Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 15 janvier 2017

"La Patagonie" de Perrine Le Querrec

perrine le querrec, jean-marc flahautDiscours de Michel Collot lors de la remise du prix du premier recueil de poésie 2016 de la fondation Antoine et Marie-Hélène Labbé à Perrine Le Querrec pour son recueil « La Patagonie » publié aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune. Vous pouvez écouter ce texte ICI

Et puis lire des extraits ou bien l’acquérir sur le site des éditions  ou encore chez votre libraire habituel.

Perrine Le Querrec n’en est pas à son coup d’essai ; elle s’est déjà illustrée dans différents genres : roman, théâtre, essai mais elle n’a abordé qu’assez récemment la poésie, qui semble avoir pris une importance croissante dans son travail. On constate souvent le mouvement inverse : certains auteurs commencent leur carrière en publiant des poèmes puis se tournent vers d’autres genres, notamment vers le roman, dans l’espoir, sans doute, de conquérir un plus large public. Bien loin de ces considérations éditoriales, Perrine Le Querrec est venue à la poésie, sous la pression d’une nécessité tout intérieure et avec tout l’acquis de son travail d’écriture antérieur, ce qui fait de son premier recueil un coup de maître. Il est vrai que ses précédents ouvrages revêtaient déjà une dimension poétique, témoignant de sa capacité à inventer un langage qui lui soit propre, éloigné des standards habituels de la communication littéraire. À propos de La Patagonie, pour marquer ses distances vis-à-vis du récit romanesque ou autobiographique, elle prend soin de préciser : Je n’écris pas une histoire mais une langue, je n’écris pas une situation mais une forme, je n’écris pas des personnages mais des langages (p. 20).

Reste à savoir de quelle forme et de quelle langue il s’agit. Avons-nous bien affaire ici à de la poésie ? Le mot n’est inscrit ni sur la couverture ni dans la page de titre et il n’est guère présent dans le livre. On y trouve un certain nombre de poèmes en vers libres mais aussi une majorité de courts textes en prose, qu’on pourrait qualifier, comme le fait Jean-Marc Flahaut dans sa préface, de « récits brefs » : s’agit-il de poèmes ? Sans doute, si l’on veut bien admettre que, depuis Baudelaire au moins, il existe des poèmes en prose et qu’ils peuvent prendre une allure narrative, comme c’est souvent le cas déjà dans Le Spleen de Paris. Ce qui contribue à donner à ces textes, visuellement, l’aspect d’un poème, c’est qu’ils tiennent tous dans l’espace d’une seule page : cette délimitation permet de donner à la prose la condensation propre à la poésie.

Mais ce mélange entre vers et prose n’introduit-il pas une certaine discontinuité, une certaine hétérogénéité qui peut décevoir le lecteur qui attend d’un recueil de poèmes une certaine unité ? Dans la préface de ses Petits Poèmes en prose, Baudelaire écrivait à son ami et éditeur Arsène Houssaye : « Mon cher ami, je vous envoie un petit ouvrage dont on ne pourrait pas dire, sans injustice, qu’il n’a ni queue ni tête, puisque tout, au contraire, y est à la fois tête et queue, alternativement et réciproquement. Considérez, je vous prie, quelles admirables commodités cette combinaison nous offre à tous, à vous, à moi et au lecteur. Nous pouvons couper où nous voulons, moi ma rêverie, vous le manuscrit, le lecteur sa lecture (…). Enlevez une vertèbre, et les deux morceaux de cette tortueuse fantaisie se rejoindront sans peine. Hachez-la en nombreux fragments, et vous verrez que chacun peut exister à part ».

Perrine Le Querrec revendique elle-même une « écriture à coup de ciseaux » (p. 81). L’accent mis sur les ruptures et les discontinuités est sans doute une des caractéristiques majeures de la modernité poétique mais on oublie trop souvent que la poésie a toujours été un art de la coupe, de la découpe : le vers lui-même est une ligne interrompue, qui ne remplit pas le cadre de la justification. Dans la versification régulière, ces coupes étaient cependant intégrées à une certaine régularité ; le vers libre et le poème en prose les ont mises plutôt au service de la diversité, s’écartant ainsi de l’idéal d’unité et d’harmonie qui était celui de la tradition poétique pour exprimer les expériences nouvelles que nous offre la vie moderne et que Baudelaire plaçait déjà sous le signe de la diversité, qu’il s’agisse des « soubresauts de la conscience » ou de la vie des « villes énormes » où se mêlent les populations et les choses les plus diverses.

Cette diversité affecte aussi la langue de la poésie qui, au lieu de se cantonner dans le registre noble et élevé qui a été longtemps le sien, s’est ouverte à une grande variété de tons, de styles, et de lexiques : on rencontre ainsi dans La Patagonie des mots et des tournures qui relèvent d’un niveau de langue familier et qu’on pourrait qualifier de prosaïques. Mais, dans le contexte où ils s’insèrent, ils contribuent à réaliser le « miracle » baudelairien « d’une prose poétique » « assez souple et assez heurtée » pour dire cette « réalité rugueuse à étreindre » que la poésie moderne doit affronter, selon le vœu de Rimbaud à la fin d’Une Saison en enfer. Car cette recherche d’une forme et d’une langue irrégulières et singulières ne relève pas ici d’une démarche formaliste : elle naît du besoin d’exprimer une expérience elle-même marquée, on le sent à chaque page, par bien des heurts et des ruptures. « Il n’y a rien de plaisant à (le) lire », rien de confortable, rien de réconfortant » (p. 20), car ce que cherche à dire Perrine Le Querrec est foncièrement dérangeant, de nature à déstabiliser non seulement le lecteur mais l’auteure elle-même, en bousculant toutes les conventions sociales, morales et littéraires.

Ce qui se donne à lire dans ce livre, c’est notamment la souffrance d’une enfance qui « sent toujours le carnage » (p. 47), la violence familiale et la guerre, l’injustice sociale, la détresse des SDF et des malades mentaux. L’écriture s’y rapproche souvent du cri, qui s’oppose à la recherche d’un beau et haut langage ; mais sa violence même lui confère une intensité que je n’hésite pas à qualifier de poétique. En effet, Perrine Le Querrec ne cède jamais à la tentation de l’expressionnisme à laquelle succombent souvent les poètes qui croient nous émouvoir en étalant à longueur de pages leurs états d’âme et leurs malheurs et qui confondent le lyrisme avec le pathos. Pour dire ses affects, elle a su trouver, à force de précision et de concision, une langue et une forme qui à la fois les exprime et les sublime pour créer ce que j’appelle après René Char une « matière-émotion ».

Beaucoup de ces textes ont une résonance nettement autobiographique ; mais ils ne composent pas un récit de vie conventionnel et linéaire. Ce sont plutôt des souvenirs et des images qui reviennent par flashes, des fragments d’existence qui ont d’autant plus de présence qu’ils ne sont pas pris dans la trame d’une narration continue. Par conséquent ils ne restent jamais enfermés dans la sphère de la vie privée, de l’histoire personnelle : la souffrance qui s’y avoue reste ouverte à la douleur d’autrui. Dans son expression la plus forte, le lyrisme n’est pas l’expression narcissique de l’ego et de ses sentiments intérieurs mais celle d’une émotion qui fait sortir de soi le poète pour le porter à la rencontre des autres et du monde.

Ce qui donne aussi à l’écriture de Perrine Le Querrec sa qualité indiscutablement poétique, c’est un sens du rythme qui est devenu rare, y compris chez ceux qui écrivent en vers réguliers. Pour rythmer ses poèmes, elle recourt à l’un des procédés les plus caractéristiques et les plus classiques de la poésie, qui est la répétition. Celle-ci est une des sources du rythme, à condition de ne pas devenir mécanique et de laisser place à la variation, de manière à produire non pas une simple redite mais, comme en musique, une reprise qui fait avancer et qui relance le mouvement de l’écriture. Ce rythme, fait de répétitions et de variations, on peut l’entendre aussi bien dans les poèmes en vers libres que dans les textes en prose. Il permet notamment à Perrine Le Querrec d’exorciser la violence qui s’exprime dans les pages de son livre. Une des manifestations du traumatisme, selon Freud, c’est la tendance à se répéter et à le répéter ; mais c’est aussi grâce à la répétition de certaines paroles, de certains gestes que l’on peut en maîtriser l’impact, comme l’enfant qui joue à lancer loin de lui et à ramener vers lui sa bobine, mimant ainsi le départ de sa mère tout en se donnant l’espoir de la voir revenir. La répétition permet à la fois d’exprimer et de maîtriser le traumatisme, comme le rythme lancinant des chants de deuil dans les sociétés traditionnelles, ou celui des poèmes d’Henri Michaux, qui a pour lui valeur d’exorcisme face aux épreuves personnelles et collectives.

C’est à une telle conversion de la souffrance en poésie que parvient dans ce livre l’écriture de Perrine Le Querrec. C’est du moins l’effet qu’elle produit sur moi : j’ai été pris par la lecture de ce livre, qui à la fois m’a fait vivre et revivre des expériences douloureuses et m’a fait accéder peu à peu à cette « paix dans les brisements » dont parlait Michaux. Il se dégage en effet de certaines pages de Perrine Le Querrec une sérénité paradoxale ; la violence et la virulence de son propos ne rendent que plus précieuses et plus significatives les brusques échappées qu’elle nous procure vers la tendresse et la merveille de vivre, comme dans ce bref poème, où la chute devient envol, grâce à quelques mots en suspens sur la page :

En rentrant chez elle,

elle a croisé un papillon qui dévalait l’escalier

sans jamais toucher le sol.

dimanche, 30 octobre 2016

Les Dessert de Lune et les auteurs en novembre

La dernière newsletter du Dessert de Lune en octobre pour entrer dans novembre

Elles sont sont là et bel et bien là les nouveautés des éditions Les Carnets du Dessert de Lune. Pour les découvrir, lire des extraits, les commander, le plus simple est de vous rendre sur le site des éditions à cette adresse : http://www.dessertdelune.be/store/c405/nouveautés.html ou les acquérir chez votre libraire habituel.

Ces livres ainsi que d’autres titres vous seront également proposés lors des prochains salons  où vous pourrez y rencontrer les auteurs lors de séances de dédicaces. Voyez plutôt :

Du 11 au 13 novembre au salon de L’autre Livre, Espace des Blancs Manteaux, 48 rue Vieille du Temple, 75004 Paris, sur le stand B22. https://www.lautrelivre.fr/autre/media/pdf/plan-salon.pdf

Seront en dédicace :

VENDREDI 11 novembre

de 15 h 00 à 16 h 00 : Patrick Devaux (qui sera également présent le 5 novembre au salon du livre de Farciennes)

SAMEDI 12 novembre

de 14 h 00 à 15 h 00 : Perrine Le Querrec

de 15 h 00 à 16 h 00 : (sous réserve) Fabien Sanchez et Olivia HB

de 16 h 00 à 17 h 00 : Christophe Bregaint et Sophie Brassart

de 17 h 30 à 18 h 00 : Marie Léon

DIMANCHE 13 novembre

de 14 h 00 à 15 h 00 : François Garnier

de 15 h 00 à 16 h 00 : Perrine Le Querrec et Derek Munn

Du 26 au 27 novembre au 5e salon du Livre de Mons, Lotto Mons Expo, avenue Dubois (à deux pas des Grands Prés) 7000 Mons. www.monslivre.be

Seront en dédicace :

SAMEDI 26 novembre

de 14 h 00 à 18 h 00 : Pascal Blondiau

de 15 h 00 à 16 h 00 : Patrick Devaux (qui sera également présent au Marché de la Poésie de Namur)

de 16 h 00 à 17 h 00 : Eric Dejaeger

Dimanche 27 novembre

de 14 h 00 à 18 h00 : Pascal Blondiau

Entre-temps le 17 novembreChristophe Bregaint et Sophie Brassart présenteront et dédicaceront « Encore une nuit sans rêve » à partir de 18 h 30, à la librairie de L’Autre Livre, 13 rue de l’Ecole Polytechnique, 75005 Paris https://www.facebook.com/espacedelautrelivre/?fref=ts

Du 20 au 21 novembre vous pourrez trouver les livres des Carnets du Dessert de Lune sur le stand d’Espace Livres et Création, au Marché de la Poésie de Namur, Abattoirs de Bomel, 18 traverse des Muses, 5000 Namur. http://www.mplf.be/index.php?mact=Agenda,cntnt01,DetailEvent,0&cntnt01id_event=121&cntnt01returnid=59

Au plaisir de vous voir ou revoir ici ou là.

Jean-Louis Massot. www.dessertdelune.be

dimanche, 02 octobre 2016

Ce sera en octobre

Tout cela va se passer en octobre, l'avant-dernier mois au 31 jours de l'an 2016.

- Jusqu’au 29 octobre. Exposition « Gérard Sendrey ou le Pèlerin de la Lumière ».
à L’assiette, 78 rue Labat, 75018 Paris. Lunch alchimique le 9 octobre à 15h00.
 www.lassiette-restosympa.fr

- Mercredi 5 octobre à 18h30. Remise du prix de la Fondation Labbé à Perrine Le Querrec.
pour le recueil « La Patagonie », en présence de l’auteur.
Librairie Tropismes, 11 galerie du Centre, 1000 Bruxelles. Réservation souhaitée.

- Dimanche 9 octobre à 17h00.
« Cabaret poétique, saison 7 » avec  Jean-Marc Flahaut. Le Périscope, 13 rue Delandine, 69002 Lyon.

- Les 14 -15 -16 octobre. 3 lectures rencontres avec Eric Dejaeger.
https://mediathequedepartementale.lenord.fr

- Samedi 15 octobre à 18h00. Rencontres avec Cécile Guivarch et Perrine Le Querrec.
Maison de la Poésie de Poitiers, 198 Faubourg du Pont Neuf, 86000 Poitiers.
http://www.maison-poesie-poitiers.com/index.html

- Dimanche 16 octobre de 12h00  à 18h00. 3e édition du Livre Tout Proche.
Patrick Devaux dédicacera ses deux romans parus aux Dessert de Lune.
Château de La Hulpe,  111 chaussée de Bruxelles, 1310 La Hulpe.

- Samedi 29 octobre de 15h00 à 17h00.
Christiane Levêque et Patrick Devaux dédicaceront leurs livres.
Librairie les éditeurs, 23 rue de Flandre, 1000 Bruxelles.

Retenez aussi que du 11 au 13 novembre ce sera le salon de L’autre Livre aux Blancs-Manteaux
à Paris où seront présentées les nouveautés d’octobre-novembre.
Avec en dédicaces Sophie Brassart, Marie Evkine, Olivia HB, Perrine Le Querrec,  Christophe Bregaint, Patrick Devaux, François Garnier, Fabien Sanchez et votre serviteur.

jeudi, 22 septembre 2016

Prix du 1er recueil de poésie

La Patagonie.JPGLe prix du premier recueil de poésie 2016 de La Fondation Antoine et Marie-Hélène Labbé est attribué à

Perrine Le Querrec pour son recueil « La Patagonie » publié aux Carnet du Dessert de Lune dans la collection Pleine Lune, préfacé par Jean-Marc Flahaut.

Pour tout savoir sur ce livre et sur l’auteur, lire un extrait, éventuellement le commander, c’est là: http://www.dessertdelune.be/perrine-le-querrec.html

samedi, 02 juillet 2016

Un article pour Bec & Ongles

Bec & ongles.JPGCet article pour "Bec & Ongles" de Perrine Le Querrec paru dans la collection Pousse-Café peut se lire sur

https://charybde2.wordpress.com/2016/06/30/note-de-lectur...,

blog de la librairie Charybde, 129 rue de Charenton, Paris 75012 où vous pourrez le commander ainsi que d'autres livres des éditions Les Carnets du Dessert de Lune. 

mercredi, 18 mai 2016

Ça se passe en mai

evenementon383.jpg

 

Dans le cadre du festival Quartier du livre 2016 organisé par L’autre Livre, Perrine le Querrec lira le dimanche 22 mai à 15h30 et Said Mohamed lira le samedi 28 mai (dans la journée). Programme complet sur : https://quefaire.paris.fr/fiche/147693_festival_quartier_...

 

Le mercredi 25 mai à 19h30, Perrine Le Querrec sera à la librairie Charybde, 129 rue de Charenton à Paris 75012. Vous y trouverez ses livres « Coups de ciseaux » (illustré par Stéphanie Buttay), « Bec & Ongles » (illustré par Victor Corolleur), « La Patagonie » et « Pieds nus dans R./Barefoot in R » (traduit en anglais par Derek MunnInfos & réservations : http://www.charybde.fr/pages/librairie

 

samedi, 07 mai 2016

En mai et puis en juin avec les auteurs du Dessert de Lune

Le programme des auteurs du Dessert de Lune en mai et en juin 2016

Le samedi 14 mai à 17h Pierre Soletti sera à la médiathèque Yvon Tondon à Pont-à-Mousson pour une lecture poétique et apéritive. Vous y trouverez ses livres « J’aurais voulu t’écrire un poème »(illustré par Valère Argué), « Je dirais que j’ai raté le train » (illustré par Amélie Harrault) et « Quand le vent chante » (illustré par Sylvie Durbec).

Le samedi 14 mai à 20h30, Said Mohamed, accompagné de Karin Helbert à l’orgue de cristal et des chants soufi d’Hamed Abdelack El Kaabe, lira des extraits de « Jours de liesse » (illustré par Coline Bruges-Renard) et de « L’éponge des mots »(illustré par Bénedicte Mercier), à La Grange aux Dimes, 61 rue Gabriel Péri, 78420 Carrières sur Seine.

Du 16 au 29 mai, de 10h30 à 19h, Pascaline Boura expose à La Lucarne des Ecrivains, 115 rue de L’Ourcq, 75019 Paris. Vous y trouverez le livre « Prova d’Orchestra » de Michaël Glück en présence de l’auteur, le samedi 21 mai à 19h.

Du 24 au 31 mai, Yves Budin expose « David Bowie par Yves Budin » au Centre Culturel de Seraing, 44 rue Renaud Strivay, 4100 Seraing. Vernissage le mercredi 25 mai de 18h30 à 20h suivi du concert Tribute to Bowie. Sur place vous pourrez acquérir et faire dédicacer « Visions of Bowie ».

Le mercredi 25 mai à 19h30, Perrine Le Querrec sera à la librairie Charybde, 129 rue de Charenton à Paris 75012. Vous y trouverez ses livres « Coups de ciseaux » (illustré par Stéphanie Buttay), « Bec & Ongles » (illustré par Victor Corolleur), « La Patagonie » et « Pieds nus dans R./Barefoot in R » (traduit en anglais par Derek Munn).

Du 27 au 29 mai, Isabelle Bonat-Luciani sera à la Comédie du Livre de Montpellier pour dédicacer son premier livre « Quand bien même » (illustré par Eric Pessan).

Et déjà vous annoncer que les éditions seront présentes au 34e Marché de la Poésie de St-Sulpice, place St-Sulpice, 75006 Paris sur le stand 209/515 avec en dédicace : Isabelle Bonat-Luciani, Fanny Chiarello (sous réserve) Perrine Le Querrec, François Garnier, Frédérick Houdaer, Etienne Lodého, Jean-Jacques Marimbert, Saïd Mohamed et Thomas Vinau.

vendredi, 06 mai 2016

Article pour La Patagonie

La Patagonie.JPGPublié en 2014 aux Carnets du Dessert de Lune, ce recueil de poèmes de Perrine Le Querrec me fait découvrir une nouvelle brillante facette de l’auteur du « Plancher », du « Prénom a été modifié », du « De la guerre » et de « L’apparition ».

En matière de poésie contemporaine (dont je ne suis vraiment pas spécialiste), il me semble souvent délicat pour l’auteur, poétesse ou poète, d’évoluer entre deux écueils également dangereux : se noyant dans les mots, échouer à faire miroiter des significations potentielles, d’une part, cherchant le cryptique à tout prix, oublier de faire résonner une musique, fût-elle maudite, d’autre part. Perrine Le Querrec échappe brillamment aux deux dangers, en nous proposant un peu moins d’une centaine de fragments, allant de quelques lignes à une pleine page, tous ou presque redoutablement acérés.

 

Semblable

Habiter une maison semblable

devoir l’esprit semblable

jouer la vie semblable

et un jour d’infime désordre

achever en pleine tête

la famille d’à côté

Sans le recours direct à une mécanique mosaïque comme dans « De la guerre », sans la nécessité d’entretenir une progression narrative, dans la douleur, le deuil, la folie ou l’échappée organisée de ses trois romans poétiques, « Le plancher », « Le prénom a été modifié » et « L’apparition », elle peut lancer ces balles dans des directions bien différentes, jouant de l’imprécation comme du songe, de la mise en garde comme du mode d’emploi questionnable, de la méditation comme – quasiment – du manifeste poétique de plein droit, du programme politique soigneusement tenu secret comme de l’enquête psychologique approfondie : sous ses mots, le poème se fait tout cela, et bien d’autres incarnations encore.

À l’aveugle

J’ai cru que la montagne saignait, que les morts marchaient, que l’inconnu déferlait, que le bois saignait, que les hommes arrivaient, que la femme m’emportait, que le sol saignait, que les maisons se déplaçaient, que l’amour apparaissait, que les mots saignaient, que ma vie commençait, que les moutons chantaient. Au fond de moi luttent dieux et démons, à l’aveugle je vous guide, je me conduis.

La brève préface de Jean-Marc Flahaut est ici particulièrement lumineuse : il souligne à fort juste titre à quel point l’aventure du langage dans laquelle est lancée désormais Perrine Le Querrec est à la fois résolument personnelle, tranchante et combative, généreuse et foudroyante, et… dangereuse. En mentionnant aussi bien l’incitation à l’audace d’un Patrick Chamoiseau que les visions d’Antonin Artaud, il s’agit bien de rappeler ici que la poésie ouvre des portes sur des lieux mystérieux ou effroyables, et rappelle souvent la possibilité de l’horreur, tapie. Il y a ici comme la scansion forcenée d’une chanson des Violent Femmes, le mortifère et libérateur « Country Death Song », qui rôde.

Miracle

Je n’écris pas une histoire mais une langue, je n’écris pas une situation mais une forme, je n’écris pas des personnages mais des langages, je n’ai pas besoin de sentiments d’anecdotes d’amour, je veux des puissances, des mots ajustés, des possessions, des folies, des guérisons, je veux des volumes pas des décors, pas des déguisements, pas des costumes, je me fous de la narration, de la progression, je marche dans la boue, je tombe à genoux, je frappe au cœur, chaque mot est une découverte, une horreur, une solitude, deux mots sont un miracle, les recherches interrogent, soulèvent le sujet, l’écorchent, l’écriture est une anatomie, elle sort chaque organe, le pèse, soupèse, le dissèque, je passe des mois à remettre dans ce corps écartelé les organes étudiés, je referme, suture au fil de crin, au fil rouge, au fil noir la peau de mon support, ses poumons remplis d’eau et de pierres, tant qu’il ne respire pas je ne respire plus, nous supprimons l’air entre les mots, il n’y a rien de plaisant à me lire, rien de confortable, rien de réconfortant, la langue s’essuie au regard humide, luisante elle pénètre, s’insinue si bien aiguisée qu’elle scarifie, laisse trace, devient trace.

Perrine Le Querrec s’affirme ainsi de plus en plus, pour moi, comme une véritable révélation.

Le continent

Nous sommes

bientôt vous verrez

Nous avons traversé

plus de désert, plus de famines

plus de guerres, plus de dictatures

plus de violence, plus de mensonges

plus de promesses, plus de temps

Nous connaissons les âmes

les fous sont parmi nous

notre chair naît guerrière

Nous sommes

à quelques meurtres de vous.

©https://charybde2.wordpress.com/2016/05/05/note-de-lecture-la-patagonie-perrine-le-querrec/

Le mercredi 25 mai à 19h30, Perrine Le Querrec sera à la librairie Charybde, 129 rue de Charenton à Paris. Vous y trouverez ses livres « Coups de ciseaux »,« Bec & Ongles »,« La Patagonie » et « Pieds nus dans R./Barefoot in R. »

 

jeudi, 10 décembre 2015

C'est sur Youtube et c'est (Sport)

Un chouette clip pour parler de (Sport) le recueil écrit par Marcella, illustré par Pépée (Pascale Guérin-Marbot ) et préfacé par Perrine le Querrec.
C'est sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=DGultWIeloI

Ce titre peut être commandé via le site des éditions. C'est là :
http://dessert-de-lune.123website.be/…/produ…/1376543/spo...

Il est aussi disponible dans toutes les bonnes librairies. Il suffit de le demander.
Faites vous du bien !

(sport).jpg

mercredi, 02 septembre 2015

En septembre et plus tard

La newsletter de septembre

Sylvain Farhi anime des ateliers consacrés au mouvement, à l’écriture de chansons, de contes, de roman. Pour en savoir plus rendez-vous sur son blog http://sylvainfarhi.jimdo.com/ateliers/ecriture-de-chanso...

Marcella & Pépée présenteront leur dernier livre (Sport) paru en juin aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune. Samedi 12 septembre de 18h00 à 19h30 au « Boudoir des Sportives » sur le plateau Joffre, juste devant l’Ecole Miliaire à Paris 75007. Dans la cadre de la course de la Parisienne 19e édition.

Elles vous donnent également rendez-vous au même endroit la veille, vendredi 11 septembre de 16h00 à 19h00 où elle vous feront découvrir ou redécouvrir le concept « Paris me » et le livre « Le Paris me des kids » paru dans la collection jeunesse Lalunestla.

Perrine Le Querrec participera en tant Marraine à l’ouverture de la Maison de la Poésie de Normandie « La Factorie », le mardi 22 septembre à 19h00. Elle lira des extraits de « La Patagonie » éd Les Carnets du Dessert de Lune. Infos & réservations sur www.theatreepheméride.com

Fanny Chiarello participera aux correspondances de Manosque le jeudi 24 septembre.

Cover Sans envie de rien 23082015.jpgEt puis parution mi-septembre de la 3e version augmenté de « Sans envie de rien » aux Cactus inébranlable éditions avec de nouvelles illustrations de mon complice Gérard Sendrey. Pour en savoir plus rendez-vous sur http://cactusinebranlableeditions.e-monsite.com.

 

En attendant les nouveautés des Carnets du Dessert de Lune, à paraître en octobre/novembre (des livres de Pierre Autin-Grenier, Georges Cathalo, Chantal Couliou, Louis Dubost, François Garnier, Jean-Louis Jacquier-Roux, Gérard Sendrey, avec des illustrations de Ronan Barrot, Claudine Goux, Charlotte Berghman, Bernadette Gervais, David Morichon et Guy Béjoint) je vous souhaite quelle qu’elle soit une belle rentrée.

 Amicalement

Jean-Louis Massot

lundi, 24 août 2015

Présentation de (Sport) de marcella & pépée

(sport).jpgMarcella&Pépée ont le grand plaisir de vous inviter à la lecture/débat/dédicace du livre (sport) édité par les Carnets du Dessert de Lune. Le livre (sport), recueil de prose illustré en beauté par pépée, raconte le mouvement, ce que le mouvement offre à la vie de tous les jours; il raconte la grâce du sport quand dans sa dimension philosophique, il agrandit un peu le la vie! 

Cela se passe au "Boudoir des Sportives", un espace dédié par la course de la Parisienne 19e édition le samedi 12 Septembre 2015 de 18h30 à 19h30.  Cet espace est consacré à la présentation de livres sur le sport, la santé et le monde de l'entreprise.
Un programme joyeux et énergétique pour une rentrée de souffle, de muscles et d'harmonie entre le corps et l'esprit.  Sportifs et futurs sportifs, nous vous attendons avec joie car c'est en effet la course de la Parisienne, mais dans le village les hommes sont plus que bienvenus.

Le boudoir des sportives (événement créé par la Parisienne 19e éditions) sur le plateau Joffre juste devant l'Ecole Militaire 75007 Paris.Samedi 12/09/15 de 18h30 à 19h30

jeudi, 09 juillet 2015

On en parle !

Un article de presse pour (Sport) de Marcella & Pépée à lire sur : http://www.luzycalor.com/2015/07/le-sport-en-poesie/

Pour commander ce titre cliquer sur : http://dessert-de-lune.123website.be/354029100/product/1376543/sport?catid=206012

 ************

Des articles de presse pour Le violon pisse sur son powète d’Eric Dejaeger lire sur : http://poesiechroniquetamalle.centerblog.net et sur : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/45613

Pour commander ce titre cliquer sur :  http://dessert-de-lune.123website.be/354029100/product/1376529/le-violon-pisse-sur-son-powète?catid=206012

 **************

Vous pouvez également commander ces titres et d’autres sur le site de L’autre livre : http://www.lautrelivre.fr/editeur/les-carnets-du-dessert-de-lune

 

Ou bien sur le site de Lekti les espaces de l’édition indépendante : http://www.lekti-ecriture.com/editeurs/-Dessert-de-Lune-Les-Carnets-354-.html

Ou encore en les commandant chez votre libraire ou par courrier à éditions Les Carnets du Dessert de Lune, 67 rue de Venise 1050 Bruxelles ou encore par mail à dessertlune@gmail.com

Vous avez le choix ! Bonnes lectures !

jeudi, 30 avril 2015

Mai si ! Mai oui !

Avec un jour d’avance, voici la newsletter du mois de mai.

On commence donc par le 1er mai où les éditions Les Carnets du Dessert de Lune participeront au14e  salon du livre d’expression populaire et de critique sociale « Colères du présent » sur la Grand Place d’Arras, de 10h à 18h, en compagnie de Fanny Chiarello, de Jean-Marc Flahaut et de Francesco Pittau. Venez nous rencontrer sur le stand N°20. Durant toute la journée, à l’achat d’un livre, un livre vous sera offert. http://www.coleresdupresent.com/le-salon-du-livre-arras/informations-pratiques

Le samedi 2 mai Sylvie Durbec et Michaël Glück participeront en compagnie de leurs éditeurs à la rencontre « Les Chasseurs de mammouth étaient-ils poètes » De 10h à 19h, entrée et dégustations gratuites. Cave des vignerons, 525 route de la Gare, 30490 Montrin. Infos : 04 66 57 53 63

Pierre Soletti participera au 9e Fiestival qui se déroulera du 7 au 10 mai à l’espace Senghor (piétonnier de la Place Jourdan) à 1040 Bruxelles. Organisé par maelstrÖm reEvolution et l'Espace Senghor. http://www.fiestival.net/fiestival-2015/infos-reservations.html

Claudine Goux, illustratrice de « Carnets de têtes d’épingles » de Jean-Claude Martin et de « Carnet des relevés du cadastre poétique » de Georges Cathalo (prochainement réédité) exposera ses peintures, dessins et gravures à la Galerie Saint-Etienne, 53 rue de Verdun, 17640 Vaux sur Mer, du 18 au 24 mai de 10h à 12h et de15h à 18h

Du 29 au 31 mai, le théâtre Ephéméride invite les éditions Les Carnets du Dessert de Lune et les auteurs Perrine Le Querrec, Daniel Fano, Saïd Mohamed et Francesco Pittau à venir fêter les 20 ans des éditions. Il y aura des lectures, des rencontres, de la musique et bien sûr de la poésie. Ça se passera à L’île du Roi, 27100 Val de Reuil. Infos : http://www.theatreephemeride.com. Le programme à télécharger, est là : plaquette WE Belge.pdf

Fin mai, début juin (dates à confirmer) remise du Prix CoPo 2015 des lycéens à Thomas Vinau à Val de Reuil, 27100.

Et déjà vous annoncer la présence des Dessert de Lune au Marché de la Poésie de St-Sulpice à Paris du 10 au 14 juin. (On en reparlera)

mercredi, 01 avril 2015

En avril découvrez le programme

En avril pour suivre le fil des activités des Dessert de Lune et des auteurs, découvrez le programme

 Perrine Le Querrec : Mercredi 1er avril à 19 h 30, chez Tiasci – Paalam, au 13 rue de l'Aqueduc, Paris 75010, invitée à lire et à parler du livre « Le Prénom a été modifié. » Métro Gare du Nord – Sortie Magenta

Les Carnets du Dessert de Lune : Du 4 au 5 avril aux beaux jours de la petite édition à Cadenet dans le Vaucluse en compagnie de Sylvie Durbec et de Thomas Vinau. Lectures, rencontres, débats. Tout le programme c’est là : http://ekladata.com/pBufXMn82FJM0hStc5tDNplUjRA/Programme_des_Beaux_jours_de_la_petite_e-dition_2015.pdf

Hervé Bougel : Le 7 avril 2015 à 20h00 au Pata’Dôme, 62 rue d’Yvours à Irigny. Les prochaines Coïncidences Poétiques organisées par le Pata’Dôme Théâtre (Jean-Philippe Amy) et par Michel Bret, Georges Chich et Chantal Ravel recevront Hervé Bougel qui lira ses propres textes et des textes de William Cliff.

Michaël Glück : Le 17 avril à 19h00 à La Maison de la Poésie de Montpellier, Moulin de l’Evêque, 78 avenue du Pirée, Montpellier.

Daniel Fano, Les Carnets du Dessert de Lune et les éditions MEO : Le 24 avril à 19h à la Maison de la poésie d’Amay (Belgique) 8, place des Cloîtres. Rencontres avec l’auteur et les éditeurs. Présentation des nouveautés 2015. Infos et réservations : 085 31 52 32.

Fanny Chiarello et Jean-Marc Flahaut : Le vendredi 24 avril à 19h00 au Bateau Livre à Lille. Soirée  festive « Vins et littérature ». Lectures de textes édités et inédits sur le thème du vin, (accompagnés d’autres auteurs. Dégustation de vins en partenariat avec le Caviste Curieux, 10 place Sébastopol à Lille. Entrée libre sur réservation au 03 20 78 16 30.

 A tout bientôt.

Jean-Louis Massot

PS : Déjà vous annoncer que le 1er mai Les éditions Les Carnets du Dessert de Lune au Salon Colères du Présent à Arras, avec Jean-Marc Flahaut, Francesco Pittau et quelques invités surprises.

Et puis invitées par le théâtre Ephéméride et l’association CoPo, Les Dessert de Lune  fêteront leurs 20 ans à Rouen le 30 et le 31 mai avec Saïd Mohamed, Perrine Le Querrec et d’autres mais on en reparlera…

samedi, 21 mars 2015

En ce 21 mars 2015

Ami(e)s de l’Hexagone et d’ailleurs en ce 1er jour du printemps, venez rencontrer les auteurs du Dessert de Lune.

Anna de Sandre à la librairie Effet de Pages à L’isle-Jourdain à 10h30 et à 20h30.

Perrine Le Querrec et Coline Bruges-Renard au salon du livre de Paris, stand P52 à 15h00.

Saïd Mohamed à Saint-André de l’Eure à 18h00.

Hervé Bougel à la cave littéraire de Villefontaine à 18h30.

Sylvie Durbec à Savigny sur Orge.

Alain Dantinne à Esch-sur-Alzette (Luxembourg).

 

dimanche, 30 novembre 2014

Les 4 dernières rencontres de décembre

Les quatre dernières rencontres du Dessert de Lune pour l’année 2014.

 fugeurs de lire 2014.jpgDu 6 au 7 décembre, 2e salon des fugueurs du livre au Grand Curtius à Liège. Les Carnets du Dessert de Lune y seront en compagnie de Charlotte Berghman le samedi 6 décembre à 14h00  et d’Yves Budin le dimanche 7 décembre à 14h00. Ils vous dédicaceront leurs livres. Une belle occasion de choisir des cadeaux pour les fêtes. Infos : http://lecomptoirdulivre.wordpress.com/

 la-lucarne-ext-accueil1.jpgLe jeudi 11 décembre, à la librairie La Lucarne des écrivains, 115 rue de L’Ourcq, 75019 Paris Perrine Le Querrec et Saïd Mohamed vous présenteront leur dernier livre paru aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune. « La Patagonie » Perrine Le Querrec, collection Pleine Lune,  «L’éponge des mot » Saïd Mohamed, collection Pleine Lune, Prix CoPo, 2014. Vous y découvrirez aussi les récentes parutions. Infos : http://lalucarnedesecrivains.wordpress.com/2014/11/27/jeudi-11-decembre-2014-a-19-h-30-soiree-litterature/

Grains de fables de mon sablier.JPGLe 14 décembre de 10h00 à 18h00, au Marché de Noël à Silly 7830, Charlotte Berghman vous proposera de découvrir ses illustrations du livre de Jean-François Mathé « Grains de fables de mon sablier » paru dans la collection Lalunestlà. 

librairie éphémère.jpgDu 15 décembre 2014 au 4 janvier 2015, les éditions Les Carnets du Dessert de Lune seront représentées à la librairie éphémère à la Halle Saint-Pierre, 2 rue Ronsard, 75018 Paris. La Halle est ouverte de 11h00 à 18h00 du lundi au vendredi, le samedi de 11h00 à 19h00 le dimanche de 12h00 à 18h00. Fermeture à 16h00 les 24 et 31 décembre. Fermé les 25 décembre et 1er janvier. Infos  http://www.hallesaintpierre.org/

vendredi, 31 octobre 2014

Les Carnets du Dessert de Lune font salon

L'autre livre 2014.jpg

- Du 14 au 16 novembre, sur le stand C06, au salon de L’autre Livre à Paris, Espace des Blancs Manteaux, 48 rue Vieille du Temple, 75004 Paris. Métro Hôtel de Ville. (avec Pascaline Boura, Marie Evkine, Perrine Le Querrec, Marcella, Pépée, François David, Jean-Pierre Georges, Michaël Glück, Saïd Mohamed et sous réserve Consuelo de Mont-Marin et Jean-François Mathé).

http://www.lautrelivre.fr/editeur/les-carnets-du-dessert-...

 - Du 22 au 23 novembre, au Salon du livre Mon’s Livre au Lotto Mons Expo, Avenue Abel Dubois à Mons. (avec Charlotte Berghman, Pascal Blondiau et Patrick Devaux)

http://www.hainautculturedemocratie.be/fr/monslivre

 En novembre vous pourrez rencontrer :

 Le 5 novembre à 18h30, Hervé Bougel à la librairie La Dérive 10 place Sainte-Claire, Grenoble.

Le 13 novembre, Roland Tixier à 19h00 à la Galerie Jean-Louis Mandon, 3 rue Vaubecour, 69002 Lyon.

Le 14 novembre à 20h00, Sylvain Farhi au Centre Culturel de Rixensart, 38 place Communale, Genval.

Le 15 novembre à 14h00, Perrine Le Querrec, à l’Institut Protestant de Théologie (salle 11), 83 boulevard Arago, Paris, 75014.

Le 15 novembre à 16h30 Marcella & Pépée à la librairie Le Merle Moqueur, 51 rue de Bagnolet à Paris 75020, pour une présentation et une séance de signatures de « Paris me des kids ».

Le 15 novembre à 17h00, Saïd Mohamed à la librairie Wallonie Bruxelles, 46 rue Quincampoix, Paris 75004, pour une présentation et une séance de signatures de « L’éponge des mots » (prix CoPo 2014), en présence de membres du jury du Prix CoPo.

Le 18 novembre, Claude Vercey au salon du livre « Lire à l’Hôpital », 4 rue Capitaine Drillien, 71321 Chalon-sur-Saône.

Le 22 novembre, hommage à Pierre Autin-Grenier, à la librairie de L’horloge, 35 place de l’horloge, 84200 Carpentras.

Le 25 novembre, hommage à Pierre Autin-Grenier, à la librairie Passages, 11 rue de Brest, 69002 Lyon.

Le 30 novembre, Fanny Chiarello aux Escales Hivernales, à 18h00 au Bistrot de St-So à Lille, 59000.

 Et les nouveautés d’octobre 2014 sont là :

http://dessert-de-lune.123website.be/354029100/category/2...

mercredi, 01 octobre 2014

Octobre aux Dessert de Lune

OCTOBRE AUX DESSERT DE LUNE

 Le Mans samedi 4 et dimanche 5 octobre

Saïd Mohamed, récent prix CoPo 2014 pour son livre « L’éponge des mots » et Alain Boudet seront présents du 4 au 5 octobre à la 25e heure du livre au Mans. Sur le stand de la librairie L’herbe entre les dalles, vous trouverez les livres des éditions Les Carnets du Dessert de Lune. Infos et programme : http://www.la25eheuredulivre.fr/

Virton 11 octobre

Représenté par Célestin de Meeus, Les Carnets du Dessert de Lune participeront au 2e Marché de la Poésie de Virton de 14h à 18h dans les caves de l’hôtel de Ville de Virton. Infos et programme : http://traversees.wordpress.com/2014/08/30/2eme-marche-de...

Valenciennes 11 octobre

A 15h à la bibliothèque multimédia, 2 rue Ferrand, 59300 Valenciennes rencontre avec Perrine Le Querrec qui évoquera sa collaboration avec Samuel Buckman pour lequel elle a écrit des poèmes au fur et à mesure que l’artiste lui envoyait ses dessins élémentaires. Perrine Le Querrec qui fera paraître prochainement aux éd. Les Carnets du Dessert de Lune « La Patagonie ». Ouverture de l’exposition le vendredi 10 octobre à 18h30. Infos et programme http://entre-sort.blogspot.fr/2014/10/de-loin-dessins-ele...

 Rennes du 14 au 15 octobre

Les éditions Les Carnets du Dessert de Lune, Sylvie Durbec, Jean-Christophe Belleveaux et les éditions Jacques Brémond seront accueillies par La Maison de La Poésie de Rennes dans le cadre des Retours de Résidence.

- Le 14 octobre Jean-Louis Massot et Jean-Christophe Belleveaux rencontreront à la Maison de la Poésieles bibliothécaires du département dans le cadre d'une formation organisée par la Médiathèque d'Ille-et-Vilaine.

Et dans le cadre du partenariat établi avec la Maison Bleue, Sylvie Durbec animera un atelier Poésie et collage à l’Espace lecture Saint-Martin

- Le 15 octobre à 19h30 à La Maison Bleue, espace lecture Saint-Martin, 123 boulevard de Verdun Jean-Christophe Belleveaux et Sylvie Durbec feront découvrir leur recueil « Démolition » illustré par Yves Budin et préfacé par Jean-Jacques Marimbert, et « sanpatri » paru aux éditions Jacques Brémond

Infos et programme : http://www.maisondelapoesie-rennes.org/

Le 15 octobre présentation de la nouvelle collection « Paris me Berce » par les auteures de « Paris me des kids » Marcella & Pépée paru dans la collection jeunesse Lalunestlà. Un rendez-vous à ne pas manquer. https://www.facebook.com/bureaudemarcella?fref=photo

Poitiers le 18 octobre

Jacques Morin, « Poèmes sportifs en Puisaye Forterre »et Claude Vercey, « Mes escaliers » seront à la maison de la poésie de Poitiers le samedi 18 octobre à 18h. 198 rue du Faubourg Pont-Neuf, Poitiers. 

Infos : www.maisonpoesie-poitiers.com

 
Et jusqu’au 31 octobre, vous pouvez précommander les 4 prochaines parutions :

« Grains de fables de mon sablier » de Jean-François Mathé et Charlotte Berghman. 10 €

« La Patagonie » de Perrine Le Querrec. 13 €

« Passage » de François David et Consuelo de Mont-Marin. 11 €

« Prova d’orchestra » de Michaël Glück et Pascaline Boura. 7 €

Et recevoir, à l’achat d’au moins 2 des 4 titres un exemplaire numéroté de « La Potion » de Christine Van Acker.

Infos et présentations : http://lescarnetsdudessertdelune.hautetfort.com/nouveautes/

 Soyez des nôtres.

mardi, 09 septembre 2014

A paraître début novembre 2014 (extraits et offre spéciale)

Les 4 derniers titres pour 2014 en précommande.

La Patagonie (12 €).Lire des extraits cliquer sur Extraits.pdf

Passage (11 €). Lire des extraits cliquer sur Extraits.pdf

Grains de fables de mon sablier (10 €). Lire des extraits cliquer sur Extraits.pdf

Prova d'orchestra (7 €). Lire des extraits cliquer sur Extraits.pdf

+ un titre inédit "La Potion" de Christine Van Acker (exemplaires numérotés) offert pour toute précommande d'au moins 2 des 4 nouveautés.

Offre proposée jusqu'au 31 octobre 2014 et réservée aux 80 premières précommandes.

Cliquer sur Bon de précommande.pdf

La Patagonie..pngPassage..pngGrains de fables de mon sablier..pngProva d'orchestra..png

 

 

 

 

 

 

 

Présentation de ces parutions et des auteurs cliquer sur Les livres, les auteurs.pdf

 

mardi, 26 août 2014

Les dernière parutions de l'an 2014

Ne participera pas à la rentrée littéraire mais vous proposera 4 titres qui paraîtront en octobre/novembre aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune

- Dans la collection Pleine Lune : "La Patagonie" de Perrine le Querrec, préfacé par Jean-Marc Flahaut.

- Dans la collection Pleine Lune : "Passage" de François David, avec des illustrations de Consuelo de Mont Marin et une préface de Luce Guilbaud.

- Dans la collection Lalunestlà : "Grains de fables de mon sablier" de Jean-François Mathé, avec des illustrations de Charlotte Berghman.

- Dans la collection Pousse-Café : "Prova d'orchestra (divertimento)" de Michaël Glück, avec une illustration en couverture de Pascaline Boura.

Dans quelques jours, seront mis en ligne sur le site et sur ce blog les visuels de couverture, des extraits et un bon de précommande.
Votre participation à ces dernières publications de l'an 2014 me sera un soutien matériel et un encouragement à continuer l'aventure éditoriale.