Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 14 novembre 2018

3 articles de presse pour 1 Dessert de Lune

3 articles de presse pour "Dans l'odeur des livres et le parfum du papier d'Arménie." 

Voir ce livre, cliquez ICI

Jean-Pierre Canon - Serge Meurant - Frédérique Bianchi. Photographies Daniel Locus. Genre : Entretiens. Avant-Propos Serge Meurant. Collection Pousse-Café. Format 14 x 20 cm. 50 pages imprimées sur papier Bouffant et PrintSpeed. Editions Les Carnets du Dessert de Lune. 2018. ISBN 9782930607948. 6 €

Serge Meurant, poète, et Frédérique Bianchi se sont entretenus avec ce libraire-bouquiniste vraiment pas comme les autres, à l’expérience quasi mythique. N’a-t-il pas correspondu avec Henry Poulaille, préfacé Neel Doff, conservé dans ses caves nombre de correspondances d’écrivains, reçu poètes et romanciers à son enseigne, Pirotte, Dhôtel… ? Le petit volume de 48 pages, au-delà des photos (e.a.d’André Dhôtel), est édité dans une très belle typographie (American Typewriter) qui donne à la lecture ce surcroît d’intérêt et d’esthétique. On plonge dans ces entretiens comme on fouille dans les caisses de livres à la quête du volume rare, ou précieux, ou introuvable ailleurs. L’Agasse, du wallon, est une pie et, l’auteur ne le précise pas, aussi un morceau de terrain agricole mal hersé (laisser des agasses). La boutique, chère à Perec, la boutique d’envol des mots, la boutique pourvoyeuse de merveilles (de Twain à Pirotte, en passant par la littérature prolétarienne – fer de lance de la bouquinerie, qui en est à sa quatrième adresse bruxelloise) recèle des trésors. Le livret le rappelle, avec une dose de fraîcheur, d’histoire littéraire et de convivialité. Car notre libraire est un hôte évident. © Philippe Leuckx in https://lesbellesphrases264473161.wordpress.com/

Testament d'un libraire Jean-Pierre Canon libraire bouquiniste à Bruxelles pendant plus de quarante ans est décédé en janvier dernier, ses amis auteurs, lecteurs, libraires, éditeurs, … tous amoureux des livres l’ont accompagné lors de son dernier séjour à l’hôpital où il leur a fait cadeau du bilan d’une vie passée au milieu des livres. C’est un véritable testament littéraire qu’il a livré à Serge Meurant et Frédérique Bianchi qui le publient dans cet opuscule avec des photographies de Daniel Locus. « Il nous fit don à travers nos conversations d’un héritage précieux, d’une parole vive, celle d’un résistant. Il nous raconta, au fil des jours, l’histoire de ses librairies, sa passion pour les livres, ses rencontres, ses amitiés ». Jean-Pierre Canon raconte comment il a commencé dans le métier avec un maigre stock de livres avancés par un ami, comment il s’est développé sur des niches où il y avait peu de concurrence, notamment la littérature prolétarienne dont il est devenu un des plus grands spécialistes et le propriétaire d’un fonds d’une grande richesse. Mais ce qui ressort surtout de cet entretien c’est sa passion pour les livres et pour ceux qui les écrivent. Il a reçu de nombreux auteurs pour des séances de signature ou simplement pour des visites amicales. J’ai ainsi retrouvé dans cet ouvrage de nombreux auteurs dont j’ai eu le plaisir et la chance de lire au moins un bout de texte. Je ne m’aventurerai pas à essayer d’en faire la liste, c’est un véritable survol de ma vie de lecteur que j’ai effectué en lisant ces quelques pages. J’ai retrouvé André Dhôtel que j’ai découvert adolescent et Christine van Acker dont j’ai lu un roman il y a quelques années seulement, toute une vie de lecture qui défile dans les propos de Canon. Mais ce qui m’a le plus ému dans cet entretien, au-delà de l’échange, au-delà du témoignage, au-delà de la passion des livres et même au-delà de la complicité qui semble lier les protagonistes de cet entretien, c’est la grande amitié qui les réunit autour d’une même passion. Des vieux amis discourant autour d’une pile de livres et de leurs verres de bière mais le poète le dit beaucoup mieux que moi dans ces quelques vers placés en exergue de cet entretien :

« Face à face, sans parler, / Nulle parole, un sentiment immense, / Le sac de livres est ouvert sur le lit, / La pluie tape sur le prunier en face du store ». Ryokan

Tant qu’il restera des libraires et des bouquinistes comme Jean-Pierre Canon capables de transmettre leur passion avec un tel enthousiasme, le livre aura encore de beaux jours devant lui même si certains lecteurs, comme moi, n’osent pas entrer dans l’antre du bouquiniste de crainte d’acheter trop de livres. L’odeur des vieux livres peut-être une addiction fatale pour le passionné de lecture. © Denis Billamboz in https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/54584

Parler d’un ancien libraire c’est réveiller de vieux souvenirs… De beaux poèmes… Des textes jaunis par la lumière… Dans le coin, près du bureau, le libraire somnolant, comme endormi, tel un  sous-marin en expédition. Parce qu’il n’y a pas d’ouverture. « Dormir parmi les livres, et rêver d’un jour ensoleillé ». Errer dans la librairie de La Borgne Agasse c’était croiser Bosco devisant avec Giono. Errer dans les rues de la ville à la recherche des anciennes adresses,… Rue Saint-Jean d’abord, puis à Ixelles rue de l’Athénée, rue de la Tulipe, enfin rue Anoul. La Borgne Agasse : c’était un repaire de livres, un repaire d’amis, à l’écart des modes, qui respirait l’amour vrai de la littérature, la liberté d’esprit, le goût des chemins de traverse, l’art de vivre en marge. Quelque quarante pages suffisent à redonner vie à la mémoire, à l’envie d’ouvrir enfin le livre oublié. Le livre d’entretiens avec Jean-Pierre Canon libraire de La Borgne Agasse par Serge Meurant et Frédérique Bianchi s’y prête… sous la lumière des photos et illustrations qui l’illuminent. © Willy Lefevre, https://lesplaisirsdemarcpage.wordpress.com/

mercredi, 24 octobre 2018

Ecoutez un peu de "La quincaille des jours"

La quincaille des jours.jpgA écouter sur la chaine Youtube des éditions Les Carnets du Dessert de Lune, un extrait de "La quincaille des jours" le nouveau recueil de Francesco Pittau.

C'est ICI

En savoir plus sur ce recueil, télécharger des extraits et même l'acquérir, c'est LA 

jeudi, 18 octobre 2018

En octobre précommande-t-on du Dessert de Lune ?

Les parutions du dernier trimestre 2018 aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune.

En précommande

9782930607986.jpgLes Radis bleus. Auteur : Pierre Autin-Grenier. Ill. de couverture : Georges Rubel. ISBN 9782930607986. 280 pages. Format 14 x 20 cm. Prix : 20 euros. Pour lire un extrait cliquez ICI.

Réédition augmentée de 11 inédits et d'une illustration en couverture de Georges Rubel d'un livre paru en 1990 aux éditions Le Dé bleu, puis en Folio en 2005. La densité d’écriture, la petite musique du styliste qui joue de l’humour noir et de la dérision, voire du fantastique, ajoutées à la force de ses évocations, classent ses textes dans le registre de l’expression poétique que l’auteur, d’ailleurs, affirme première pour lui, et fondatrice. Au demeurant, la forme n’en reste pas moins celle du journal : à chaque jour son texte, du 17 janvier au 16 janvier de l’année suivante. Les amateurs de cet auteur désabusé (mais pas désengagé) y retrouveront sa voix, qui masque le désespoir sous des pirouettes, règle ses comptes avec l’enfance et le monde comme il va (mal).

9782930607474.jpgLa quincaille des jours. Auteur : Francesco Pittau. Postface : Gil Jouanard. ISBN 9782930607474. 110 pages. Format : 14 x 16 cm. Prix : 14 euros. Pour lire un extrait cliquez ICI.

Un recueil de poèmes brefs, posfacé par Gil Jouanard, par l'auteur du roman Tête Dure finaliste du Rossel 2015 et auteur de nombreux livres jeunesse avec Bernadette Gervais chez Gallimard, Le Seuil, Albin Michel et chez d'autres éditeurs, pour dire furtivement le quotidien, la vie qui passe, "la vie, telle qu'en poésie l'instant furtif la change".

 


9782930607948.jpgDans l'odeur des livres et le parfum du papier d'Arménie. Auteurs : Jean-Pierre Canon, Serge Meurant, Frédérique Bianchi. Photographies : Daniel Locus. Avant-propos : Serge Meurant. ISBN : 9782930607948. 48 pages. Format : 14 x 20 cm. Prix : 6 euros. Pour lire un extrait cliquez ICI.

Entretiens avec Jean-Pierre Canon, libraire bouquiniste à Bruxelles pendant plus de quarante ans à l'enseigne de La Borgne Agasse. Cet entretien réalisé peu avant sa disparition en janvier 2018, relate son parcours de libraire, ses rencontres, amitiés et correspondances avec de nombreux auteurs (Pirotte, Ceupens, Dhôtel...) et revient sur la littérature ouvrière dont il possède un fonds extrêmement riche et varié qui pourrait faire le bonheur des chercheurs.

Pour télécharger le bon de précommande cliquez sur Précommande

Pour en découvrir plus rendez vous sur Nouveautés

lundi, 15 octobre 2018

Précommander les trois prochaines parutions

pierre autin-grenier,georges rubel,ronan barrot,francesco pittau,gil jouanard,jean-pierre canon,serge meurant,frédérique bianchi,daniel locus,jean danhaive,muriel cano  pierre autin-grenier,georges rubel,ronan barrot,francesco pittau,gil jouanard,jean-pierre canon,serge meurant,frédérique bianchi,daniel locus,jean danhaive,muriel cano pierre autin-grenier,georges rubel,ronan barrot,francesco pittau,gil jouanard,jean-pierre canon,serge meurant,frédérique bianchi,daniel locus,jean danhaive,muriel cano

Bonjour,

En ce troisième lundi d'octobre, je vous propose de précommander les trois nouveautés à paraître prochainement :
"Les Radis bleus". Pierre Autin-Grenier. Édition augmentée de 11 inédits. Illustration de couverture Georges Rubel.
Collection Pleine Lune. Format 14 x 20 cm. 280 pages. 20 €

"Dans l'odeur des livres et le parfum du papier d'Arménie". Entretiens avec Jean-Pierre Canon libraire-bouquiniste de "La Borgne Agasse", réalisés par Serge Meurant et Frédérique Bianchi. Photographies Daniel Locus.
Collection Pousse-Café. Format 14 x 20 cm. 48 pages. 6 €

"La quincaille des jours". Francesco Pittau. Postface Gil Jouanard.
Collection Pleine Lune. Format 14 x 16 cm. 110 pages. 14 €
 
Vous pouvez déjà découvrir ces nouveautés voir les visuels de couverture, la présentation en surfant sur Nouveautés 

Sur chaque fiche du livre en cliquant sur le mot ICI, vous pourrez télécharger des extraits.

Si vous souhaitez précommander via la boutique du site, avant le 12 novembre 2018 "Les Radis bleus" et "Dans la quincaille des jours",  le titre "Dans l'odeur des livres et le parfum du papier d'Arménie" vous sera offert.
Votre paiement ne sera débité qu'à parution des livres en novembre qui vous seront envoyés franco de port.
Vous pouvez aussi précommander via le paiement en ligne paypal à dessertlune@gmail.com ou en adressant un chèque à l'adresse des éditions ou un virement bancaire (Iban et Bic sur simple demande par mail) à dessertlune@gmail.com

Ces titres clôtureront le programme de l'année 2018 et seront accompagnés du 45e titre de la collection Dessert "Trente six métiers" signé Serge Prioul, que recevront Les Ami(e)s du Dessert de Lune.

Un tout grand merci d'avance si vous souhaitez participer à cette nouvelle aventure.

Très cordialement.
Jean-Louis Massot
Éditions Les Carnets du Dessert de Lune
67 rue de Venise
1050 Bruxelles
www.dessertdelune.be
Facebook 

lundi, 16 juillet 2018

Page 55 de "Sans Abuelo Petite

Sans Abuelo petite.jpgUn petit extrait du recueil "Sans Abuelo petite" de Cécile Guivarch à écouter sur la chaîne Les Carnets du Dessert de Lune

Recueil illustré en couverture par Jérôme Pergolesi et préfacé par Luce Guilbaud.

Pour en découvrir plus, lire des extraits, des articles de presse ou le commander c'est LA.  

On peut aussi le demander en librairie.

dimanche, 15 juillet 2018

Quelques pages de "Trente cette mère - maintenant -"

Trente cette mère - maintenant - .jpgPour écouter sur la chaine "Les Carnets du Dessert de Lune" de Youtube des extraits de "Trente cette mère - maintenant-" de marcella & pépée, cliquez ICI.

Pour découvrir ce recueil, lire des extraits, des articles de presse, l'acquérir c'est sur le site des éditions. Nouveautés.

jeudi, 17 mai 2018

4 nouveautés aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune

C'est dans quelques jours que paraissent les 4 nouveaux titres des éditions Les Carnets du Dessert de Lune, plus le 4e titre de la collection Dessert.

poisson dans l'eau.jpgDans la collection Lalunestlà :
- "Poisson dans l'eau" d'Albane Gellé et Séverine Bérard.

Et aussi les arbres.jpgDans la collection Pleine Lune :
- "Et aussi les arbres" d'Isabelle Bonat-Luciani, avec un avant-propos de Manuel Plaza.


Trente cette mère - maintenant - .jpg- "Trente cette mère - maintenant - " de marcella & pépée.

Au mois de mai 1968.jpg

Dans la collection Pousse-Café :
- "Au mois de mai 1968" d'Hervé Bougel.

Dans la collection Dessert :
- "La seule" de Michel Bourçon.

(ces deux derniers titres seront offerts aux Ami(e)s du Dessert de Lune)

Pour découvrir ces livres (visuels de couverture et extraits à télécharger), les précommander, rendez-vous sur https://www.dessertdelune.be/store/c405/Nouveaut%C3%A9s.h...

Ils seront disponibles en librairie dans quelques jours et du 6 au 10 juin sur le stand 209 au marché de la poésie de St-Sulpice, Paris 4e (en présence d'Albane Gellé, Séverine Bérard, Isabelle Bonat-Luciani, Marcella, Pascal Blondiau, Christophe Bregaint, Fabien Sanchez, Luce Guilbaud, Cécile Guivarch, Chantal Couliou, Sylvie Durbec, Fanny Chiarello, Jean Marc Flahaut, Radière Thierry, Frédérick Houdaer, Thomas Vinau, Perrine Le Querrec, Saïd Mohamed et Bob De Groof pour des séances de dédicaces.

mardi, 03 octobre 2017

Des extraits de "nuova prova d'orchestra"

Cover nuova prova.jpgPour lire des extraits du nouveau recueil de Michaël Glück, illustré par Pascaline Boura "nuova prova d'orchestra" et préfacé par Francesco Pittau, à paraître dans la collection Pousse-Café, cliquez ICI.

lundi, 02 octobre 2017

Lire des extraits de "Les samedis sont au marché"

Cover Les samedis.jpgPour lire des extraits du recueil de Thierry Radière "Les samedis sont au marché" à paraître dans la collection Pleine Lune, c'est ICI

Lire des extraits de "Faute de preuves"

Cover Faute de preuves.jpgPour lire un extrait de "Faute de preuves" de Serge Prioul à paraître dans la collection Pleine Lune, cliquez ICI

 

mercredi, 24 mai 2017

A propos de "Exode"

Exode cover_face.jpg

Couv_4eme.jpg

"Exode" de Daniel De Bruycker & Maximilien Dauber

Un article de presse signé Vincent Tholomé en parle: ICI

 
Si vous voulez en savoir plus sur ce livre, en lire des extraits, le commander c'est sur : Le livre

mercredi, 26 avril 2017

Des Extraits des nouveautés mai/juin 2017

Pour lire un extrait de "Sans Abuelo petite" de Cécile Guivarch c'est ICI

Pour lire un extrait de "Bad Writer" de Jean Marc Flahaut c'est ICI

Pour lire un extrait de "Petit traité du noir sans motocyclette" de Roger Lahu c'est ICI


Parutions de ces 3 livres prévue mi mai.

Ils pourront être commandés sur le site des éditions www.dessertdelune.be (rubriques nouveautés) par mail à dessertlune@gmail.com et dans toutes les bonnes librairies.

Sans Abuelo petite.jpg

 Bad Writer.jpgPetit traité du noir.jpg 

mercredi, 30 novembre 2016

Une note de lecture pour "Carnet d'un petit revuiste de poche"

Carnet d'un petit revuiste.jpgCarnet d'un petit revuiste de poche. Jacques Morin. Couverture de Claudine Goux. 4e de couverture de Claude Vercey. Pour lire un extrait et pour l'acquérir rendez-vous sur www.dessertdelune.be (rubrique Nouveautés)

Jacques Morin, comme cela lui arrive parfois, est passé de l’autre côté de la page, son  nom n’est caché ni au début ni à la fin de ce tout petit recueil, il figure en gros caractères à la une, à la place habituellement réservée aux auteurs, tout cela est parfaitement normal puisque c’est bien lui qui a écrit les textes qui figurent dans ce recueil. Une façon de dire qu’il sait lui aussi écrire des textes de qualité, qu’il n’est pas seulement un intermédiaire entre les auteurs et les lecteurs, qu’il est lui aussi un écrivain au sens le plus plein du terme.

Et si Morin prend la plume ce n’est pas seulement pour dire que le métier de revuiste est un métier ingrat, aussi méconnu que le terme qui le désigne, un métier exigeant, à chaque numéro l’aventure recommence avec les mêmes incertitudes et les mêmes contraintes calendaires, un métier de passionné qui digère des piles de livres, de recueils, de revues, un métier de kamikaze qui risque à chaque numéro de se faire incendier par des lecteurs ne partageant pas ses avis, par des auteurs s’estimant trop peu soutenus, par d’autres auteurs non retenus pour la publication, blessés au plus profond de l’égo qui leur sert souvent de talent. Non, je ne crois pas que c’est pour se plaindre que Morin a écrit ce petit recueil, je crois que c’est pour allumer un signal d’alarme, pour informer la communauté des auteurs que la revue, la sienne, l’excellente publication « Décharge » qui déniche les meilleurs poètes, pourrait un jour disparaître avec lui. « Il se demande comment elle fera sans son dévouement exclusif ». Ca ressemble à un appel à l’aide, un hameçon lancé pour pêcher celui qui aura la même passion que lui et qui fera vivre encore la revue et ceux qui y publient leurs œuvres.

On pourrait croire que Morin est peu désabusé, insuffisamment reconnu, un peu aigri de ne pas avoir, comme un éditeur courtisé, son « écurie » d’écrivains. Non, je crois que Morin est seulement un passionné de lecture, « Lire et parler d’un recueil lui donne grande satisfaction », un passionné qui entre dans l’intimité des auteurs après avoir lu seulement quelques lignes de leur plume. C’est un jouisseur qui voudrait partager sa passion, comme je le fais moi-même en lisant ses lignes et en laissant ces quelques mots sur leur auteur. Je ne voudrais tenter aucune comparaison, je ne suis pas à la hauteur, je voudrais seulement dire que je connais le frisson de l’amoureux des livres qui découvre encore un livre de plus dans sa boîte aux lettres, un livre de plus à mettre en haut de la pile déjà chancelante, un livre de plus à glisser dans un petit trou du programme de lecture, un livre à lire dans le train, dans la salle d‘attente chez le médecin, dans un bar, … partout où il est possible de grappiller un peu de temps.

Que Jacques Morin se rassure, le revuiste est un maillon essentiel de la chaîne du livre, c’est un naisseur, c’est très souvent lui qui, le tout premier, voit l’auteur inconnu avec son petit poème, son petit texte, l’auteur qui un jour sera célèbre. Combien de grands écrivains ont commencé par livrer leurs premiers essais à un journal ou une revue ? Tous ou presque ! Un jour Thierry Radière m’a dit que j’étais un passeur de textes, j’aimerais bien, les vrais passeurs de textes sont les revuistes comme Jacques Morin qui, à chaque publication, remettent sur le métier de nouveaux textes révélant de nouveaux auteurs.

mercredi, 23 novembre 2016

Extraits des parutions de 2016

Pour lire des extraits des parutions de 2016, cliquez sur l'un des titres ci-dessous:

Pour en savoir plus et/ou commander c'est sur http://www.dessertdelune.be/store/c405/nouveautés.html ou chez votre libraire habituel.

Parutions Octobre /Novembre

Extraits Légende de Zakhor.pdf

Extraits Encore une nuit sans en rêve.pdf

Extraits Datés du jour de ponte.pdf

Extraits dans le spleen et la mémoire.pdf

Extraits Carnet d'un petit revuiste de poche.pdf

Parutions Avril / Mai

Extraits Quand bien même.pdf

Extraits Pardon my french.pdf

Extraits Je respire discrètement par le nez.pdf

Parutions Février/Mars

Extraits Poèmes mignons pour petits capons.pdf

Extraits Léon le girafon.pdf

Extraits Le chuchotis des mots.pdf

Extraits Bestiolerie potagère.pdf