Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 29 avril 2019

Une note de lecture pour "Bientôt la Convention des cannibales"

Cette note de lecture pour le nouveau livre de Daniel Fano "Bientôt la Convention des cannibales" (illustrations de Jean-François Octave) paru aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune est signée Denis Billamboz.
Je vous invite à la lire :

Au temps des romans d'espionnage
Daniel Fano est de la même génération que moi et en lisant ce texte, j’ai le sentiment qu’il a, tout comme moi, souvent vu blanchir la nuit avant de poser son polar sur son chevet. Dans notre jeunesse nous avons dû lire les mêmes auteurs ceux qui écrivaient des livres ayant pour héros OOSS 117, James Bond 007, SAS, Koplan, San Antonio et quelques autres un peu moins célèbres. Aujourd’hui, dans le texte qu’il nous propose, il condense tous ces polars en une suite d‘images qui évoque tous les poncifs qui les meublaient. Avec des mots qui claquent comme des rafales de Kalachnikov, des noms propres notamment, il construit son texte comme un diaporama où se succèdent des mots qui nous émoustillaient, des noms d’armes : Mauser, Uzzi, Colt Cobra, … des noms de voitures prestigieuses : Plymouth, Ford Mustang, Jaguar, des noms de lieux exotiques : Hong Kong, Bangkok, …, des théâtres de guerre ou de crise célèbre : Moyen Orient, Vietnam, Amérique centrale, … Toute une longue liste de vocables qui sonnent bien et évoquent un monde qui laisse rêveur avec ses hôtels de luxe, ses monuments et ses avenues prestigieux.
On entend dans ce texte le crissement sensuel des fermetures éclair qui annonce la mise à nue de créatures de rêve devant des bellâtres athlétiques et bronzés qui oublient l’espace d’une scène qu’aujourd’hui on ne qualifierait même pas d’érotique, qu’ils sont avant tout des agents secrets au service d’une noble cause. On sent le souffle des explosions, on entend le sifflement des balles, on assiste à des scènes d’une horreur abominable, des horreurs que les pires tortionnaires n’ont même jamais imaginées, on a peur qu’un espion, toujours venu de l’est, soit tapi sous le lit, on oublie que la guerre froide appartient au passé… On retrouve notre jeunesse, le temps où nous aimions ces bouquins qu’aujourd’hui on n’avoue même pas avoir lus.
Merci Daniel d’avoir en quelques pages condensé l’énorme pile de polars que nous avons souvent lus, sous les couvertures, à la lueur d’une lampe de poche, d’avoir réveillé des sensations que nous avions quelque peu oubliées lors de la construction de nos vies familiales et professionnelles, d’avoir mis des images sur nos souvenirs en faisant claquer des noms qui donnent le frisson ou crée la sensation de partir vers de destinations féériques. Ce livre, c’est le pastiche d’une littérature aujourd’hui révolue remplacée par des polars beaucoup plus glauques, beaucoup moins « touristiques », des bouquins qui s’adressent beaucoup plus à la bête qui sommeille au fond de chacun de nous et beaucoup moins à l’être qui rêvaient de voyages, de belles filles, de playboys, de belles voitures, de palaces, de cabarets célèbres, …., tout en anéantissant des malfaisants qui voulaient détruire notre monde enchanteur d’avant la crise qui nous colle aux basques depuis des décennies.


 
danieil fano,jean-francois octave,denis billambozVous pouvez lire d'autres notes de lecture en surfant sur Presse Lit-on et découvrir ce livre en surfant ICI.
 
Bon lundi.
JL Massot
www.dessertdelune.be

mercredi, 25 juillet 2018

L'extrait sur Youtube du jour

Petit traité du noir.jpgL'extrait de ce jour "Petit traité du noir sans motocyclette (sauf une in extremis)" de Roger Lahu est à écouter sur la chaine "Les Carnets du Dessert de Lune" sur Youtube

Pour en savoir plus sur ce recueil, c'est ICI

On peut aussi le demander en librairie.

jeudi, 18 janvier 2018

Roger Lahu

Petit traité du noir.jpgSur https://www.dessertdelune.be/agrave-la-lune/le-nouveau-re...

une note de lecture signée Cécile Guivarch pour le deuxième recueil de Roger Lahu aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune

"Petit traité du noir sans motocyclette (sauf une in extremis)".

mardi, 24 octobre 2017

Une autre note de lecture pour le "Petit traité du noir..."

roger lahu, danieil fanoLe cave se rebiffe

La motocyclette n’est dans ce livre présentée in extremis que pour rappeler à l’homme un adage célèbre. Il en va de son cheval de fer comme de sa compagne : « femme et moteur, joie et douleur ». Mais l’auteur opte pour la première. En guise de preuve : sa manière d’œuvrer le noir loin des effeuillages de Marguerite (Yourcenar). Pour autant, le poète ne fait pas dans le gaulois sinon par les vocables afin de lutter contre les caveaubulaires.

Certes, la mort est présente sous le noir. Mais sa couleur est déviée de sa valeur symbolique. Ne serait-ce que par les références : de Dark Vador à Jim Jarmusch. Comme lui le poète affronte la camarde au simple titre qu’elle nous joue de sacrés tours de cochons. Nous saignant, elle nous réduit en « goret pré-boudin purée pommes ». Pas de quoi pour autant en faire une choucroute. Et la vieille adaptation de Johnny Hallyday d’un couplet anglo-saxon peut prouver que « Black is beautiful ». Si toutefois nous nous accordons le droit de se moquer de la fin qui nous est dévolue comme ultime joie de notre genre — en attendant, sereins, les prouesses que nous promettent les gourous de la Silicone Valley.

L’auteur nous rappelle que la terreur de la mort nous colle à la couenne. Depuis l’enfance, chacun craint les ombres et les abîmes. Qui dans sa jeunesse n’a pas eu la pétoche de se rendre dans une cave ? Et ce, jusqu’à se rebiffer. Et ce ne sont pas les assurances des adultes qui ont de quoi rassurer. Pour preuve, il suffit qu’un grand-père meure pour nous affirmer qu’il est monté au ciel et non enseveli dans un tombeau. Ce qui ne trompe personne sauf bien sûr ceux qui croient que le Paradis existe dans un autre monde.

Mais pour lutter contre l’angoisse, Lahu cherche d’autres arguments et surtout une poésie jouissive donc adéquate. Là où tant de poètes font dans la couronne de glaïeuls pour qui sonne le glas  il préfère gerber dans les tombeaux ouverts par irrévérence suprême et zénithale. Si bien que de la mort il ne reste même plus que dalles.

© jean-paul gavard-perret in http://www.lelitteraire.com/?p=33645#comment-7785

Pour lire d’autres critiques sur ce livre et/ou le commander, cliquez  ICI

Ou demandez-le à votre libraire.

mercredi, 18 octobre 2017

Une note de lecture pour Roger Lahu

Petit traité du noir.jpgElle est signée par Philippe Leuck sur le site de la revue Texture et c'est pour

« Petit traité du noir sans motocyclette (sauf une in extremis) » de Roger Lahu.

C'est à lire : ICI

samedi, 02 septembre 2017

Sur le Petit traité du noir

Petit traité du noir.jpg

Une note de lecture signée Jean-Pascal Dubost pour le nouveau recueil de Roger Lahu

« Petit traité du noir sans motocyclette (sauf une in extremis) » est à lire sur le site de Poezibao

ICI

Parution mai 2017, préfacé par Daniel Fano avec une illustration en couverture de Marie Bateau-Lahu. Editions Les Carnets du Dessert de Lune, collection Pleine Lune. 14 €

Disponible sur http://www.dessertdelune.be/store/c405/nouveautés.html ou en librairie.

mardi, 29 août 2017

La Drôme où Les Dessert de Lune

Avant de vous montrer d’autres réalisations d’illustrations de livres des Dessert de Lune, sur la page Facebook des éditions : https://www.facebook.com/jeanlouis.massot, vous informer que dans le département de la Drôme, il existe un lieu où vous pourrez trouver plus de 80 titres des éditions Les Carnets du Dessert de Lune.

Ce lieu c’est l'Atelier du Hanneton, animé par Stéphane Landois.

L’adresse : Les Presles 26400 Route du tram, 26300 Charpey

Le site : https://www.atelierduhanneton.fr/lieu-de-murmure/

Et vous préciser aussi que le nouveau livre de Jean Marc Flahaut " BAD WRITER" peut être acquis sur le site de ventes en ligne de la librairie Le Bateau Livre à Lille https://www.lebateaulivre.fr/livre/11585267-bad-writer-fl... où vous trouverez également les toutes dernières parutions des éditions et bien d’autres titres.

vendredi, 26 mai 2017

Les 3 nouveautés de mai.

Elles sont arrivées.

9782930607979.jpg"Sans Abuelo Petite" de Cécile Guivarch, couverture Jérôme Pergolesi, préface Luce Guilbaud. Pour découvrir ce livre c'est ICI

9782930607931.jpg"Bad Writer" de Jean Marc Flahaut, préface de Frédérick Houdaer. Pour découvrir ce livre c'est ICI

9782930607467.jpg"Petit traité du noir sans motocyclette (sauf une in extremis)" de Roger Lahu, couverture de Marie Bateau-Lahu, préface de Daniel Fano. Pour découvrir ce livre c'est ICI

jeudi, 30 avril 2015

Mai si ! Mai oui !

Avec un jour d’avance, voici la newsletter du mois de mai.

On commence donc par le 1er mai où les éditions Les Carnets du Dessert de Lune participeront au14e  salon du livre d’expression populaire et de critique sociale « Colères du présent » sur la Grand Place d’Arras, de 10h à 18h, en compagnie de Fanny Chiarello, de Jean-Marc Flahaut et de Francesco Pittau. Venez nous rencontrer sur le stand N°20. Durant toute la journée, à l’achat d’un livre, un livre vous sera offert. http://www.coleresdupresent.com/le-salon-du-livre-arras/informations-pratiques

Le samedi 2 mai Sylvie Durbec et Michaël Glück participeront en compagnie de leurs éditeurs à la rencontre « Les Chasseurs de mammouth étaient-ils poètes » De 10h à 19h, entrée et dégustations gratuites. Cave des vignerons, 525 route de la Gare, 30490 Montrin. Infos : 04 66 57 53 63

Pierre Soletti participera au 9e Fiestival qui se déroulera du 7 au 10 mai à l’espace Senghor (piétonnier de la Place Jourdan) à 1040 Bruxelles. Organisé par maelstrÖm reEvolution et l'Espace Senghor. http://www.fiestival.net/fiestival-2015/infos-reservations.html

Claudine Goux, illustratrice de « Carnets de têtes d’épingles » de Jean-Claude Martin et de « Carnet des relevés du cadastre poétique » de Georges Cathalo (prochainement réédité) exposera ses peintures, dessins et gravures à la Galerie Saint-Etienne, 53 rue de Verdun, 17640 Vaux sur Mer, du 18 au 24 mai de 10h à 12h et de15h à 18h

Du 29 au 31 mai, le théâtre Ephéméride invite les éditions Les Carnets du Dessert de Lune et les auteurs Perrine Le Querrec, Daniel Fano, Saïd Mohamed et Francesco Pittau à venir fêter les 20 ans des éditions. Il y aura des lectures, des rencontres, de la musique et bien sûr de la poésie. Ça se passera à L’île du Roi, 27100 Val de Reuil. Infos : http://www.theatreephemeride.com. Le programme à télécharger, est là : plaquette WE Belge.pdf

Fin mai, début juin (dates à confirmer) remise du Prix CoPo 2015 des lycéens à Thomas Vinau à Val de Reuil, 27100.

Et déjà vous annoncer la présence des Dessert de Lune au Marché de la Poésie de St-Sulpice à Paris du 10 au 14 juin. (On en reparlera)