Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 04 octobre 2017

Des articles de presse pour 3 Dessert de Lune

jean marc flahaut,cécile guivarch,bernard bretonnière, jerôme pergolesi,jeanne frère, frédérick houdaer, luce guilbaud, jean-pierre verheggenDe récents articles sur « Bad Writer » de Jean Marc Flahaut,

jean marc flahaut,cécile guivarch,bernard bretonnière, jerôme pergolesi,jeanne frère, frédérick houdaer, luce guilbaud, jean-pierre verheggensur « Sans Abuelo Petite » de Cécile Guivarch,

jean marc flahaut,cécile guivarch,bernard bretonnière, jerôme pergolesi,jeanne frère, frédérick houdaer, luce guilbaud, jean-pierre verheggensur « Datés du jour de ponte » de Bernard Bretonnière

sont à lire sur le site des éditions www.dessertdelune.be en cliquant sur A LA (L)UNE.

mardi, 29 août 2017

La Drôme où Les Dessert de Lune

Avant de vous montrer d’autres réalisations d’illustrations de livres des Dessert de Lune, sur la page Facebook des éditions : https://www.facebook.com/jeanlouis.massot, vous informer que dans le département de la Drôme, il existe un lieu où vous pourrez trouver plus de 80 titres des éditions Les Carnets du Dessert de Lune.

Ce lieu c’est l'Atelier du Hanneton, animé par Stéphane Landois.

L’adresse : Les Presles 26400 Route du tram, 26300 Charpey

Le site : https://www.atelierduhanneton.fr/lieu-de-murmure/

Et vous préciser aussi que le nouveau livre de Jean Marc Flahaut " BAD WRITER" peut être acquis sur le site de ventes en ligne de la librairie Le Bateau Livre à Lille https://www.lebateaulivre.fr/livre/11585267-bad-writer-fl... où vous trouverez également les toutes dernières parutions des éditions et bien d’autres titres.

mercredi, 05 juillet 2017

François Bon lit des extraits de "Bad Writer"

Bad Writer.jpgSur youtube Francois Bon lit des extraits du recueil de Jean Marc Flahaut "Bad Writer".
Pour voir et écouter cette lecture rendez-vous sur :
www.youtube.com/watch?v=9BePVyA8Y2Y
et montez le son.

 

 

 

 

Pour commander ce livre, si vous souhaitez le commander, il vous suffira de vous rendre sur le site des éditions à cette adresse: http://www.dessertdelune.be/store/c405/nouveautés.html

et de remplir votre panier ou demander ce livre à votre libraire.

samedi, 24 juin 2017

Une autre note de lecture

Bad Writer.jpgBad Writer. Jean Marc Flahaut. Préface Frédérick Houdaer. Les Carnets du Dessert de Lune, Collection Pleine lune. ISBN : 9782930607931. 68 pages, 12,00 €

Dans ce petit recueil de poésie narrative, construit de vers très libres, extrêmement concentrés, chaque mot ayant son utilité, sa signification, son poids, sa musique, Jean Marc Flahaut exprime un doute très profond. Il doute de lui et de son art, il doute de la poésie, il doute de la capacité des lecteurs à comprendre la poésie, il doute même d’être capable de faire comprendre au lecteur la nécessité de la poésie, son sens profond, son utilité. Il doute de l’art, de son art, de la capacité des autres à comprendre l’art. Ce doute le laisse oscillant en une incertitude schizophrénique entre celui qui écrit et celui qui range les papiers, entre le poète et le tâcheron :

« Il y a / deux hommes en moi/ l’un écrit/l’autre pas il lit – il classe – il range il trie »

Mais ce doute l’entraîne aussi dans une forme de paranoïa sclérosante, l’empêchant de proposer ces textes par crainte de la cohorte de tous les refus.

« peur du libraire/ qui refuse de vendre mes livres/ peur de l’éditeur qui refuse de prendre mon manuscrit/ peur du lecteur/ qui ne lira jamais aucun de mes poèmes /peur… »

Auteur convaincu de son talent, il est aussi persuadé du bienfondé des critiques négatives de ses détracteurs, nourrissant ainsi sa vision schizophrénique de son moi écrivain.

« …/il pense/…/qu’il est à la fois/le tueur et la cible/l’antidote et le poison/… »

Il reste alors avec ses doutes et ses frustrations, espérant toujours écrire le livre qui changera tout, le regard des autres et l’estime de soi.

« ce livre/que je voudrais écrire/et tous ceux que j’ai écrits/pour m’en approcher »

Mais je suis convaincu que Jean Marc Flahaut est persuadé qu’il a du talent et qu’il affecte de douter de lui et de son art pour faire comprendre qu’on ne le juge pas à l’aune de ses qualités.

« c’est fou/ça n’a l’air de rien/mais ça dit tout »

Le narrateur réalise un  véritable exercice d’autodérision instillant un doute sur son art pour, au contraire, démonter qu’il est bourré de talent et que ses textes méritent toute la considération des lecteurs et des éditeurs. Ils sont déjà nombreux à le lire et à l’apprécier à l’aune de son talent réel et je ne suis certainement pas le premier à être convaincu qu’il n’est surtout pas un « Bad Writer » !

© Denis Billamboz in http://mesimpressionsdelecture.unblog.fr/2017/06/23/bad-w...

Pour commander ce livre cliquez ICI

vendredi, 26 mai 2017

Les 3 nouveautés de mai.

Elles sont arrivées.

9782930607979.jpg"Sans Abuelo Petite" de Cécile Guivarch, couverture Jérôme Pergolesi, préface Luce Guilbaud. Pour découvrir ce livre c'est ICI

9782930607931.jpg"Bad Writer" de Jean Marc Flahaut, préface de Frédérick Houdaer. Pour découvrir ce livre c'est ICI

9782930607467.jpg"Petit traité du noir sans motocyclette (sauf une in extremis)" de Roger Lahu, couverture de Marie Bateau-Lahu, préface de Daniel Fano. Pour découvrir ce livre c'est ICI

vendredi, 03 février 2017

Des articles de presse sur des récentes parutions

Pour lire des articles de presse à propos de Bestiolerie potagère, cliquez LA

Pour lire des articles de presse à propos de Dans le spleen et la mémoire, cliquez ICI

Pour lire des articles de presse à propos de Datés du jour de ponte, cliquez LA

Pour lire des articles de presse à propos de Encore une nuit sans rêve, cliquez ICI

Pour lire des articles de presse à propos de Je respire discrètement par le nez, cliquez LA

Pour lire des articles de presse à propos de Légende de Zakhor, cliquez ICI

Pour lire des articles de presse à propos de Pardon my french, cliquez LA

Pour lire des articles de presse à propos de Quand bien même, cliquez ICI

Des articles de presse sur des récentes parutions

Pour lire des articles de presse à propos de Bestiolerie potagère, cliquez sur LA

Pour lire des articles de presse à propos de Dans le spleen et la mémoire, cliquez  ICI

Pour lire des articles de presse à propos de Datés du jour de ponte, cliquez LA

Pour lire des articles de presse à propos de Encore une nuit sans rêve, cliquez ICI

Pour lire des articles de presse à propos de Je respire discrètement par le nez, cliquez LA

Pour lire des articles de presse à propos de Légende de Zakhor, cliquez  ICI

Pour lire des articles de presse à propos de Pardon my french, cliquez LA

Pour lire des articles de presse à propos de Quand bien même, cliquez  ICI

mercredi, 23 novembre 2016

Extraits des parutions de 2016

Pour lire des extraits des parutions de 2016, cliquez sur l'un des titres ci-dessous:

Pour en savoir plus et/ou commander c'est sur http://www.dessertdelune.be/store/c405/nouveautés.html ou chez votre libraire habituel.

Parutions Octobre /Novembre

Extraits Légende de Zakhor.pdf

Extraits Encore une nuit sans en rêve.pdf

Extraits Datés du jour de ponte.pdf

Extraits dans le spleen et la mémoire.pdf

Extraits Carnet d'un petit revuiste de poche.pdf

Parutions Avril / Mai

Extraits Quand bien même.pdf

Extraits Pardon my french.pdf

Extraits Je respire discrètement par le nez.pdf

Parutions Février/Mars

Extraits Poèmes mignons pour petits capons.pdf

Extraits Léon le girafon.pdf

Extraits Le chuchotis des mots.pdf

Extraits Bestiolerie potagère.pdf

 

 

dimanche, 02 octobre 2016

Ce sera en octobre

Tout cela va se passer en octobre, l'avant-dernier mois au 31 jours de l'an 2016.

- Jusqu’au 29 octobre. Exposition « Gérard Sendrey ou le Pèlerin de la Lumière ».
à L’assiette, 78 rue Labat, 75018 Paris. Lunch alchimique le 9 octobre à 15h00.
 www.lassiette-restosympa.fr

- Mercredi 5 octobre à 18h30. Remise du prix de la Fondation Labbé à Perrine Le Querrec.
pour le recueil « La Patagonie », en présence de l’auteur.
Librairie Tropismes, 11 galerie du Centre, 1000 Bruxelles. Réservation souhaitée.

- Dimanche 9 octobre à 17h00.
« Cabaret poétique, saison 7 » avec  Jean-Marc Flahaut. Le Périscope, 13 rue Delandine, 69002 Lyon.

- Les 14 -15 -16 octobre. 3 lectures rencontres avec Eric Dejaeger.
https://mediathequedepartementale.lenord.fr

- Samedi 15 octobre à 18h00. Rencontres avec Cécile Guivarch et Perrine Le Querrec.
Maison de la Poésie de Poitiers, 198 Faubourg du Pont Neuf, 86000 Poitiers.
http://www.maison-poesie-poitiers.com/index.html

- Dimanche 16 octobre de 12h00  à 18h00. 3e édition du Livre Tout Proche.
Patrick Devaux dédicacera ses deux romans parus aux Dessert de Lune.
Château de La Hulpe,  111 chaussée de Bruxelles, 1310 La Hulpe.

- Samedi 29 octobre de 15h00 à 17h00.
Christiane Levêque et Patrick Devaux dédicaceront leurs livres.
Librairie les éditeurs, 23 rue de Flandre, 1000 Bruxelles.

Retenez aussi que du 11 au 13 novembre ce sera le salon de L’autre Livre aux Blancs-Manteaux
à Paris où seront présentées les nouveautés d’octobre-novembre.
Avec en dédicaces Sophie Brassart, Marie Evkine, Olivia HB, Perrine Le Querrec,  Christophe Bregaint, Patrick Devaux, François Garnier, Fabien Sanchez et votre serviteur.

dimanche, 11 septembre 2016

Une note de lecture pour "Pardon My French"

Pardon my French.jpeg"Pardon my French" de Frédérick Houdaer paru en juin dans la collection Pleine Lune. On peut le commander sur le site des éditions www.dessertdelune.be ou en librairie.

C’est un lieu commun qu’il n’est vain de rappeler : la poésie française manque d’humour ; elle rit peu : le rire ni le sourire ne sont l’objet d’une tradition poétique marquée. Si l’humour affleure dans la satire, par exemple, traditionnelle, on reste dans un entre-soi (les poètes s’adressent aux poètes). Si on regarde du côté de la fantaisie, du cocasse, de la légèreté, on frise la rimaille enfantine quand on ne s’y complaît. On notera toutefois, dans la tradition récente, de bonnes cuissons de langage (Robert Desnos) (Jean Tardieu), de l’humour con (Jean L’Anselme), du burlesque clownesque (Jean-Pierre Verheggen, mais il est belge), cela souvent relégué à l’histrionisme de cuisine, car, répétons-le, l’humour n’a pas bonne presse chez les poètes eux-mêmes. L’humour ravageur avant-gardiste ayant contribué, quant à lui, à une volonté de destruction de la poésie, ou à sa haine (poètes qui se moquent de leurs pairs, ou de leurs impairs). 
Cette petite digression teintée de malice fourbe pour avancer en toute subjectivité que le manque d’humour s’étend à une vaste partie de la poésie française contemporaine. La poésie, c’est sérieux.
On peut rire de la poésie, mais on ne rit pas avec la poésie.

Et certains préfèrent en rire, comme Jean-Pierre Verheggen (mais il est belge).
 
Depuis quelques décennies, ne trouvant point leur compte dans la « bibliothèque » française, quelques poètes français regardent outre-Atlantique pour se donner de l’air et prendre le large. Du côté de l’Amérique de Charles Bukowski, de Richard Brautigan, de Raymond Carver ou de Dan Fante, des désenchantés chez lesquels le tragique de vivre fut tourné en dérision en tant qu’arme d’attaque pacifique. Sous leur tutelle, on rit jaune, comme Tristan Corbière, mais avec moins de déférence pour la langue.
Frédérik Houdaer, en droite lignée d’un récent aîné, Roger Lahu, appartient à cette famille de poètes qui ont pris l’air outre-Atlantique. Non seulement cela, mais aussi, petite goutte provocatrice, il puise dans ce que les têtes universitaires désignent sous l’appellation dénigrante de « paralittérature »1, dont il est issu (et dont il utilise en poésie un certain nombre d’archétypes et de codes), puisqu’il commença (et continue) de publier des romans noirs et des romans policiers2, avant de venir à la poésie, tardivement (Angiomes, La Passe du Vent, 2005), et, selon ses dires, sans qu’il ne connût alors rien ou quasi à la poésie (autre geste provocateur adressé à la gent intello-poétique).

« Pardon my French » est une expression populaire anglaise par quoi le locuteur (de langue anglaise) s’excuse de s’être appuyé sur un juron ou une grossièreté, d’avoir usé du langage populaire, pour énoncer un avis ; littéralement : « pardonnez mon français » : excusez-moi d’être grossier, c’est-à-dire « passez-moi l’expression ». Il semblerait bien que la langue anglaise use d’un euphémisme ironique pour moquer la langue française et son dit bel et bon usage resté dans les esprits héritiers de ce que Claude Favre de Vaugelas désignait comme « la façon de parler de la plus saine partie de la cour conformément à la façon d’écrire de la plus saine partie des auteurs du temps »3 (lesquels auteurs devaient prendre dans la noblesse des genres et des sources (mythologiques)). Ironiquement, irrévérencieux, dès son titre, Frédérick Houdaer ne s’excuse pas d’écrire des poèmes qui s’appuient sur la vie populaire (la partie non courtisane du pays) et en langue crue (ou verte) ; il écrit de la poésie populaire, non pas une poésie qui agite la vieille pompe molle d’une poésie écrite pour tous et surtout pour ceux qui ne lisent pas habituellement de poésie, mais parce qu’il puise des situations et des saynètes dans la vie quotidienne, celle que vit le peuple ; il puise dans la mythologie populaire ; ce faisant, il ne se situe ouvertement point parmi « la plus saine partie des auteurs du temps ». Usant pour cela d’une langue qu’on trouve plus couramment dans les romans policiers ou noirs que dans les livres de poèmes, d’une langue qui ne déconstruit pas la langue, mais qui est issue de l’usage courant, d’une langue parlée (semi-parlée, puisqu’elle est écrite). Son parlé-écrit tient plutôt de Frédéric Dard que de Racine. Où la poésie de Frédérick Houdaer est d’un bel effet tient dans le fait qu’elle trouve dans toute situation vécue un comique de situation, quand bien même il n’y en aurait pas, et chaque poème se termine par une pirouette (volontairement) bancale qui relève d’une morale far fetched (tirée par les cheveux), et assumée comme telle. 

Le poète-narrateur se met en scène en tant que poète dans les situations ou anecdotes dont il fait la courte narration, il en est un des personnages actifs, et nous le retrouvons dans une scène de la vie ordinaire, devant la télévision, dans un café, dans un après-festival de poésie, sur un marché, dans un ferry, un car, un train ou en train de faire l’amour. Les poèmes de Fréderick Houdaer tiennent de la short short story4  en vers (comme la pratiquait Raymond Carver), de la micro-fiction à illusion autobiographique (peu nous chalant la véracité vécue des faits évoqués, importe l’effet de réel qui embarque le lecteur dans un semblant de réalité vraisemblable). On y sourit du banal, du banal dans lequel un chacun barbote, et ça nous dit qu’y barbotent moins ceux qui le savent que ceux l’ignorant (ou feignant de l’ignorer) ; c’est de la critique de toute notre banalité de petits êtres humains. On sourit jaune ; parfois, l’exagération du trait fait rire.
Au final, dans ce livre, c’est la comédie humaine qui est mise en scène, dans sa pathétique vanité ; et le poète, en sage sans sagesse, essaie de faire entendre non pas raison mais combien tout ça est dérisoire.

© Jean-Pascal Dubost in http://poezibao.typepad.com/poezibao/2016/09/note-de-lect...

1 Insulte suprême dénoncée dans « Toi aussi, tu as des armes, poésie & politique », collectif publié à La Fabrique en 2011. L’incipit in extenso quasi : « Ce livre, où il est question de poésie, réunit des écrivains qui ont en commun de ne pas trop aimer qu’on les traite de poètes. Elles et ils ne tiennent pas non plus à ce que leur travail d’écriture soit qualifié de poésie. » 
« Il semble que l'on tente aujourd'hui, en forgeant le mot de « paralittérature » de rassembler en un tout l'ensemble des  modes d'expression langagière à caractère lyrique ou narratif  que des raisons idéologiques et sociologiques maintiennent en 
marge de la culture lettrée. Cette marginalité ambiguë qui est le propre du roman feuilleton, du roman-policier, du roman rose, de la chanson populaire, de la « science-fiction », etc., nous semble ne pas être seulement une caractéristique négative, ne pas résider dans un manque de littérarité essentiel qui entacherait ces différents genres. » (Marc Angenot, « Qu’est-ce que la paralittérature ? » in Études littéraires, vol. 7, n° 1, 1974.


2 L'Idiot n°2 (néo-polar), éditions Serpent à plumes, 1999 ; La Grande Érosion (black sotie) (roman), éditions La Passe du Vent, 2000 ; Je viendrai comme un voleur (roman), éditions Vauvenargues, 2001 ; Ils veillent (roman, comédie noire), éditions Vauvenargues, 2002 ; Ankou, lève-toi (roman), éditions Terre de brume, 2010.


3 in Remarques sur la langue française, utiles à ceux qui veulent bien parler et bien écrire, (1647)

4 Qu’il serait possible de traduire par « très très courte nouvelle », mais point par « novelette », qui désigne une pièce de musique divertissante.

samedi, 21 mai 2016

3 notes de lecture

3 notes de lectures pour

"Quand bien même" d'Isabelle Bonat-Luciani : mes impressions de lecture.pdf

"Pardon my french" de Frédérick Houdaer : décharge.pdf

"Tête dure" de Francesco Pittau : denis billamboz.pdf

Tête dure.JPEGPardon my French.jpegQuand bien même.jpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

samedi, 07 mai 2016

En mai et puis en juin avec les auteurs du Dessert de Lune

Le programme des auteurs du Dessert de Lune en mai et en juin 2016

Le samedi 14 mai à 17h Pierre Soletti sera à la médiathèque Yvon Tondon à Pont-à-Mousson pour une lecture poétique et apéritive. Vous y trouverez ses livres « J’aurais voulu t’écrire un poème »(illustré par Valère Argué), « Je dirais que j’ai raté le train » (illustré par Amélie Harrault) et « Quand le vent chante » (illustré par Sylvie Durbec).

Le samedi 14 mai à 20h30, Said Mohamed, accompagné de Karin Helbert à l’orgue de cristal et des chants soufi d’Hamed Abdelack El Kaabe, lira des extraits de « Jours de liesse » (illustré par Coline Bruges-Renard) et de « L’éponge des mots »(illustré par Bénedicte Mercier), à La Grange aux Dimes, 61 rue Gabriel Péri, 78420 Carrières sur Seine.

Du 16 au 29 mai, de 10h30 à 19h, Pascaline Boura expose à La Lucarne des Ecrivains, 115 rue de L’Ourcq, 75019 Paris. Vous y trouverez le livre « Prova d’Orchestra » de Michaël Glück en présence de l’auteur, le samedi 21 mai à 19h.

Du 24 au 31 mai, Yves Budin expose « David Bowie par Yves Budin » au Centre Culturel de Seraing, 44 rue Renaud Strivay, 4100 Seraing. Vernissage le mercredi 25 mai de 18h30 à 20h suivi du concert Tribute to Bowie. Sur place vous pourrez acquérir et faire dédicacer « Visions of Bowie ».

Le mercredi 25 mai à 19h30, Perrine Le Querrec sera à la librairie Charybde, 129 rue de Charenton à Paris 75012. Vous y trouverez ses livres « Coups de ciseaux » (illustré par Stéphanie Buttay), « Bec & Ongles » (illustré par Victor Corolleur), « La Patagonie » et « Pieds nus dans R./Barefoot in R » (traduit en anglais par Derek Munn).

Du 27 au 29 mai, Isabelle Bonat-Luciani sera à la Comédie du Livre de Montpellier pour dédicacer son premier livre « Quand bien même » (illustré par Eric Pessan).

Et déjà vous annoncer que les éditions seront présentes au 34e Marché de la Poésie de St-Sulpice, place St-Sulpice, 75006 Paris sur le stand 209/515 avec en dédicace : Isabelle Bonat-Luciani, Fanny Chiarello (sous réserve) Perrine Le Querrec, François Garnier, Frédérick Houdaer, Etienne Lodého, Jean-Jacques Marimbert, Saïd Mohamed et Thomas Vinau.