Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 12 juin 2019

Pittau - Poitiers

Affiche F Pittau.jpgC'est ce samedi 15 juin à 18h00 que Francesco Pittau sera à la maison de la poésie de Poitiers, 18 rue du Faubourg du Pont-Neuf, pour vous parler de ses livres publiés aux Dessert de Lune et notamment le dernier "La quincaille des jours".

Articles de presse à lire en surfant sur Articles de presse

Pour en savoir plus sur l'auteur c'est là : Francesco Pittau

mardi, 04 juin 2019

En juin à Saint-Malo et à Poitiers

ET pendant que du 5 au 9 juin, vous trouverez les Carnets du Dessert de Lune au marché de la poésie de St-Sulpice à Paris où je serai accompagné de plusieurs auteurs,
voir https://www.facebook.com/events/632969897167018/
il vous sera également possible de trouver quelques titres des Dessert de Lune sur le stand d'Espace Livres & Création au Festival des Etonnants Voyageurs qui se tiendra du 8 au 10 juin à St-Malo.

etonnants voyageurs.jpg



Et le samedi 15 juin Francesco Pittau sera à la Maison de la Poésie de Poitiers pour une rencontre-lecture.  Ce sera à 18h00. L'occasion de découvrir ou de redécouvrir ses 4 livres publiés au Dessert de Lune. Affiche F Pittau.jpg

samedi, 01 juin 2019

Un coup de coeur pour "L'homme que j'aime"

Cet article vient de paraître dans Le Carnet et Les Instants. Il est signé Fanny Deschamps.

L'homme que j'aime.jpgEva Kavian est une autrice qui touche à tous les genres, écrit pour tous les âges et anime des ateliers d’écriture. Poésies, road-movie mésolithique, manuel pour apprenti écrivain, romans pour enfants ou adolescents, souvent elle invente des vies à ses personnages. Parfois, elle raconte la sienne. Dans ce recueil de petits poèmes en vers libres, elle raconte l’amour. Le sien. Celui qu’elle nomme « son mari » et elle s’entrecroisent dans des textes simples, épurés, ténus. L’autrice y lève un coin du voile qui recouvre un amour dont il semble en même temps qu’elle ne souhaite pas trop en révéler, comme pour mieux préserver quelque chose de précieux. Elle raconte, ou plutôt chante leur relation, sans l’étaler, sans platitude, d’une façon touchante de justesse.

Tu me dis que je suis belle / avec ou sans lunettes / et pourtant sans tes lunettes / tu ne vois pas grand-chose / c’est peut-être  / mon flou / que tu aimes / ou ce que tu sais / de moi  / invisible / ou ce que ta main / te raconte / de mon âme  / sur ma peau.

Leur couple, tardif, savoure le fait d’être ensemble et semble particulièrement conscient que la vie, qu’ils n’ont plus devant eux, est courte et que leur amour aura, par conséquent, une fin. Inquiets, mari et femme semblent guetter les signes annonciateurs d’une fragilité, puis s’émerveillent de leur bonheur.

Un de nous deux / mourra / avant l’autre / impossible / de savoir / lequel des deux / va gagner / de ne pas perdre l’autre

Jour, nuit, ensemble, séparés, à table, au lit, en voyage, sur écran. Les jours s’égrènent et le quotidien semble ravir l’autrice avec ses baisers, enlacements, risotto aux champignons, journal posé sur la table, café brûlant. En quelques mots, Eva Kavian réussit à évoquer toutes les nuances et la richesse d’une liaison heureuse, dont elle aurait aimé qu’elle commençât plus tôt. Publié dans la collection « Dessert à l’italienne », nommée ainsi en raison de son format horizontal, le livre accole aux poèmes d’Eva Kavian les illustrations en noir et blanc de Marie Campion. Ces gravures ponctuent les textes sans s’imposer. Un petit bijou qui raconte la vie heureuse, la conscience de son aspect éphémère, l’entrelac de deux vies, pour le meilleur.

© Fanny Deschamps in https://le-carnet-et-les-instants.net/2019/05/31/kavian-l...

mercredi, 29 mai 2019

Du 5 au 9 juin au 209

affiche st sulpice.jpgTout savoir de ce qu'il se passera du 5 au 9 juin au stand 209 des éditions Les Carnets du Dessert au marché de la poésie de Saint-Sulpice :

Surfez sur Tout le programme 

jeudi, 18 avril 2019

Les Carnets du Dessert de Lune le 1er mai à Arras

Le 1er mai Les Éditions Les Carnets du Dessert de Lune seront présentes au 18e Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale.

AFFICHE A3 SDL 2019 web.jpg

De 10h à 19h. Grand Place et Place d'Ipsich. ARRAS. Tout le programme sur www.coleresdupresent.com

J'y serai accompagné de Fanny Chiarello (à un moment ou à un autre de la journée, elle viendra dédicacer ses livres dont le plus récent "Pas de côté").

- De 14h à 15h Jean Marc Flahaut viendra dédicacer son dernier recueil "Bad Writer" et ses deux recueils précédents.

- De 15h à 16h Francesco Pittau viendra dédicacer son dernier recueil "La quincaille des jours" et ses trois recueils précédents.

- De 16h à 17h, Patrick Devaux viendra dédicacer son dernier roman "Dorures légères sur l'estran" et son précédent roman.

A l'occasion, je vous dédicacerai "Nuages de saison" paru aux éditions Bleu d'encre et les 3 précédents parus chez d'autres éditeurs.

Il y aura les nouveautés de février, et bien d'autres titres à vous proposer. A l'achat d'un livre, un livre vous sera offert durant toute la journée. On est comme ça aux Dessert de Lune.

Au plaisir de vous y croiser.

Jean-Louis Massot

 

lundi, 18 mars 2019

Une autre note de lecture à propos de "L'homme que j'aime"

eva kavian,marie campion,francesco pittauL’édition « italienne » de ce petit carnet de confidences amoureuses tire profit des belles vignettes en noir et blanc de la Brainoise Marie Campion, qui allie à son graphisme « élémentaire » (au sens des quatre éléments) une once de tremblé qui n’est pas pour déplaire. Les textes du « tu » au « nous » égrènent le passé fusionnel, les tâches ménagères, « la main qui caresse », le monde virtuel et le monde tout court des émotions, des regrets, des partages, le « silence » de l’autre, bien « éprouvant ». « J’ai peur parfois/ de te perdre » sonne comme un bel aveu. Un humour délicat, des sentiments à vif colorent ce recueil léger, quotidien, aux inflexions un brin chagrines, à cause des absences, séparations et autres réseaux parallèles. Parfois, les gens vivent sur des rails, et il n’y a pas trop d’aiguillages pour croiser leurs ferveurs. La « vie ordinaire » pour reprendre un titre célèbre traverse ces poèmes. © Philippe Leuckx in www.areaw.be

 Pour découvrir ce livre, lire des extraits, l'acheter, surfez sur L'homme que j'aime

 

mardi, 12 mars 2019

Où l'on parle de L'homme que j'aime

 

L'homme que j'aime.jpgLa romancière belge Eva Kavian est une grande amoureuse. On le sait grâce à plusieurs de ses livres précédents. Mais l'amour n'est-il pas au cœur de l'existence ? De la littérature ? De la poésie ?

Bien sûr, l'amour peut donner lieu à des poèmes riquiquis, idiots, sirupeux, voire carrément mauvais. Il peut aussi engendrer un texte merveilleux comme celui de «L'homme que j'aime», écrit par Eva Kavian, illustré par Marie Campion. D'une simplicité analogue à sa force. D'une lucidité égale à sa fantaisie.

Jouant sur l'expression «Ciel mon mari», Eva Kavian la détourne à 180° pour en faire un chant d'amour à l'homme qu'elle aime. Bien sûr, ils n'ont plus vingt ans. Bien sûr, ils ne sont plus des perdreaux de l'année. Et alors ?, nous glisse-t-elle à l'oreille. On a encore le droit d'être heureux, le droit d'être amoureux. On est peut-être un peu plus sages, un peu plus réalistes. On sait peut-être un peu plus que les choses ont une fin, y compris le bonheur. Ses phrases s'inspirent du quotidien pour chanter son amour pour cet homme, dont elle répète qu'il est «son mari». Un amour qui sait de quoi les nuits et les jours sont faits mais qui n'oublie pas d'aussi s'enthousiasmer pour tous ces riens qui tressent un lien. On chemine avec ravissement dans ses mots, si justes, si doux, si peu attendus parfois, jusqu'à sa sublime conclusion.

Marie Campion ponctue le texte posé en courtes lignes sur les pages d'une série de dessins en noir et blanc qui saisissent l'essentiel des propos et les transposent dans cette autre dimension qu'est l'image.

©Lucie Cauwe in lu-cieandco.blogspot.com, 7 mars 2019.

Pour lire et voir l'article avec des illustrations de Marie Campion cliquez sur


https://lu-cieandco.blogspot.com/2019/03/quand-ciel-mon-m...

Pour découvrir ce livre cliquez sur https://www.dessertdelune.be/store/p879/L%27homme_que_j%2...

jeudi, 07 mars 2019

Les Dessert de Lune au salon du livre de Paris

Au cas où vous ne pourriez venir au salon de l'Autre Livre ces 8, 9 et 10 mars au Palais de la Femme, 94 rue de Charonne, 75011 Paris, vous pourrez trouver quelques jours plus tard Les Carnets du Dessert de Lune sur le stand E75 de Wallonie-Bruxelles au salon du livre de Paris du 15 au 18 marsPorte de Versailles, Pavillon 1, boulevard Victor, 75015 Paris.

Infos pratiques 

Je n'y serai pas mais sur le stand seront disponibles les titres suivants:
Les Radis bleus de Pierre Autin-Grenier et Georges Rubel
Visions of Basquiat d'Yves Budin
Poisson dans l'eau d'Albane Gellé et Séverine Bérard
L'homme que j'aime d'Eva Kavian et Marie Campion
La quincaille des jours de Francesco Pittau
Au prochain arrêt je descends de Daniel Simon et Pierre Duys.

Il suffira de les demander aux personnes qui vous accueilleront sur le stand.
(pour d'autres titres disponibles au catalogue, vous savez où les trouver sur le site des éditions ou chez votre libraire)

jeudi, 28 février 2019

Deux vidéos pour deux nouveautés

Sur Youtube deux vidéos réalisées par Willy Lefèvre pour deux nouveautés des éditions Les Carnets du Dessert de Lune.

Au prochain arrêt je descends.jpegAu prochain arrêt je descends de Daniel Simon.

Illustration de couverture, Pierre Duys.

4e de couverture de Daniel Fano. Collection Pleine Lune

Voir la vidéo ICI 

En savoir plus sur ce livre : surfez sur Au prochain arrêt je descends 

 

L'homme que j'aime.jpgL'homme que j'aime d'Eva Kavian.

Illustrations de Marie Campion.

4e de couverture de Francesco Pittau. Collection Dessert à l'italienne.

Voir la vidéo ICI 

En savoir plus sur ce livre: surfez sur L'homme que j'aime 

mardi, 19 février 2019

Un article pour "La quincaille des jours"

La quincaille des jours.jpg

Lire un article paru dans le journal Vers L'avenir, signé Françoise Lison à propos de La Quincaille des jours de Francesco Pittausurfez sur

https://www.dessertdelune.be/uploads/5/0/3/5/5035279/pres...

samedi, 02 février 2019

En Février aux Dessert de Lune

samedi, 08 décembre 2018

Un peu de poésie avec "La quincaille des jours"

La quincaille des jours.jpgPour lire un article à propos de "La quincaille des jours" de Francesco Pittau,

rendez-vous sur https://www.dessertdelune.be/agrave-la-lune/un-peu-de-poe...

mercredi, 24 octobre 2018

Ecoutez un peu de "La quincaille des jours"

La quincaille des jours.jpgA écouter sur la chaine Youtube des éditions Les Carnets du Dessert de Lune, un extrait de "La quincaille des jours" le nouveau recueil de Francesco Pittau.

C'est ICI

En savoir plus sur ce recueil, télécharger des extraits et même l'acquérir, c'est LA 

lundi, 15 octobre 2018

Précommander les trois prochaines parutions

pierre autin-grenier,georges rubel,ronan barrot,francesco pittau,gil jouanard,jean-pierre canon,serge meurant,frédérique bianchi,daniel locus,jean danhaive,muriel cano  pierre autin-grenier,georges rubel,ronan barrot,francesco pittau,gil jouanard,jean-pierre canon,serge meurant,frédérique bianchi,daniel locus,jean danhaive,muriel cano pierre autin-grenier,georges rubel,ronan barrot,francesco pittau,gil jouanard,jean-pierre canon,serge meurant,frédérique bianchi,daniel locus,jean danhaive,muriel cano

Bonjour,

En ce troisième lundi d'octobre, je vous propose de précommander les trois nouveautés à paraître prochainement :
"Les Radis bleus". Pierre Autin-Grenier. Édition augmentée de 11 inédits. Illustration de couverture Georges Rubel.
Collection Pleine Lune. Format 14 x 20 cm. 280 pages. 20 €

"Dans l'odeur des livres et le parfum du papier d'Arménie". Entretiens avec Jean-Pierre Canon libraire-bouquiniste de "La Borgne Agasse", réalisés par Serge Meurant et Frédérique Bianchi. Photographies Daniel Locus.
Collection Pousse-Café. Format 14 x 20 cm. 48 pages. 6 €

"La quincaille des jours". Francesco Pittau. Postface Gil Jouanard.
Collection Pleine Lune. Format 14 x 16 cm. 110 pages. 14 €
 
Vous pouvez déjà découvrir ces nouveautés voir les visuels de couverture, la présentation en surfant sur Nouveautés 

Sur chaque fiche du livre en cliquant sur le mot ICI, vous pourrez télécharger des extraits.

Si vous souhaitez précommander via la boutique du site, avant le 12 novembre 2018 "Les Radis bleus" et "Dans la quincaille des jours",  le titre "Dans l'odeur des livres et le parfum du papier d'Arménie" vous sera offert.
Votre paiement ne sera débité qu'à parution des livres en novembre qui vous seront envoyés franco de port.
Vous pouvez aussi précommander via le paiement en ligne paypal à dessertlune@gmail.com ou en adressant un chèque à l'adresse des éditions ou un virement bancaire (Iban et Bic sur simple demande par mail) à dessertlune@gmail.com

Ces titres clôtureront le programme de l'année 2018 et seront accompagnés du 45e titre de la collection Dessert "Trente six métiers" signé Serge Prioul, que recevront Les Ami(e)s du Dessert de Lune.

Un tout grand merci d'avance si vous souhaitez participer à cette nouvelle aventure.

Très cordialement.
Jean-Louis Massot
Éditions Les Carnets du Dessert de Lune
67 rue de Venise
1050 Bruxelles
www.dessertdelune.be
Facebook 

jeudi, 31 mai 2018

les séances de dédicaces du 8 juin sur le 209

Vous informer de ceci:
LE VENDREDI 8 JUIN, ils et elles signeront leur recueil sur le stand 209 des éditions les Carnets du Dessert de Lune au Marché de la poésie de St-Sulpice à Paris. Une belle occasion de rencontrer ces auteurs et de découvrir ou de redécouvrir leur recueil.
Cordialement et peut-être à bientôt.
JL Massot
www.dessertdelune.be
 

MARIE EVKINE
- De 14h07 à 15h07, elle dédicacera "Et la nuit".
Plus de détails prochainement sur le site du Marché de la Poésie.


CHANTAL COULIOU
- De 15h20 à 16h20, elle dédicacera "Croqués sur le vif"Plus de détails
et "Le chuchotis des mots"Plus de détails 
FRANCESCO PITTAU
- De 15h20 à 16h20, il dédicacera "Tête dure".
Plus de détails bientôt en ligne sur le site du Marché de la Poésie


ISABELLE BONAT-LUCIANI
- De 16h37 à 17h37, elle dédicacera "Quand bien même". Plus de détails
JEAN-LOUIS MASSOT
- De 16h37 à 17h37, je dédicacerai "Séjours là, suivi de D'autres vies" éditions MEO. Plus de détails 


SYLVIE DURBEC
- De 17h50 à 18h50, elle dédicacera "Chaussures vides/Scarpe vuote". Plus de détails 
PASCAL BLONDIAU
- De 17h50 à 18h50, il dédicacera "Dès l'instant". Plus de détails


CHRISTOPHE BREGAINT
- De 19h14 à 20h14, il dédicacera "Encore une nuit sans rêve". Plus de détails
FABIEN SANCHEZ
- De 19h14 à 20h14, il dédicacera "Dans le spleen et la mémoire"Plus de détails 

jeudi, 01 février 2018

En février avec les Dessert de Lune

Avec les Dessert de Lune en février. Le mois va être court.

DU 9 AU 11 FEVRIER les éditions Les Carnets du Dessert de Lune au marché de la poésie jeunesse de Tinqueux où je me ferai un plaisir de vous rencontrer et de vous présenter les diverses collections. Salle des fêtes Guy Hallet rue de la Croix Cordier à Tinqueux 51430. Programme complet sur www.danslalune.org

SAMEDI 10 FEVRIER de 15h00 à 16h30, Yves Budin présentera et dédicacera « Visions of Basquiat » à la librairie Livre aux Trésors, 27A place Xavier Neujean, 4000 Liège. Détails sur : https://www.facebook.com/events/311898979331606/ Infos et réservations : 02 250 38 46. livreauxtresors@skynet.be

JEUDI 15 FEVRIER à 18h30, lectures de Sylvie Durbec « Chaussures Vides/Scarpe Vuote » au restaurant Koffee Choc à Montpellier, 44 rue de l’Université, 34000 Montpellier. (tram 1 ou 4, arrêt Louis Blanc). Infos amishuma34@net-c.com

JEUDI 15 FEVRIER à 20h30 Yves Budin parlera de son nouveau livre « Visions of Basquiat » dans l’émission « Culturel » sur TéléVesdre retransmise le samedi 17 fevrier à 20h00 puis sur www.rtc.be

DIMANCHE 18 FEVRIER Serge Prioul dédicacera son recueil « Faute de preuves » de 10h00 à 18h00 à Un dimanche à la Page à Louvigné du Désert. Infos : http://www.louvignedudesert.org/media/programme_udlp__098...

DU 22 AU 25 FEVRIER Les Carnets du Dessert de Lune pour la 21e fois à la Foire du Livre de Bruxelles à Tour & Taxis. Infos pratiques : http://flb.be/infos-pratiques/ Soirée inaugurale le 21 février (sur invitation).

Sur le stand 230 seront en dédicace les auteurs (par ordre d’apparition) : Saïd Mohamed, Eric Dejaeger, Fanny Chiarello, Jean Marc Flahaut, Christiane Levêque, Olga Dupré, Charlotte Berghman, Yves Budin, Bob De Groof, Eva Kavian, Francesco Pittau et bien sûr durant toute la foire Pascal Blondiau et moi, vous accueillerons et vous proposerons de goûter aux différentes saveurs des Dessert de Lune. Entrée gratuite. Pour connaître les jours et heures des séances de dédicace, entrez le nom de l’auteur dans la case CHERCHER sur http://flb.be/les-dedicaces/

Le dimanche 25 février de 14h00 à 15h00. Scène Jaune.  Rencontre avec Yves Budin autour de sa biographie de Jack Kerouac «Visions de Kerouac» animée par Thierry Coljon. Plus de détails sur http://flb.be/program/visions-de-kerouac/

 

samedi, 04 novembre 2017

On en parle déjà.

thierry radière, virginie folle, denis montebello, michaël glück, pascaline boura, francesco pittauLire un article de presse à propos du nouveau recueil de Thierry Radière «Les samedis sont au marché» c’est ICI.

 

 

 

thierry radière, virginie folle, denis montebello, michaël glück, pascaline boura, francesco pittauLire un article de presse à propos du second recueil d’aphorismes de Michaël Glück «nuova prova d’orchestra» c’est LA.

mardi, 29 août 2017

La Drôme où Les Dessert de Lune

Avant de vous montrer d’autres réalisations d’illustrations de livres des Dessert de Lune, sur la page Facebook des éditions : https://www.facebook.com/jeanlouis.massot, vous informer que dans le département de la Drôme, il existe un lieu où vous pourrez trouver plus de 80 titres des éditions Les Carnets du Dessert de Lune.

Ce lieu c’est l'Atelier du Hanneton, animé par Stéphane Landois.

L’adresse : Les Presles 26400 Route du tram, 26300 Charpey

Le site : https://www.atelierduhanneton.fr/lieu-de-murmure/

Et vous préciser aussi que le nouveau livre de Jean Marc Flahaut " BAD WRITER" peut être acquis sur le site de ventes en ligne de la librairie Le Bateau Livre à Lille https://www.lebateaulivre.fr/livre/11585267-bad-writer-fl... où vous trouverez également les toutes dernières parutions des éditions et bien d’autres titres.

lundi, 29 mai 2017

Un prix pour "Tête Dure" de Francesco Pittau

- Tête dure.JPEGPrix Tornade silencieuse pour "Tête-Dure" de Francesco Pittau par le jury du prix des lycéens.

 Pour découvrir ce livre, cliquer sur le lien suivant : 

http://www.dessertdelune.be/store/p780/Tête-dure_%2F%2F_F...

lundi, 09 janvier 2017

Un lycéen a lu "Tête Dure" de Francesco Pittau

Une lecture de « Tête-dure » de Francesco Pittau, (éd. Les Carnets du Dessert de Lune) sélectionné pour le prix des Lycéens de littérature 2017, par un élève du collège des Hayeffes à Mont-Saint- Guibert.

- Tête dure.JPEGOù est la transcendance de ce bouquin ? L'auteur est un enfant. Un enfant comme tous les autres, qui vit au milieu d'adultes et qui en subit les conséquences sur son innocence. Ce livre est un pissenlit. Une fleur qui une fois fanée troque son jaune contre des pistils gris ; un enfant-soleil trop vite soumis aux radiations du gris. Et parmi tous les pistils qui composent le roman, deux se démarquent nécessairement.

Un auteur qui se met dans la tête d'un enfant dans toutes ses observations, qui est capable de se changer en enfant le temps d'un livre et d'habiter la caverne maculée des choses perçues purement et instinctivement. Un vocabulaire adapté à l'enfance. Mais qui nous révèle que les enfants comprennent bien plus de choses que ce que l'on croit, qu'ils ont déjà tout compris, qu'ils repoussent déjà difficilement le gris.

Deux. Le réalisme des scènes est mis sur le devant grâce à des précisions sonores posées comme entendues. Un chien marche sur le carrelage : « tictictictictictictic ». Agréablement surpris. Et tout à fait admirable.

Désespérance est le premier mot qui m'est venu à l'esprit lorsque le court bouquin s'est terminé. Dans une atmosphère confinée, grise et sans perspective l'auteur a décidé de clore son histoire car il ne sert à rien de poursuivre ; il ne se passe rien qui change le quotidien de Tête-dure, «Le monde est toujours là. Inchangé », alors l'auteur lui aussi emporté dans la grisaille, renonce à faire changer ce monde enfantin et pourtant gris, gris, gris pour seul gris-gris.

Pourquoi désespérance ? Que les hommes sont de violents poivrots, que les femmes sont des hystériques dociles et que mis ensemble ils détruisent leur fruit commun, leur enfant. Leur enfant qui les regarde d'en bas, dans cette zone oppressante où l'on n'ose rien dire, où il faut paraître un homme viril, marcher aussi vite que papa, être aussi pieuse que maman, leur enfant qui les regarde depuis l'innocence ce mélange d'ignorance et de pureté. Désespérance des perspectives annihilées. Aucun personnage n'est une altitude pour Tête-dure ; ce sont tous des crabes dans leur domaine, tous des incultes dans leur domaine, tous des butés, tous des rapaces qui parlent sur les proies des autres rapaces. Tête dure n'a aucun échappatoire.

Et dans cette désespérance de perspectives il y a la tête de l'enfant et ce qui s'y trame. Un monde qui s'y construit au-delà de toute barrière. Où les choses sont simples, où les cow-boys gagnent et où le monde est plein de couleurs aventureuses. L'imagination met des couleurs sur le silence du gris. Et c'est l'imagination de Tête-dure qui est son propre échappatoire de réalité. Partir loin de la vérité. Loin de maman qui crie et papa qui exècre. Partir bâtir du neuf. Où on l'écoute, où il décide, où personne ne lui dit rien. Et que si il veut, quand on frappe, le sang qui gicle n'est pas forcément rouge. Car de l'autre côté, le côté véridique, quand le sens n'est pas gris, il rougit dans la douleur. La douleur des baffes, la douleur des soumissions, la douleur des silences.

Flllawp, flllawp les pages tournent vite et l'histoire est rompue dans son hyperbole. Le ton monte, la grisaille noircit, l'appartement déjà petit se minusculise, la faible lumière se met à clignoter, les courtes phrases de Tête-dure ne sont plus que des hoquets de syllabes, les cris sont des HURLEMENTS. Quand la rage ecclésiaste de sa mère qui voit son fils incapable du notre-père assassine des mains frénétiques sur son corps remboulé, Tête-dure se voit mourir en s'endormant. Mais la vie, au demain, remplie de bleus, est toujours là, inchangée.

La désespérance de cette fatalité, de ce doigt tremblant pointé sur le flanc de la vérité des Hommes, entre les côtes du destin gris des Hommes, la désespérance m'a irrémédiablement titillé les tripes, un peu à la manière de Céline. Céline qui donnait dans l'exergue du « voyage au bout de la nuit » le remède à son lecteur pour supplanter la désespérance : l'imagination, l'imagination de Tête-dure. « Notre voyage à nous est entièrement imaginaire. Voilà sa force. Il va de la vie à la mort. Hommes, bêtes, villes et choses, tout est imaginé. C’est un roman, rien qu’une histoire fictive. Et puis d’abord tout le monde peut en faire autant. Il suffit de fermer les yeux. C’est de l’autre côté de la vie. »

© Alexandre Jadin, collège des Hayeffes à Mont-Saint-Guibert, le 4 janvier 2017

 Pour lire un extrait ou commander ce livre c’est là (ou en librairie) : http://www.dessertdelune.be/store/p780/Tête-dure_%2F%2F_F...