Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 17 décembre 2017

Une note de lecture pour "Faute de preuves"

Faute de preuves.jpgElle est signée Philippe Leuckx dans la revue Texture.

Quoiqu’il puisse dire, après un deuxième livre de poèmes, « J’ai faim de pain plus que de poème », on sent chez Serge Prioul (né en 1955) une réelle « Ferveur/…premier mot du grand livre d’existence ». La vie, l’ordinaire, la vraie, celle qui a coûté efforts et mutation, celle-là a généré chez notre auteur une soif de rencontres, un appétit et une gourmandise des choses belles que le hasard peut mettre sur la route : les jambes des femmes, le silence de l’écritoire en plein café de Rennes, l’observatoire qu’est toute bonne terrasse pour scruter le monde qui va son chemin… Comme chez Lacoche (lui, dans le genre romanesque et le beau « Chemin des fugues »), il y a ici une convivialité souhaitée et qui suscite chez le lecteur une empathie profonde pour tout ce qui est marqué du sceau de l’observation tendre et/ou amère du monde. Garder traces, laisser dans le carnet des jours les reliefs de l’existence (surtout celle des autres) : « Il faut nommer les choses / Pour ne pas qu’elles se perdent / De tristesse / Faute de preuves » (p.30)

Le titre suffit à nous le faire comprendre : s’il n’existe plus de preuves que nous avons vécu ce jour, cette heure, cette bière, cette rencontre fortuite, qu’il y ait au moins le poème pour consigner l’irréparable de nos vies : « Un homme vide sa bière / Puis fond en larmes » (p.32)

La misère humaine, ce moteur du poème de Prioul, est analysée, démontée, mise en évidence, parce qu’elle choque, condamne : aux « vieux qui se brûlent encore le cœur », aux jeunes « aisés » ou beaucoup moins, le poète adresse sa petite part de bonheur ordinaire, au moins servir à dire d’eux le plus juste d’un regard. Et en matière de regard, on en tient ici un vrai, apte à saisir « la poussière dans une traîne », la honte ressentie lors d’un refus, le « coureur des bois » qu’il fut, la « place » qu’il a longtemps cherchée (comme le père d’Ernaux dans le livre éponyme), la rue, si miséreuse ou si accueillante (selon le jour, selon les bonheurs et heurts de la vie)… Et parfois, dans la mire de ce bon poète, si attentif à l’autre, « c’est l’heure entre ciel et vitrine », lorsque la foule « sentimentale » ou non parcourt la cité, s’éparpille, sans savoir sans doute qu’un œil acéré consigne sur des carnets de bar l’extension possible de leur vie courte ou mal rangée. © Philippe Leuckx in Texture http://revue-texture.fr/lectures-de-philippe-leuckx-2017....

 

Les commentaires sont fermés.