comme lui le poète affronte la camarde au simple titre qu’elle nous joue de sacrés tours de cochons. Nous saignant, elle nous réduit en « goret pré-boudin purée pommes ». Pas de quoi pour autant en faire une choucroute. Et la vieille adaptation de Johnny Hallyday d’un couplet anglo-saxon peut prouver que « Black is beautiful ». Si toutefois nous nous accordons le droit de se moquer de la fin qui nous est dévolue comme ultime joie de notre genre — en attendant, sereins, les prouesses que nous promettent les gourous de la Silicone Valley.

L’auteur nous rappelle que la terreur de la mort nous colle à la couenne. Depuis l’enfance, chacun craint les ombres et les abîmes. Qui dans sa jeunesse n’a pas eu la pétoche de se rendre dans une cave ? Et ce, jusqu’à se rebiffer. Et ce ne sont pas les assurances des adultes qui ont de quoi rassurer. Pour preuve, il suffit qu’un grand-père meure pour nous affirmer qu’il est monté au ciel et non enseveli dans un tombeau. Ce qui ne trompe personne sauf bien sûr ceux qui croient que le Paradis existe dans un autre monde.

Mais pour lutter contre l’angoisse, Lahu cherche d’autres arguments et surtout une poésie jouissive donc adéquate. Là où tant de poètes font dans la couronne de glaïeuls pour qui sonne le glas  il préfère gerber dans les tombeaux ouverts par irrévérence suprême et zénithale. Si bien que de la mort il ne reste même plus que dalles.

© jean-paul gavard-perret in http://www.lelitteraire.com/?p=33645#comment-7785

Pour lire d’autres critiques sur ce livre et/ou le commander, cliquez  ICI

Ou demandez-le à votre libraire.

Écrire un commentaire