Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 07 avril 2020

Une note de lecture pour le nouveau recueil de Saïd Mohamed

Et toutes ces mouettes.jpgEt toutes ces mouettes qu'ont-elles à rire – Saïd Mohamed. Genre  Poésie. Préface  Guido Kuyl. Encres  Coline Bruges-Renard. Collection Pleine Lune.
Format 14 cm x 20 cm. 90 pages imprimées sur papier bouffant 90 gr et Conqueror Vergé 250 gr. ISBN 9782930607955. 14 €.
 

Qui fait foi de poésie est menteur de certitudes / pelleteur de nuages, tisserand d'azur... Le nouveau recueil de Saïd Mohamed ne dépare pas dans son œuvre poétique.
On retrouve sa voix forte et son timbre caractéristique dans des poèmes assez longs, de même que ses vers. Il y demeure toujours une certaine véhémence, les textes seraient proches du cri, nonobstant sa forme lyrique un peu baroque, comme le titre par exemple. La poésie, cette langue du dimanche / écrite avec les mots de nos vies à dix sous... Où l'on perçoit un poète qui se sent déclassé vitupérer à l'encontre de toute une société en bloc, sans trop faire de tri dans les destinataires de sa colère viscérale. La nuance qui n'est pas des moindres, et qui colore ce recueil actuel, se situerait du côté de l'âge où notre auteur, vieillissant, serait un tantinet moins violent et moins impétueux. Il regroupe sous sa plume les lieux principaux qui le constituent : Normandie, Inde, Béarn, hommage aussi à Alain Jégou, disparu en 2013 et confesse que le temps passé possède un goût de gaspillage et qu'à présent qu'il est devenu rare et précieux, il faut le savourer avec soin. Quand la vie se ralentit au point que le passé / est aussi le présent de l'instant. Mais la leçon que l'on tire de ce nouvel ouvrage se place sur un terrain inattendu, celui de l'amour. Saïd conseille clairement, sans pudeur ni gêne, qu'il faut aimer, que c'est la seule chose qui vaille, en ce bas monde, après une longue expérience de vie, composée de bric et de broc. Continuer d'aimer quoi qu'il advienne est devenu ma façon... Seul ce sentiment vaut le coup, et la vie vaut le coup de même par ce biais. Ainsi ce vers ultime du recueil : aimer juste encore un instant, aimer.
© Jacmo in Décharge, 2020

Les commentaires sont fermés.