Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 16 août 2017

Une note de lecture pour Fanny Chiarello

Fanny Chiarello – Je respire discrètement par le nez. Couverture Claire Fasulo. Editions Les Carnets du Dessert de Lune 2016. ISBN 9782930607429. 13 €

Je respire discrètement par le nez.JPGComment scénariser un petit F1

Entre deux romans, Fanny Chiarello s’offre parfois un petit théâtre intime de soi fomenté au sein d’un pacte ludique avec ses lecteurs. Pour autant, elle laisse libre cours à son imaginaire plutôt que de tenir un « compte » précis des évènements. L’auteure n’est pas bridée par des impératifs de mise en scène : nul besoin d’une quelconque « unité » et celle qui est ici chef de choeur ne se place même pas en avant scène.

Chaque phrase amorce le mouvement d’une balle dans l’air, mouvement que le lecteur doit « compléter ». Tout semble écrit avec un stylo bic ordinaire sur un cahier sauvé de la poubelle. La romancière s’amuse avec intelligence en parlant de son appartement. Par l’ironie, le cours des choses demeure moins important que la langue et son « irrégularité » programmée.

Le tout est de scénariser le petit F1 de 36 mètres carrés qu’elle a occupé pendant deux ans en sorte de Zeppelin. Non seulement parce qu’elle y flotte sur la ville et que tout y est concentré mais parce qu’elle y écrit parallèlement un roman intitulé « Le Zeppelin ». Son titre comme celui de ce journal a été noté sur le bail de cet appartement. En un tel document le nom d’auteur est écrit en bas. Ici, il est remis à sa place jusqu’à ce que l’auteur décolle de son Zeppelin avec âme et bagages.

Bien que ne pouvant être cataloguée dans le rang des écrivains du langage, la Belge se plaît à jongler avec les mots là où, si la perfection fut dans le déménagement, elle l’est aussi dans ses traces. Fanny Chiarello en fait émerger la satire.

© Jean-Paul Gavard-Perret in http://www.lelitteraire.com/?p=33278, août 2017

Pour découvrir ce livre c’est  ICI

 

samedi, 12 août 2017

Bob De Groof expose

Bob De Groof, illustrateur de l'album "Le vin des crapauds" de Saïd Mohamed expose ses linogravures.

Pour découvrir ce livre (si ce n'est pas déjà fait) cliquez ICI

20729434_1361700107262565_8953953275719229340_n.jpg

mercredi, 09 août 2017

On y présente "Le vin des crapauds"

Le Vin des Crapaud.jpgC’est paru sur le site de l’agence de presse C.M.C Imperium Libri : c'est à lire ICI

On y présente « Le vin des crapauds » livre de Saïd Mohamed, augmenté de linogravures de Bob De Groof et paru en février 2017 dans la collection Pièces Montées.

Sur le site le livre est

lundi, 07 août 2017

Petit traité du noir sans motocyclette (sauf une in extremis)

Petit traité du noir - copie.jpgBonjour,

En cliquant sur le lien ci-après, vous pourrez lire, sur le site de Remue.Net, une note de lecture de Jacques Josse, à propos du recueil « Petit traité du noir sans motocyclette (sauf une in extremis) » de Roger Lahu et Marie Bateau-Lahu.

- http://remue.net/spip.php?article9026

Retrouvez ce livre sur le site des éditions http://www.dessertdelune.be/store/c405/nouveautés.html

ou demandez-le à votre libraire.

Bonne semaine.

jeudi, 03 août 2017

"Exode"

Exode cover_face.jpgUn très bel article qui paraît sur le site littéraire d’Encres Vagabondes à propos du Carnet « Exode » de Daniel De Bruycker (poèmes) et de Maximilien Dauber (photographies) publié dans la collection Dessert à l’italienne des éd. Les Carnets du Dessert de Lune.

L’article à lire c’est là : http://www.encres-vagabondes.com/magazine3/exode.htm

Le livre à découvrir c’est ici : http://www.dessertdelune.be/store/p828/Exode_%2F%2F_Danie...

Ou chez votre libraire.Couv_4eme.jpg

 

samedi, 29 juillet 2017

Sète, dernier jour

Si vous êtes dans la région de Sète ou à Sète même, c'est le dernier jour pour acquérir l'un ou l'autre livre des éditions Les Carnets du Dessert aux "Voix Vives de La Méditerrannée".
Saïd Mohamed, se fera un plaisir de vous accueillir sur le stand installé Place du Pouffre (Mairie de Sète).
Ne ratez pas cette occasion pour occuper votre mois d'août et les mois prochains en moments de lectures.

Stand Carnet.jpg

jeudi, 27 juillet 2017

Toujours Sète aux Voix Vives de La Méditerranée.

Et hop là ! Les Dessert de Lune ont changé de place mais sont toujours Place Pouffre aux Voix Vives de La Méditerranée et Saïd Mohamed est toujours aux commandes et même en lecture sur la scène ouverte.

Stand Carnet.jpg

mardi, 25 juillet 2017

A Sète avec les Dessert de Lune et Saïd Mohamed.

Les Carnets.jpgC'est à Sète que sont Les Dessert de Lune, place du Pouffre, tous les jours jusqu'au 29 juillet. Derrière la table, se trouve Saïd Mohamed qui est descendu de Paris pour s'en occuper. Y croiserez-vous d'autres auteurs du Dessert de Lune ? Probablement mais lesquels ? S'ils ne sont pas là, leurs livres y seront et vous attendent.

saïd mohamed,yves artufelsaïd mohamed,yves artufelsaïd mohamed,yves artufel

dimanche, 23 juillet 2017

Saïd Mohamed et Frédérick Houdaer à Sète.

À Sète, aux Voix Vives de la Méditerranée, il y aura, du 24 au 29 juillet, debout ou assis derrière le stand, Saïd Mohamed qui vous présentera et vous dédicacera ses 4 livres publiés aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune :

« Souffles », couverture d'Anto, préface de James Sacré.

« L'éponge des mots », Prix CoPo 2014, couverture de Bénédicte Mercier, préface de Jean-Claude Martin.

« Jours de liesse », encres de Coline Bruges-Renard, préface de Jacques Morin.

« Le vin des crapauds », linogravures de Bob De Groof, préface de Cathy Garcia.

Et le 24 juillet de 16h à 17h, vous pourrez rencontrer Frédérick Houdaer qui vous dédicacera

« Pardon my French ».

samedi, 22 juillet 2017

Des articles de presse pour "Sans Abuelo petite"

Des articles de presse pour « Quand bien même » d’isabelle Bonat-Luciani et Eric Pessan

et pour « Sans Abuelo Petite » de Cécile Guivarch et Jérôme Pergolesi c’est là

http://www.dessertdelune.be/uploads/5/0/3/5/5035279/artic...

et là

http://www.dessertdelune.be/uploads/5/0/3/5/5035279/artic...

 

jeudi, 20 juillet 2017

Prix Joël Sadeler 2017 pour "Le chuchotis des mots".

Le chuchotis des mots.jpegPlaisir à vous informer de ceci :

Le Prix Joel Sadeler 2017 a été attribué au recueil « Le chuchotis des mots » de Chantal Couliou et Charlotte Berghman publié dans la collection jeunesse Lalunest-là des éditions Les Carnets du Dessert de Lune.

http://www.dessertdelune.be/apps/search?q=Le+chuchotis+des+mots

http://www.donner-a-voir.net/prixsadeler.html

Chantal Couliou est l’auteur chez le même éditeur de « Carnet de petits bleus à l’âme", illustré par Dany Lecuyer (collection Pleine Lune) et de « Croqués sur le vif » illustré par Laurent Laurier (collection Lalunestlà). Charlotte Berghman a illustré dans la collection Lalunestlà « Grains de fables de mon sablier » de Jean-François Mathé.

Ce livre et d'autres seront disponibles du 22 au 29 juillet aux Voies Vives de La Méditerranée à Sète.

 

 

samedi, 15 juillet 2017

Les Dessert de Lune à Sète en juillet

Le festival Voix Vives de La Méditerranée 2017 se déroulera du 21 au 29 juillet à Sète.

Comme l’année dernière Les Carnets du Dessert de Lune seront présents Place Pouffe pour le Marché du livre et de la poésie.

Cette année le stand sera animé les 22 et 23 juillet par Yves Artufel.

A partir du 24 juillet Saïd Mohamed prendra le relais.

Si vous avez prévu d’y aller ou de passer par là, n’hésitez pas à leur rendre visite.

Infos sur : http://www.sete.voixvivesmediterranee.com/

samedi, 08 juillet 2017

Des articles de presse pour "Sans Abuelo petite"

Sans Abuelo petite.jpgVous voulez lire des articles de presse à propos de "Sans Abuelo Petite" de Cécile Guivarch

Cliquez sur A LIRE ICI

Disponible sur le site des éditions www.dessertdelune.be (rubrique Livres /Nouveautés) et/ou dans les bonnes librairies.

 

 

mercredi, 05 juillet 2017

François Bon lit des extraits de "Bad Writer"

Bad Writer.jpgSur youtube Francois Bon lit des extraits du recueil de Jean Marc Flahaut "Bad Writer".
Pour voir et écouter cette lecture rendez-vous sur :
www.youtube.com/watch?v=9BePVyA8Y2Y
et montez le son.

 

 

 

 

Pour commander ce livre, si vous souhaitez le commander, il vous suffira de vous rendre sur le site des éditions à cette adresse: http://www.dessertdelune.be/store/c405/nouveautés.html

et de remplir votre panier ou demander ce livre à votre libraire.

samedi, 24 juin 2017

Une autre note de lecture

Bad Writer.jpgBad Writer. Jean Marc Flahaut. Préface Frédérick Houdaer. Les Carnets du Dessert de Lune, Collection Pleine lune. ISBN : 9782930607931. 68 pages, 12,00 €

Dans ce petit recueil de poésie narrative, construit de vers très libres, extrêmement concentrés, chaque mot ayant son utilité, sa signification, son poids, sa musique, Jean Marc Flahaut exprime un doute très profond. Il doute de lui et de son art, il doute de la poésie, il doute de la capacité des lecteurs à comprendre la poésie, il doute même d’être capable de faire comprendre au lecteur la nécessité de la poésie, son sens profond, son utilité. Il doute de l’art, de son art, de la capacité des autres à comprendre l’art. Ce doute le laisse oscillant en une incertitude schizophrénique entre celui qui écrit et celui qui range les papiers, entre le poète et le tâcheron :

« Il y a / deux hommes en moi/ l’un écrit/l’autre pas il lit – il classe – il range il trie »

Mais ce doute l’entraîne aussi dans une forme de paranoïa sclérosante, l’empêchant de proposer ces textes par crainte de la cohorte de tous les refus.

« peur du libraire/ qui refuse de vendre mes livres/ peur de l’éditeur qui refuse de prendre mon manuscrit/ peur du lecteur/ qui ne lira jamais aucun de mes poèmes /peur… »

Auteur convaincu de son talent, il est aussi persuadé du bienfondé des critiques négatives de ses détracteurs, nourrissant ainsi sa vision schizophrénique de son moi écrivain.

« …/il pense/…/qu’il est à la fois/le tueur et la cible/l’antidote et le poison/… »

Il reste alors avec ses doutes et ses frustrations, espérant toujours écrire le livre qui changera tout, le regard des autres et l’estime de soi.

« ce livre/que je voudrais écrire/et tous ceux que j’ai écrits/pour m’en approcher »

Mais je suis convaincu que Jean Marc Flahaut est persuadé qu’il a du talent et qu’il affecte de douter de lui et de son art pour faire comprendre qu’on ne le juge pas à l’aune de ses qualités.

« c’est fou/ça n’a l’air de rien/mais ça dit tout »

Le narrateur réalise un  véritable exercice d’autodérision instillant un doute sur son art pour, au contraire, démonter qu’il est bourré de talent et que ses textes méritent toute la considération des lecteurs et des éditeurs. Ils sont déjà nombreux à le lire et à l’apprécier à l’aune de son talent réel et je ne suis certainement pas le premier à être convaincu qu’il n’est surtout pas un « Bad Writer » !

© Denis Billamboz in http://mesimpressionsdelecture.unblog.fr/2017/06/23/bad-w...

Pour commander ce livre cliquez ICI

mercredi, 21 juin 2017

Une note de lecture toute fraiche

Petit traité du noir.jpgPetit traité du noir sans motocyclette (sauf une in extremis), Roger Lahu (couverture Mare Bateau-Lahu, préface Daniel Fano, Les Carnets du Dessert de Lune, Collection Pleine lune. ISBN : 9782930607467. 90 pages, 14,00 €.

Pour commander ce livre en ligne cliquez ICI

Enterré vivant 

« Sombre.

il fait sombre, très, dans mes alentours »

Dès les premiers mots de ce recueil, le narrateur donne le ton, il est dans le noir complet, ne voyant, ne ressentant rien, sauf une mouche qui vient déranger sa quiétude angoissée. Pas de doute « ch’us mort » pense-t-il, trucidé par un coup de couteau, « une lame d’acier plantée droit net et sans bavure… » Le décor est dressé, le narrateur laisse libre court à sa créativité et à sa fantaisie. Daniel Fano, le brillant préfacier dont je viens de lire deux recueils, explore les pistes possibles pour décrypter ce texte très libre dans lequel l’auteur s’est affranchi de la ponctuation, de l’usage des majuscules et de la rigueur des césures en fin de paragraphes. Des fausses pistes peut-être mais pas si fausses qu’il pourrait y paraître. C’est au lecteur de trouver son chemin dans ce texte d’une grande richesse émotionnelle et sensitive.

Pour moi, je pense que l’auteur pensant avoir passé le cap de la moitié de sa vie, commence à se préoccuper de ce qu’elle sera après la mort. Pour ce faire, il nous emmène dans l’angoisse que connaît certainement une bonne partie de ceux qui ont choisi la crémation : la terreur d’être enterré vivant. Il paraitrait qu’on aurait trouvé des cercueils avec des traces de griffures d’ongles sous le couvercle… Il imagine alors un mort/vivant qui ne sait pas s’il est mort ou vivant, s’il survit ou s’il est ressuscité des morts dans une autre vie.

Il n’évoque pas la proximité de la mort, ses environs, comme Ooka l’a fait dans « Les Feux », il ne familiarise pas avec elle comme Sarramago dans « Les intermittences de la mort », il ne lui donne pas non plus la parole comme Zusak dans « La voleuse de livre ». Non, il l’évite, la fuit, l’élude, s’éclipse. Il faut chercher entre les lignes l’angoisse que l’auteur semble connaître car il ne parle jamais, ou si peu, de la mort, de la résurrection, du néant, il parle sans cesse d’autres choses pour vaincre cette angoisse, ironisant sur son état, « agoniser de son vivant c’est déjà assez déplaisant mais agoniser mort ça vire corvée », se réfugiant dans un long monologue qui le ramène, le plus souvent, à son enfance à son enfance quand la mort ne le concernait pas encore.

« quand j’étais petit mon pépé préféré à moi il était déjà

proche d’un certain noir

qu’on appelle « la mort » mais je ne le savais pas et c’était

« très bien

comme ça » il était très vivant dans la couleur des

Jours d’alors…. »

L’écriture, les mots comme les images d’un film d’horreur (« La nuit des morts vivants »), les mots transformés en langage des morts/vivants, les mots en forme de questions, sont un véritable refuge pour dissimuler les angoisses, repousser à plus tard ce qui adviendra inéluctablement en évitant de se laisser enterrer vivant.

« dans le noir tu écris en toute impunité

les mots sont sourds muets

une bouche d’ombre les gobe comme des petits

apéricubes aux olives

noires évidemment

et elle ricane, elle ricane elle ricane »

© Denis Billamboz in http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/51000

 

17:44 Publié dans Presse lit-on | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : roger lahu

mardi, 20 juin 2017

Soyez parmi les 21 pour 5 livres

Bonjour,

Et si pour découvrir la promotion de l'été des éditions Les carnets du Dessert de Lune, vous alliez faire une visite sur http://www.dessertdelune.be/…/p8…/Solstice_d%27été_2017.h... et étiez parmi les 21 lecteurs à recevoir cinq livres, tous publiés dans le collection Sur La Lune.

Collier de nouilles de Perrine Le Querrec & Stéphanie Buttay

Coups de ciseaux de Fanny Chiarello

Dorure légères sur l'estran de Patrick Devaux & Claude Donnay

Ne vous inquiétez plus c'est la guerre de Daniel Fano & Jean-François Octave

Spiderland de Jean Marc & Jean-Claude Flahaut

Pour en savoir plus sur chacun de ces livres, une fiche avec présentation, extraits et articles de presse peut être consultée sur le site des éditions en entrant le titre de chaque livre.

50 € au lieu de 63 €. Envoi franco de port

Bonne visite

JL Massot

www.dessertdelune.be

vendredi, 16 juin 2017

Performance

A la librairie L'autre Monde, 42 Grande Rue Aristide Briand, 89200 Avallon, vous pourrez trouver dans quelques jours les livres de Pierre Autin-Grenier: "Chroniques des faits", "Légende de Zakhor","Le poète pisse dans son violon", "Le po!ète pisse encore dans son violon" les livres de Jacques Morin: "Poèmes sportifs en Puisaye-Forterre", "Carnet d'un petit revuiste de poche", les livres de Pierre Soletti: "J'aurais voulu t'écrire un poème", "Je dirais que j'ai raté le train" et "Please Plant this book" de Richard Brautigan.

Le 22 juin à 18h30, performance de Pierre Soletti.

mercredi, 14 juin 2017

Coline Bruges-Renard

Coline Bruges-Renard, illustratrice du recueil "Jours de liesse" de Saïd Mohamed expose ses dessins.

[C]201705 RMG.jpg

Jours de liesse.JPG

mardi, 06 juin 2017

Katy Garcia lit "Le vin des crapauds"

Le Vin des Crapaud.jpgKaty Garcia lit "Le vin des crapauds" de Saïd Mohamed (linogravures de Bob De Groof)

Pour écouter cette lecture télécharger le lien suivant : https://we.tl/1fG5KjjShw

Said Mohamed dédicacera ce livre au marché de la poésie de St-Sulpice (Paris 4e) le samedi 10 juin à 18h sur le stand 209/516 des éditions Les Carnets du Dessert de Lune.