Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 06 octobre 2018

Un article pour "Les samedis sont au marché"

Les samedis sont au marché.jpgThierry Radière, Les samedis sont au marché, Illustrations de Virginie Dolle, éditions Les Carnets du Dessert de Lune, 2017, 12 euros.

Malgré son format et le petit nombre de ses textes, Les samedis sont au marché est un livre qui ne manque pas de grandeur. Ce recueil en prose fourmille de ces « petits rien » qui forment la trame quotidienne de nos existences. Ils sont importants parce qu’ils expriment des atmosphères particulières et mélangent des époques différentes de la vie. L’âge adulte renvoie à des souvenirs d’enfance, à des odeurs précises, à des images qui prennent les contours du temps qui passe, tout en donnant l’impression qu’il ne passe pas. Oui, ces textes brefs nous font voyager vers un au-delà toujours recommencé. Les marchés ne sont pas seulement des étals de fruits et légumes, de poissons étalés sur leur lit de glace, de charcuteries appétissantes, mais des fragments d’une réalité qui nous touche, nous émeut, nous distrait, dans le bon sens du terme. Un marché, c’est un monde en soi, avec ses codes, sa foule plus ou moins bruyante, ses éclats de voix, ses couleurs chamarrées, voire même parfois sa musique d’accordéon. Et par de légères et subtiles touches de sensations et de lumières diverses, l’auteur nous entraîne dans ses rêveries. Car la poésie est toujours présente. L’écriture est concise, dansante, amicale. Elle nous prend par la main et nous acceptons qu’elle nous conduise vers des territoires partagés. Thierry Radière aime les gens qu’il rencontre dans les marchés, et il nous les fait aimer par la justesse de ses mots. Un recueil qui ouvre en grand toutes les portes des souvenirs que l’on croyait définitivement oubliés et qui ressurgissent à l’improviste, au gré des déambulations que nous menons à petits pas contre les certitudes et la folie des grandeurs.

© François Teysssandier in Poésie première N°71. Pour en savoir plus sur ce recueil -, cliquez ICI 

mardi, 17 avril 2018

Un article de presse pour

Les samedis sont au marché.jpgUn article de presse à propos du nouveau recueil de Thierry Radière et Virginie Dolle paru dans la collection Pleine Lune des éditions Les Carnets du Dessert de Lune, c'est à lire sur

https://www.dessertdelune.be/agrave-la-lune/une-note-de-l...

On peut le commander sur la boutique en ligne des éditions (rubriques Livres - Nouveautés) ou chez l'auteur (avec une dédicace) ou en librairie.

 

samedi, 09 décembre 2017

2 lectures pour 2 nouveautés 2017

Deux lectures pour 2 parutions en 2017 aux Carnets du Dessert de Lune

Les samedis sont au marché.jpgUne réaction d'une lectrice, Carole Rivoire, à la lecture de « Les samedis sont au marché » de Thierry Radière et Virginie Dolle paru récemment aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune et préfacé par Denis Montebello.

« Moi qui courais après le temps, je me suis retrouvée flottant dans ses multiples dimensions, tant cette balade au marché explose à tout instant les lois du lieu, du temps et de l’espace. Que c’est bon de retrouver une certaine forme de légèreté. Cette déambulation a permis une sorte de réconciliation avec le temps, duquel je me suis sentie en l’espace d’une lecture, délivrée et non plus prisonnière. Les marchés sont-ils l’occasion de visiter, voire de concilier le passé, le présent et le futur ? Je ne sais pas, mais c’est l’effet que cela m’a fait d’être plongée dans cet univers indéfini, sans limites, parfois irrationnel, et toujours plein de poésie. Et puis, cette question que je retrouve en filigrane au fil des pages : qu’est-ce que c’est d’être vivant, de vivre ? « Qu’elle vive enfin » dis-tu ! Qu’en est-il de l’humanité de l’homme-statue… et ces laitues dont les coeurs crissent, le fromage blanc, les mots, ces trouvailles qui « ...forment des corps vivants une fois assemblées », jusqu’à ces aubergines dont la question se pose de savoir si elles se sont un jour ennuyées ? Qu’est-ce qu’être vivant ? : « Le fleuriste - avec ses tulipes - me donne envie d’arrêter de mourir », mais tout aussi « le printemps, la saison des accouplements ». Merci pour cet hymne à l’intemporel, à l’éternité et à la vie ! Et bravo à Virginie Dolle pour avoir si justement prolongé et donné "vie" à tes mots, la vie que j’ai ressentie si fort tout au long de cette échappée. © Carole Rivoire.

Pour acquérir ce livre rendez-vous sur www.dessertdelune.be rubrique Livres puis Nouveautés (n'oubliez pas d'ajouter le code promo MOINS17 avant de valider votre commande). On peut aussi le demander à son libraire.

Bad Writer.

Bad Writer.jpgJean Marc Flahaut nous donne à lire 22 textes. Choisissant la langue anglaise pour certains titres (dont celui du livre) il semble se former une identité d’outre-atlantique, celle d’un écrivain qui doute, de lui d’abord. L’auteur serait-il mauvais écrivain ? Les textes, en tous cas, qui composent ce livre sont directs, décalés parfois, d’un désabusement qui, je crois, est plus une feinte de corps qu’une réalité existentielle, sauvé par un humour (légèrement britannique) que sert une langue proche et familière. Un livre qui nous rappelle, en tous cas, que les poètes qui prennent la grosse tête ont tort, et que l’écriture - tout particulièrement de poésie - est davantage un chemin d’humilité qu’un sentier de la gloire. © Alain Boudet in http://latoiledelun.fr/spip.php?article760&lang=fr

Pour acquérir ce livre, et d’autres, c’est sur le site des éditions https://www.dessertdelune.be/store/c405/nouveautés.html. (N'oubliez pas d'utiliser le code promo MOINS17 avant de valider votre commande. On peut aussi demander ce livre chez son libraire.

vendredi, 10 novembre 2017

Où l'on parle d'une autre nouveauté

"Les samedis sont au marché" de Thierry Radière et Virginie Dolle.

C'est à lire sur CritiquesLibres, article signé Denis Billamboz.

mardi, 07 novembre 2017

Un article pour "Les samedis sont au marché"

Les samedis sont au marché.jpgC'est paru dans Ouest France du 4 novembre :

Dans ce recueil de poésie en prose, Les samedis sont au marché, Thierry Radière, professeur d'anglais et auteur, explore le thème du marché à Fontenay, les samedis, au travers de ses apologues. Des petits textes où anecdotes et personnages vont être prétextes à un vagabondage primesautier, d'une pensée à l'autre, d'une question à une deuxième, puis une troisième...

On y discerne la magie de l'enfance parfois, le plaisir de l'échange au coin de l'étal souvent, et la jouissance du moment présent presque toujours : « Les fèves à la croque de sel, comme ça, sans les cuire, j'ai du mal à me les représenter... Peut-être y a-t-il un lien entre l'histoire de mes goûts et celle de mon existence ? » Des regards nostalgiques à croquer comme des fruits frais. Virginie Dolle, Nantaise, a fait les dessins. Elle a illustré, il y a deux ans, un hors-série Ouest-France sur le quartier commercial de Bouffay, à Nantes. © Ouest France 4/11/2017.

Thierry Radière sera à la librairie Arcadie, à Luçon, le 18 novembre, et au salon du Langon, le 19 novembre pour vous dédicacer ce recueil.

 

 

samedi, 04 novembre 2017

On en parle déjà.

thierry radière, virginie folle, denis montebello, michaël glück, pascaline boura, francesco pittauLire un article de presse à propos du nouveau recueil de Thierry Radière «Les samedis sont au marché» c’est ICI.

 

 

 

thierry radière, virginie folle, denis montebello, michaël glück, pascaline boura, francesco pittauLire un article de presse à propos du second recueil d’aphorismes de Michaël Glück «nuova prova d’orchestra» c’est LA.