Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 07 mars 2019

Les Dessert de Lune au salon du livre de Paris

Au cas où vous ne pourriez venir au salon de l'Autre Livre ces 8, 9 et 10 mars au Palais de la Femme, 94 rue de Charonne, 75011 Paris, vous pourrez trouver quelques jours plus tard Les Carnets du Dessert de Lune sur le stand E75 de Wallonie-Bruxelles au salon du livre de Paris du 15 au 18 marsPorte de Versailles, Pavillon 1, boulevard Victor, 75015 Paris.

Infos pratiques 

Je n'y serai pas mais sur le stand seront disponibles les titres suivants:
Les Radis bleus de Pierre Autin-Grenier et Georges Rubel
Visions of Basquiat d'Yves Budin
Poisson dans l'eau d'Albane Gellé et Séverine Bérard
L'homme que j'aime d'Eva Kavian et Marie Campion
La quincaille des jours de Francesco Pittau
Au prochain arrêt je descends de Daniel Simon et Pierre Duys.

Il suffira de les demander aux personnes qui vous accueilleront sur le stand.
(pour d'autres titres disponibles au catalogue, vous savez où les trouver sur le site des éditions ou chez votre libraire)

mardi, 05 mars 2019

Un article de presse pour "Dans l'odeur des livres et le parfum du papier d'Arménie

 Dans l'odeur des livres.jpgBonjour, 

En ce mardi 5 mars, si vous ne l'avez pas vu passer sur facebook ou sur le site des éditions, voici un nouvel et bel article au sujet du livre consacré à la librairie La Borgne Agasse  de Jean-Pierre Canon "Dans l'odeur des livres et le parfum du papier d'Arménie".

Tous les bibliomanes de Bruxelles et de Liège, de Namur et d’Anvers, se souviennent avec émotion de La Borgne Agasse, la fabuleuse bouquinerie du regretté Jean-Pierre Canon, disparu en 2018. Son ami Serge Meurant a recueilli ses confidences à l’hôpital, sauvant ainsi de l’oubli quelques pépites. Libraire d’ancien pendant quarante ans, passant de la rue Saint-Jean à la rue de la Tulipe, Canon – quel patronyme pour ce fervent anarchiste & pacifiste ! – apprit son métier dans l’ombre d’Henri Mercier, le libraire de La Proue qui recevait les surréalistes rue des Eperonniers. Dans ses entretiens, Canon évoque ses passions : les Tziganes, la littérature prolétarienne (Poulaille, Malva), ses amis Pirotte et Dotremont – tout un monde évanoui. Et les livres, sa raison de vivre dans son antre parfumé au papier d’Arménie où tintinnabulait une clochette ramenée de Grèce.

© Christopher Gérard in Revue Générale 3, mars 2019
Serge Meurant, "Dans l’odeur des livres et le parfum du papier d’Arménie",
entretiens avec Jean-Pierre Canon, Éditions Les Carnets du Dessert de Lune, 50 pages, 6 €.

Pour découvrir ou redécouvrir ce livre, vous donner envie de l'acquérir, c'est ICI

Pour télécharger cet article de presse, en lire d'autres, c'est LA
 
Bon mardi où que vous soyez.
Jean-Louis Massot
www.dessertdelune.be