Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 04 novembre 2017

On en parle déjà.

thierry radière, virginie folle, denis montebello, michaël glück, pascaline boura, francesco pittauLire un article de presse à propos du nouveau recueil de Thierry Radière «Les samedis sont au marché» c’est ICI.

 

 

 

thierry radière, virginie folle, denis montebello, michaël glück, pascaline boura, francesco pittauLire un article de presse à propos du second recueil d’aphorismes de Michaël Glück «nuova prova d’orchestra» c’est LA.

lundi, 30 octobre 2017

Le prix Joël Sadler 2017

Le chuchotis des mots.jpeg" Le chuchotis des mots " de Chantal Couliou, prix Joël Sadeler 2017.

Deuxième livre illustré par Charlotte Berghman après " Grains de fables de mon sablier " de Jean-Francois Mathé, paru aussi dans la collection Lalunestlà.

Remise du prix le samedi 18 novembre à 15h à la mairie de Ballon Saint-Mars en présence de Chantal Couliou.

Pour découvrir ce livre c’est ICI

 

mardi, 24 octobre 2017

Une autre note de lecture pour le "Petit traité du noir..."

roger lahu, danieil fanoLe cave se rebiffe

La motocyclette n’est dans ce livre présentée in extremis que pour rappeler à l’homme un adage célèbre. Il en va de son cheval de fer comme de sa compagne : « femme et moteur, joie et douleur ». Mais l’auteur opte pour la première. En guise de preuve : sa manière d’œuvrer le noir loin des effeuillages de Marguerite (Yourcenar). Pour autant, le poète ne fait pas dans le gaulois sinon par les vocables afin de lutter contre les caveaubulaires.

Certes, la mort est présente sous le noir. Mais sa couleur est déviée de sa valeur symbolique. Ne serait-ce que par les références : de Dark Vador à Jim Jarmusch. Comme lui le poète affronte la camarde au simple titre qu’elle nous joue de sacrés tours de cochons. Nous saignant, elle nous réduit en « goret pré-boudin purée pommes ». Pas de quoi pour autant en faire une choucroute. Et la vieille adaptation de Johnny Hallyday d’un couplet anglo-saxon peut prouver que « Black is beautiful ». Si toutefois nous nous accordons le droit de se moquer de la fin qui nous est dévolue comme ultime joie de notre genre — en attendant, sereins, les prouesses que nous promettent les gourous de la Silicone Valley.

L’auteur nous rappelle que la terreur de la mort nous colle à la couenne. Depuis l’enfance, chacun craint les ombres et les abîmes. Qui dans sa jeunesse n’a pas eu la pétoche de se rendre dans une cave ? Et ce, jusqu’à se rebiffer. Et ce ne sont pas les assurances des adultes qui ont de quoi rassurer. Pour preuve, il suffit qu’un grand-père meure pour nous affirmer qu’il est monté au ciel et non enseveli dans un tombeau. Ce qui ne trompe personne sauf bien sûr ceux qui croient que le Paradis existe dans un autre monde.

Mais pour lutter contre l’angoisse, Lahu cherche d’autres arguments et surtout une poésie jouissive donc adéquate. Là où tant de poètes font dans la couronne de glaïeuls pour qui sonne le glas  il préfère gerber dans les tombeaux ouverts par irrévérence suprême et zénithale. Si bien que de la mort il ne reste même plus que dalles.

© jean-paul gavard-perret in http://www.lelitteraire.com/?p=33645#comment-7785

Pour lire d’autres critiques sur ce livre et/ou le commander, cliquez  ICI

Ou demandez-le à votre libraire.

mercredi, 18 octobre 2017

Une note de lecture pour Roger Lahu

Petit traité du noir.jpgElle est signée par Philippe Leuck sur le site de la revue Texture et c'est pour

« Petit traité du noir sans motocyclette (sauf une in extremis) » de Roger Lahu.

C'est à lire : ICI

Pour "Sans Abuelo Petite"

Sans Abuelo petite.jpgDeux notes de lecture pour « Sans Abuelo petite » de Cécile Guivarch et Jérôme Pergolesi sont à lire sur :

Le blog de Terres des femmes : (signée Isabelle Lévesque) C'EST ICI

Le site de Mobilis : (signée Claire Poujade) C'EST ICI

 

 

Découvrir ou redécouvrir ce livre, c'est  ou chez votre libraire.

mardi, 12 septembre 2017

Où trouver du Dessert de Lune en librairies

Si vous cliquez sur le lien suivant: 
 
 
vous vous retrouverez sur le site des éditions ou vous pourrez découvrir une carte sur laquelle vous pourrez visualiser toutes les librairies dans lesquelles demander ou trouver les livres des éditions Les Carnets du Dessert de Lune.
 
mais aussi d'autres informations qui pourraient vous intéresser...
 
Cette carte a été réalisée par le webmaster en chef de ce site, j'ai nommé Pascal Blondiau.
 
Bonnes visites

samedi, 02 septembre 2017

Sur le Petit traité du noir

Petit traité du noir.jpg

Une note de lecture signée Jean-Pascal Dubost pour le nouveau recueil de Roger Lahu

« Petit traité du noir sans motocyclette (sauf une in extremis) » est à lire sur le site de Poezibao

ICI

Parution mai 2017, préfacé par Daniel Fano avec une illustration en couverture de Marie Bateau-Lahu. Editions Les Carnets du Dessert de Lune, collection Pleine Lune. 14 €

Disponible sur http://www.dessertdelune.be/store/c405/nouveautés.html ou en librairie.

samedi, 12 août 2017

Bob De Groof expose

Bob De Groof, illustrateur de l'album "Le vin des crapauds" de Saïd Mohamed expose ses linogravures.

Pour découvrir ce livre (si ce n'est pas déjà fait) cliquez ICI

20729434_1361700107262565_8953953275719229340_n.jpg

samedi, 22 juillet 2017

Des articles de presse pour "Sans Abuelo petite"

Des articles de presse pour « Quand bien même » d’isabelle Bonat-Luciani et Eric Pessan

et pour « Sans Abuelo Petite » de Cécile Guivarch et Jérôme Pergolesi c’est là

http://www.dessertdelune.be/uploads/5/0/3/5/5035279/artic...

et là

http://www.dessertdelune.be/uploads/5/0/3/5/5035279/artic...

 

samedi, 08 juillet 2017

Des articles de presse pour "Sans Abuelo petite"

Sans Abuelo petite.jpgVous voulez lire des articles de presse à propos de "Sans Abuelo Petite" de Cécile Guivarch

Cliquez sur A LIRE ICI

Disponible sur le site des éditions www.dessertdelune.be (rubrique Livres /Nouveautés) et/ou dans les bonnes librairies.

 

 

vendredi, 26 mai 2017

Les 3 nouveautés de mai.

Elles sont arrivées.

9782930607979.jpg"Sans Abuelo Petite" de Cécile Guivarch, couverture Jérôme Pergolesi, préface Luce Guilbaud. Pour découvrir ce livre c'est ICI

9782930607931.jpg"Bad Writer" de Jean Marc Flahaut, préface de Frédérick Houdaer. Pour découvrir ce livre c'est ICI

9782930607467.jpg"Petit traité du noir sans motocyclette (sauf une in extremis)" de Roger Lahu, couverture de Marie Bateau-Lahu, préface de Daniel Fano. Pour découvrir ce livre c'est ICI

mercredi, 24 mai 2017

A propos de "Exode"

Exode cover_face.jpg

Couv_4eme.jpg

"Exode" de Daniel De Bruycker & Maximilien Dauber

Un article de presse signé Vincent Tholomé en parle: ICI

 
Si vous voulez en savoir plus sur ce livre, en lire des extraits, le commander c'est sur : Le livre

lundi, 22 mai 2017

"Le vin des crapauds" Article, lectures et Exposition

18222587_1274444682654775_2391536064700677571_n-1.jpg

Un article à propos du dernier livre de Said Mohamed : « Le vin des crapauds », orné de linogravures de Bob De Groof et d’une préface de Cathy Garcia, Ed Les Carnets du Dessert de Lune, 2017. Collection Pièces Montées. 18 €.

On ne guérit pas, dit-on, de son enfance. Certains l'ignorent, d'autres pas. Saïd Mohamed est de ceux-là. Il y a cette enfance qui nous façonne et qui nous marque, parfois au fer rouge. Ce temps que l'on vit parfois - ce fut le cas - dans un arrachement qui met à vif, une brutalité qui donne envie de briser les cadres. Il y a la conscience que l'on en a et qui permet aussi, plus tard, de relire cette enfance comme la chance de ce qui vient et où l'on a sa part à construire. L'enfance est aussi une fenêtre ouverte dans le mur. Dans les murs. Tous. Il y a aussi cette conviction que la parole peut être prise et qu'elle est un puissant outil pour dénoncer et inviter autant qu'un vrai chemin vers soi et vers les autres. Dès lors, l'adulte qui est au monde chargé de son passé, de son histoire, regarde ce qui l'entoure, ici et là-bas. Et tout ce qui en lui fait cicacrice redevient aussi plaie vive. La guerre, les destructions, l'exploitation, les pouvoirs de mort et d'argent (qui, de tous temps, vont si bien ensemble), les injustices, mais aussi l'indifférence, la veulerie, l'égoïsme, tout cela remonte dans un immense haut-le-cœur. L'écriture se fait vomissure qui libère, en les nommant, des sanies d'un monde auquel le poète appartient, en toute conscience, et où il trouve sa place en prenant la parole pour dire. Ce "vin des crapauds" est un vin aigre. Il a la couleur d'une souffrance coagulée. Mais on aurait tort de n'y voir qu'indignation et désespoir. Derrière le désarroi dont il témoigne, le poème érige son phare, appelant à l'éveil et à la vigilance, affirmant aussi une présence qui, dans le partage de la parole, est finalement salutaire et fraternelle. © Alain Boudet in La Toile de l’un

Pour commander, lire des extraits, d’autres articles de presse c’est sur : http://www.dessertdelune.be/store/p826/Le_vin_des_crapaud...

Exposition des linogravures de Bob De Groof, Galerir Art Bref, 34 rue de Broca, 75005 Paris

Lectures par Saïd Mohamed, le 24 mai à 19h30.

mercredi, 26 avril 2017

Des Extraits des nouveautés mai/juin 2017

Pour lire un extrait de "Sans Abuelo petite" de Cécile Guivarch c'est ICI

Pour lire un extrait de "Bad Writer" de Jean Marc Flahaut c'est ICI

Pour lire un extrait de "Petit traité du noir sans motocyclette" de Roger Lahu c'est ICI


Parutions de ces 3 livres prévue mi mai.

Ils pourront être commandés sur le site des éditions www.dessertdelune.be (rubriques nouveautés) par mail à dessertlune@gmail.com et dans toutes les bonnes librairies.

Sans Abuelo petite.jpg

 Bad Writer.jpgPetit traité du noir.jpg 

jeudi, 30 mars 2017

Le vin des crapauds

"Le vin des crapauds" de Saïd Mohamed et Bob De Groof dans la vitrine de la librairie Les Editeurs, sise rue de Flandre, 23 à 1000 Bruxelles ( à l'intérieur, il y a d'autres titres des éditions Les Carnets du Dessert de Lune). Viendez-y !

saïd mohamed,bob de groof,cathy garcia

mardi, 07 mars 2017

Nouveautés et Foire du Livre de Bruxelles

Les 3 nouveautés de mars

"De La marchandise internationale" de Daniel Fano et Jean-François Octave (couverture)

"Exode" de Daniel De Bruycker et Maximilien Dauber (photographie

"Le vin des crapauds" de Saïd Mohamed et Bob De Groof (linogravures)

sont aussi présentées sur le site de L'autre Livre et peuvent être commandés là d'un simple clic.

Rendez-vous sur https://www.lautrelivre.fr/o/editeur/les-carnets-du-desse... et lisez des extraits.

samedi, 18 février 2017

à paraître "Le vin des crapauds" Saïd Mohamed & Bob De Groof

Couv_VinCrapaud.jpgDans quelques jours paraîtra dans la collection Pièces montées « Le vin des crapauds » de Saïd Mohamed, augmenté de linogravures de Bob De Groof et d’une préface de Cathy Garcia.

Imprimé sur des papiers bouffant blanc pour les pages intérieures et sur une couverture Gmund Kaschmir coton blanc, il vous sera possible de le commander sur la boutique des éditions à l’adresse suivante : http://www.dessertdelune.be/store/p826/Le_vin_des_crapaud...

Il sera disponible prochainement en librairie.

 

Art Gallery.jpegLes linogravures de Bob De Groof sont exposées jusqu’au 26 février à la galerie Art Gallery, 95 rue Lesbroussart, 1050 Bruxelles. Ouvert les jeudi et vendredi de 15h à 19h et les samedi et dimanche de 11h à 13h et de 15h à 19h. Info 02 649 83 90 et sur www.lesbroussartgallery.be

Le dimanche 26 février, Saïd Mohamed sera présent à la Galerie et donnera lecture d’extraits de ce livre aux environs de 17h. Soyez les bienvenus.

vendredi, 03 février 2017

Des articles de presse sur des récentes parutions

Pour lire des articles de presse à propos de Bestiolerie potagère, cliquez LA

Pour lire des articles de presse à propos de Dans le spleen et la mémoire, cliquez ICI

Pour lire des articles de presse à propos de Datés du jour de ponte, cliquez LA

Pour lire des articles de presse à propos de Encore une nuit sans rêve, cliquez ICI

Pour lire des articles de presse à propos de Je respire discrètement par le nez, cliquez LA

Pour lire des articles de presse à propos de Légende de Zakhor, cliquez ICI

Pour lire des articles de presse à propos de Pardon my french, cliquez LA

Pour lire des articles de presse à propos de Quand bien même, cliquez ICI

Des articles de presse sur des récentes parutions

Pour lire des articles de presse à propos de Bestiolerie potagère, cliquez sur LA

Pour lire des articles de presse à propos de Dans le spleen et la mémoire, cliquez  ICI

Pour lire des articles de presse à propos de Datés du jour de ponte, cliquez LA

Pour lire des articles de presse à propos de Encore une nuit sans rêve, cliquez ICI

Pour lire des articles de presse à propos de Je respire discrètement par le nez, cliquez LA

Pour lire des articles de presse à propos de Légende de Zakhor, cliquez  ICI

Pour lire des articles de presse à propos de Pardon my french, cliquez LA

Pour lire des articles de presse à propos de Quand bien même, cliquez  ICI

samedi, 19 novembre 2016

Une note de lecture pour "Datés du jour de ponte"

Datés du jour de ponte.jpegC’est paru dans la revue Textures de Michel Baglin. L’article est signé Jacques Morin (auteur aux Dessert de Lune du récent « Carnet d’un petit revuiste de poche).

(Bernard Bretonnière : « Datés du jour de ponte ». Préface de Jean-Pierre Verheggen. Couverture de Jeanne Frère. 12€. http://www.dessertdelune.be/store/c405/nouveautés.html

C’est un recueil re-vi-go-rant. Plein d’esprit ! Et l’on prend un vrai plaisir à déguster ces œufs de mots. Bernard Bretonnière est le spécialiste des listes et autres énumérations, mais ici, il n’y a que les dates qui se succèdent et cette chronologie aléatoire fournit l’armature à l’ensemble, écrit en réalité comme un mille feuilles sur plusieurs années, de 2000 à 2005. L’auteur est au centre des pages, non comme le poète égocentré, tout esbaudi de lui-même, mais comme l’homme qu’il est, tout simplement, avec ses amis, ses enfants, sa femme, sa vie nantaise, son quotidien somme toute banal, qu’il rehausse de ses réflexions amusées ou vachardes. « Les poètes ont le teint pâle / place Saint-Sulpice ... ».

Écrivant, certes, des poèmes, il ne se prend pas pour autant au sérieux. Il a cette facilité, et cette qualité indéniable, de prendre de la distance avec lui-même et par conséquent avec ce qu’il écrit. Et l’on entre sans vergogne dans son intimité puisqu’il nous la présente avec sincérité, honnêteté et candeur. Il y a beaucoup de tendresse d’un côté et pas mal de tristesse aussi de l’autre. L’écriture fréquentant les espaces symétriques déterminés par le balancement du pendule et de l’humeur. « …après que nous nous sommes installés / dans cette maison hideusement décorée / où résonnent encore / les propos racistes / de nos hideux prédécesseurs ».

On préfère en rire la plupart du temps, mais les larmes ne sont parfois pas loin, au bord des lignes. Cette ambivalence séduit, puisqu’il n’y a nullement le regard supérieur du moqueur à tout crin. Le désir équilibre le désarroi. Bref, l’omelette attache à la lecture, et, confidence, je me sens d’autant plus en phase avec Bernard Bretonnière, qu’à quelques heures près, je suis daté quasiment du même jour de ponte que lui.