Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 19 mars 2019

Cette nouvelle note de lecture pour Les Radis bleus

Les radis bleus .jpgPIERRE AUTIN-GRENIER, disparu trop tôt, nous revient grâce à la réédition augmentée des Radis bleus (Les Carnets du Dessert de Lune). Ouvrage remarquablement ciselé, selon un calendrier qui scande les notations poétiques d'un amoureux des mots, dont le ton décape, dont les images recèlent une puissance d'imagination et de pensée féconde, souvent acide, pessimiste, aux accents désespérés d'un quotidien frôlé, mâtiné de Schopenhauer ou de Cioran. Le poète empoigne le réel comme il le fait au propre, usage d'une brouette à ras bord d'énormes blocs de pierre. Celui qui consigne écrire n'est pas vivre a ce côté pessoéen de désespérance intime, lui qui s'escrime à dissimuler honteusement sous le masque le fond vrai d'une âme en déroute.

Extraits : Mercredi 6 avril - Saint Marcellin

Au départ il était polyglotte. Accablé puis débordé par l'intarissable bavardage humain, bien vite il devint troglodyte.

Jeudi 28 juillet - Saint Samson

Tout ce que je sais du chien, je l'ai appris du chien ; tout ce que je sais des homme, je l'ai appris aussi du chien.

© Philippe Leuckx in Le Journal des Poètes, N°1/129 extrait de "Poésie Panorama"

Découvrir ou redécouvrir ce livre, lire d'autres extraits, l'acheter...? Surfez sur Les Radis Bleus ou à demander en librairie.

Écrire un commentaire