Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 20 août 2018

Une note de lecture pour "Et aussi les arbres"

Et aussi les arbres.jpgUne note de lecture pour Et aussi les arbres d'Isabelle Bonat-Luciani
 second recueil publié aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune.

Pour en savoir plus sur ce recueil, lire un extrait, d'autres articles de presse, pour l'acquérir rendez-vous sur Et aussi les arbres

"Entre deux scènes de bistrot qu’elle tient, observant avec acuité la clientèle, une jeune femme rameute quelques souvenirs âpres d’un passé proche, de plus loin encore lorsqu’enfant, jeune ado elle connut la sensualité, l’amour. Fut-ce un amour interdit ? Le lecteur suit ces longs poèmes qui s’infiltrent dans une conscience sans cesse alertée, où le moindre fait, entre rêve et réalité, prend assise : la mémoire donne des tableaux assez crus, naturalistes, d’une famille, avec un père absent, revenu de la guerre, qui n’honore plus l’épouse pour cause, avec un jeune Arnaud fou de Robert Smith et des Cure, avec cette femme qui n’a pu oublier tous les moments passés avec cet Arnaud, victime par ailleurs d’un beau-père incestueux : du moins le poème l’affiche comme sûr, et même la mère de fiction le savait.

Dans une atmosphère qui rappelle – et ce n’est pas le moindre mérite de l’auteur – celle que « Blesse ronce noire » de Claude Louis-Combet avait peinte, avec ses amours fous et interdits, le livre énonce sans cesse la lisière de ce qui peut être dit, ou enfoui, secret, pathologique, au sein d’une famille.

L’écriture, en longs thrènes rageurs et rebelles, donne à sentir une émotion que le temps a conservée intacte : les mots ou les scènes d’amour, de gestes sont là, à portée de mots, sans une once de travestissement sentimental.

Une réussite, qui vaut aussi pour l’exploration, peu traitée, des corps qui se débattent, des âmes qui se souviennent, des sensations brutes de délaissement, d’effroi. La mort de la mère est en elle-même un tombeau de tous les départs.

Violence, amour en « marge », « mots agglutinés dans la chair », « nous habitions des ruines » - ce château symbolique du refuge de la jeune femme - : « les mots se déploient comme le font les oiseaux » sont bien l’expression d’une ferveur anéantie, qu’il faille retrouver comme l’écho perdu, et le poème, et le livre en sont les cristaux de la déperdition.

Un beau livre. © Philippe Leuckx in Texture, août 2018

Et aussi les arbres – Isabelle Bonat-Luciani
Genre : Poésie. AvantPropos : Manuel Plaza. Collection Pleine Lune.
Format 14 cm x 20 cm. 76 pages imprimées sur papier bouffant 90 gr et Conqueror Vergé 250 gr. ISBN 9782930607702. 13 €.

mardi, 14 août 2018

Un extrait de "La quadrature du cercle"

La quadrature.jpgSur la chaîne Les Carnets du Dessert de Lune sur Youtube un extrait de "La quadrature du cercle" de Jean-Christophe Belleveaux illustré par Yves Budin et préfacé par Roger Lahu

Pour voir, pour écouter, cliquez sur Youtube

Pour en savoir plus sur ce livre sur l'auteur, l'illustrateur, rendez-vous sur Le livre

 

 

 

Jusqu'au 31 août 2018, ce recueil vous sera offert à l'achat du recueil "Démolition" du même auteur.

Les 2 en 1 

jeudi, 02 août 2018

Les 2 en 1 jusqu'au 31 août

Les 2 en 1 aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune

Jusqu'au 31 aout, vous commandez sur le site des éditions un (et même plus) des dix livres proposés et vous recevrez gratuitement le second livre de l'auteur.

(auteur et illustrateur recevront leur droit d'auteur pour les 2 livres.)

Paiement sécurisé via CB ou Paypal.

La commande peut aussi être passée par mail à dessertlune@gmail.com avec paiement par chèque à l'ordre des éditions.

Envoi Franco de port dès réception de votre commande.

Pour tout savoir sur cette offre rendez-vous sur

http://www.dessertdelune.be/agrave-la-lune/les-2-en-1-au-dessert-de-lune-jusquau-31-aout

et faites votre choix.

vendredi, 27 juillet 2018

Une note de lecture pour "Et aussi les arbres"

Cette belle note de lecture signée Patrick Devaux à propos du deuxième recueil d'Isabelle Bonat-Luciani "Et aussi les arbres" paru récemment aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune.

(Isabelle Bonat-Luciani sera en dédicace ce samedi 28 juillet, à partir de 15h sur le stand des Dessert de Lune, aux Voix Vives de la Méditerranée, à Sète et ce vendredi 27 juillet c'est Saïd Mohamed qui lira des extraits de ses propres recueils à partir de 18h, place du Pouffre, toujours à Sète.)

"Tous les sens de l’auteur sont en éveil à écouter, entendre, distinguer, ressentir à fleur de souvenir jusqu’au trouble qui mêle le haut et le bas, la cime et la racine de l’être, la sève de vivre : « Le ciel a débarrassé le plancher. Il est dans ma tête. Au fin fond. Toujours ça revient ». Les mots sont « tagués » les uns aux autres « pour tenir loin des désordres. Pour tenir loin des solitudes ».

Souvenir d’un premier amour ? Certes. Mais sans « Il était une fois » parce que l’évènement tourne en boucle.

Avec un ton faussement anodin, des choses importantes sont dites, toujours avec cette façon un peu explicative, voire professorale : « Parfois elle lui disait que pour aimer il valait mieux ne jamais rien savoir ».

Avec retours sur l’adolescence, l’image des parents, de la mère plus particulièrement, du corps qui se modifie, la vie en évolution parle à travers le temps qui se souvient de façon obsessionnelle : « Les gens marchent mais c’est dans ton image qui fissure le sol » ou encore : « Lorsque j’approche de ton absence, il y a ce toi bien trop immobile pour regarder ».

L’intrigue persévère ainsi entre châteaux en Espagne à venir construits si possible sur un seul château de sable du passé, semblant doubler le récit sans qu’elle ne se dévoile facilement.

Le secret évolue avec la progression du récit. Mieux que l’intrigue elle-même, on vit une sorte de mystère existentiel, douloureux, profond. Peut-être s’agit-il d’ailleurs du processus même de l’adolescence à appréhender avec ses espoirs et ses dangers.

Même Dieu passe dans ce joyeux désordre. Le langage de l’auteur est boulimique, carnassier, Isabelle ne laissant rien passer jusqu’à ce qu’on comprenne le tragique dénouement : « Je me souviens de ta tempe abritant un trou mais que je n’avais pas su regarder. Alors je chante les chants que tu m’as laissés » .

Le rêve et le cauchemar procèdent de la même origine. Cette manière d’écrire fait, à mon sens, partie d’un mouvement qu’on pourrait qualifier de « sensitif », quelque chose du balbutiement de nos recherches popularisées de la profondeur d’être, une sorte de psychanalyse vulgarisée à la compréhension de tous, exprimée comme : « Je ne sais pas ce qui remue dans mon corps prend ou donne. C’est bruyant et sourd faisant naître des chemins jusqu’à ma tête ».

Jean-Louis Massot, éditeur et auteur lui-même, initie ses choix de manière à révéler, in fine, un quasi mouvement créatif global qui ressemblerait à sa recherche personnelle profonde. Choisir des auteurs et des textes procède également de l’acte créatif. Et c’est fort le cas pour « Et aussi les arbres », le titre du livre intriguant lui-même jusqu’aux racines neurologiques d’une écrivaine qui pense ce qu’elle écrit avec une conviction vitale et essentielle."

© Patrick Devaux, juillet 2018

mercredi, 25 juillet 2018

L'extrait sur Youtube du jour

Petit traité du noir.jpgL'extrait de ce jour "Petit traité du noir sans motocyclette (sauf une in extremis)" de Roger Lahu est à écouter sur la chaine "Les Carnets du Dessert de Lune" sur Youtube

Pour en savoir plus sur ce recueil, c'est ICI

On peut aussi le demander en librairie.

mardi, 24 juillet 2018

Où l'on en parle

Datés du jour de ponte.jpgOù l'on parle d'un livre qui a pris le temps de se faire mais qui, finalement, est paru en 2016 :
"Datés du jour de ponte" de Bernard Bretonnière. Illustré par Jeanne Frère et préfacé par Jean-Pierre Verheggen, c'est aux Carnets du Dessert de Lune dans la collection Pleine Lune et c'est toujours disponible.

Pour lire l'article c'est sur le site de Mobilis, par ICI.

lundi, 23 juillet 2018

Frédérick Houdaer en dédicace à Sète

Pardon my French.jpgStop - Frédérick Houdaer - Stop - Dédicacera - Stop - Quelques exemplaires - Stop - De "Pardon My French" - Stop - Demain mardi 24 juillet - Stop - Entre 11h00 et 12h00 - Stop - Sur le stand des éditions Les Carnets du Dessert de Lune - Stop - Aux Voix Vives de La Méditerranée - Stop - A Sète - Stop.

dimanche, 22 juillet 2018

Voix vives de la Méditerranée, 2018

20180721_112359_resized (1).jpgAux "Voix Vives de La Méditerranée" à Sète, les Editions Les Carnets du Dessert de Lune y sont présentes jusqu'au samedi 28 juillet.

C'est Saïd Mohamed qui est à la manœuvre pour vous faire découvrir les récentes parutions et plus de 80 titres des différentes collections.
Il vous dédicacera ses recueils "Le vin des crapauds", "Jours de liesse", "L'éponge des mots" et "Souffles" si vous le lui demandez.
Et il en fera lectures le vendredi 27 juillet à 18h00, place du Pouffre.

 

Le samedi 28 juillet de 15h00 à 16h00 et même un peu plus tard, Isabelle Bonat-Luciani viendra dédicacer ses deux recueils "Et aussi les arbres" et "Quand bien même".

Il est fort probable et même certain qu'à un moment ou à un autre, mais quand ? Frédérick Houdaer viendra dédicacer "Pardon My French".
Ne ratez pas cette occasion car il y a peu d'exemplaires.

Pour le reste, profitez-bien de Sète et abusez des tielles et de la poésie.
www.dessertdelune.be

samedi, 21 juillet 2018

Un extrait lu du recueil "Le vin des crapauds"

Le Vin des Crapaud.jpgEn ce 21 juillet, jour de fête nationale des belges, un extrait du recueil "Le vin des crapauds" de Saïd Mohamed, illustré par des  linogravures de Bob De Groof et préfacé par Cathy Garcia.
C'est à écouter sur la chaine "Carnets du Dessert de Lune". ICI

Pour en découvrir plus de ce recueil paru dans la collection Pièces Montées, rendez-vous sur "Le vin des Crapauds" ou demandez-le à votre libraire.

lundi, 16 juillet 2018

Page 55 de "Sans Abuelo Petite

Sans Abuelo petite.jpgUn petit extrait du recueil "Sans Abuelo petite" de Cécile Guivarch à écouter sur la chaîne Les Carnets du Dessert de Lune

Recueil illustré en couverture par Jérôme Pergolesi et préfacé par Luce Guilbaud.

Pour en découvrir plus, lire des extraits, des articles de presse ou le commander c'est LA.  

On peut aussi le demander en librairie.

dimanche, 15 juillet 2018

Quelques pages de "Trente cette mère - maintenant -"

Trente cette mère - maintenant - .jpgPour écouter sur la chaine "Les Carnets du Dessert de Lune" de Youtube des extraits de "Trente cette mère - maintenant-" de marcella & pépée, cliquez ICI.

Pour découvrir ce recueil, lire des extraits, des articles de presse, l'acquérir c'est sur le site des éditions. Nouveautés.

samedi, 14 juillet 2018

Poisson dans l'eau. Extrait lu.

poisson dans l'eau.jpgEn juillet, reprise de lectures d'extraits des livres des Carnets du Dessert de Lune.
En ce samedi 14 juillet "Poisson dans l'eau" d'Albane Gellé et Séverine Bérard.
Pour écouter c'est ICI :
En savoir plus sur ce livre, l'acquérir c'est LA.
Ou le demander en librairie.

lundi, 25 juin 2018

Où l'on a parlé de "Et aussi les arbres"

Et aussi les arbres.jpgInterviewée par Marie-Pierre Soriano, Isabelle Bonat-Luciani était, il y a quelques jours, l'invitée de Rock'n Pages pour parler de son second recueil "Et aussi les arbres" qui vient de paraître aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune, avec un avant-propos de Manuel Plaza.
Pour écouter ou réécouter l'émission, c'est par LA.
Pour découvrir ou redécouvrir le recueil, c'est par ICI.

mardi, 19 juin 2018

Une note de lecture pour "Trente cette mère -maintenant -"

Trente cette mère - maintenant - .jpgSi vous souhaitez lire la première note de lecture signée Denis Billamboz à propos de ce nouveau recueil de Marcella & Pépée, je vous invite à vous rendre sur la page d'accueil du site en cliquant ICI.

Bonne visite.

JL Massot

 

dimanche, 17 juin 2018

Où l'on parle de "Poisson dans l'eau"

poisson dans l'eau.jpgAlbane Gellé & Séverine Bérard - Poisson dans l'eau. Les Carnets du Dessert de Lune. Mai 2018. Collection jeunesse Lalunestla
ISBN 9782930607825. 10 €
 
Marguerite est une petite fille qui sait ce qu’elle veut, elle a ses petits caprices, elle ne porte pas n’importe quoi, ne se coiffe pas n’importe comment, ne confie son élégance à quiconque. Elle fait du sport même dans le salon. Elle est vive, tonique et décidée mais elle se pose des questions importantes : la petite souris existe-t-elle ? Pourquoi les fakirs mettent la tête sur des clous ? Elle est aussi très occupée, elle joue sans prendre soin de la toilette qu’elle a minutieusement choisie. Elle ne mange pas tout ce qu’on lui propose, elle n’aime pas tout. Marguerite est une petite fille qui dévore la vie, elle est heureuse comme un poisson dans l’eau, elle vit à cent à l’heure et le soir elle dort bien même s’il faut scrupuleusement respecter le cérémonial du coucher pour qu’elle s’endorme pleine d’amour pour maman.
C’est un très joli petit texte qu’Albane Gellé a écrit pour habiller les dessins en noir et blanc avec beaucoup de rouge quand même, un rouge bordeaux, ça confère une certaine élégance au livret, que Séverine Bérard a réalisé pour Marguerite. A travers le récit d’une journée de Marguerite, c’est un message d’amour, un gros câlin, que maman Albane destine à sa petite fille adorée. Un récit que chaque maman, chaque mamie, et même les papas et les papis, peuvent lire à leur bout de chou adoré, les garçons aimeront autant que les filles, et tous réclameront qu’on leur lise et relise cette histoire d’une petite fille adorable. Je n’ose pas croire que maman a écrit ce texte pour dépeindre la petite fille qu’elle rêve d’avoir, pour que la sienne rêve de devenir comme Marguerite. Non, toutes les petites filles sont adorables et comme les petits garçons, elles aiment les belles histoires. Mais attention si vous ne veillez pas au grain cette histoire pourrait bien venir allonger un peu plus le cérémonial du coucher.
Et pourquoi ne pas donner ce texte à votre chère petite tête blonde quand elle commencera à lire pour qu’elle sache comment elle était quand elle plus petite encore, ça pourrait lui donner le goût de la belle écriture ?
© Denis Billamboz, juin 2018 in http://mesimpressionsdelecture.unblog.fr/
 
Pour découvrir ce livre, lire des extraits, l'acquérir c'est ICI  (l'envoi est franco de port) mais vous pouvez aussi le demander chez votre libraire.

samedi, 16 juin 2018

Le "Visions of Basquiat" par Yves Budin

Ce samedi 16 juin on parle du Basquiat d'Yves Budin dans Le Carnet et les instants.
yves budinYves Budin - Visions of Basquiat - Les Carnets du Dessert de Lune. Collection Pièces Montées. 2018. 
​Jean-Louis Massot a assurément le sens de la pertinence éditoriale. Après avoir accompagnéYves Budin dans ses aventures graphiques consacrées à Miles Davis, à Jack Kerouac et à David Bowie, voilà que les deux hommes franchissent, dans un volume saisissant, un nouveau pas. Les Carnets du Dessert de lune s’ouvrent cette fois à Jean-Michel Basquiat, cet artiste d’origine haïtienne dont les gestes fulgurants ont traversé New York pendant quelques années: il a couvert les murs de Manhattan de graffitis, il a collaboré avec Andy Warhol, avec Keith Haring et avec Francesco Clemente puis s’est mis à exposer plusieurs centaines de tableaux dans différentes galeries…
C’est entre la fin des années 1970, avec les gestes graphiques dans les rues, et les années 1980 avec son entrée fracassante dans le milieu de l’art contemporain qu’Yves Budin saisit Basquiat, dans une ville ruinée, violente et déchirée. Il y plonge avec lui, le suit dans les rues, entre dans son atelier, est à côté de lui quand il peint, et l’écoute…
Entre la mise en page de la bande dessinée et l’explosion graphique de Basquiat, il dessine et peint sa vie; il ne donne là ni une analyse ni une restitution, il ramène des traces à la surface de la page, dans un noir et blanc somptueux qui rappelle les maîtres Hugo Pratt et Alberto Breccia et quelques explosions de couleurs aussi impressionnantes que celles que provoque le peintre avec ses marqueurs et ses acryliques.
Tout au long, il fait courir une parole suspendue, faite de bouts de phrases, de citations, d’énumérations :
J’assure
Je sature
Je suture
Je rature
Je hachure
Je fulgure
Surtout, il nous met face à Basquiat qui nous regarde. On ne peut lui échapper : « Regardez-moi, maintenant… »
Et ces visions nous laissent K.O. Un coup de poing dans le cœur !
© Thibault Carion
Pour lire l'article sur le site du Carnet et les Instants et voir un reportage sur Yves Budin c'est ICI . 
Yves Budin expose ses nouvelles créations à l'espace 7, place Vieille Montagne à Liège jusqu'au 29 juin.
Infos : Espace Sept 

vendredi, 15 juin 2018

Où l'on parle de Et aussi les arbres

Et aussi les arbres.jpgSi vous n'avez pas eu l'occasion de l'acquérir à la Comédie du livre à Bordeaux ou plus récemment au marché de la poésie de St-Sulpice, vous pouvez toujours vous rattraper en allant remplir votre panier sur le site des éditions C'est Là ou le demander à votre libraire.

Pour en lire les premières critiques C'est ici.

 

lundi, 04 juin 2018

Ce sera le dimanche 10 juin

En ce premier jour de la semaine, je vous communique le programme des séances de dédicaces du dimanche 10 juin pour les éditions Les Carnets du Dessert de Lune sur le stand 209 du marché de la poésie de St-Sulpice.

Peut-être nous verrons-nous ou nous croiserons autour d'un livre, d'un verre, à l'ombre d'un marronnier.

Cordialement
JL Massot
www.dessertdelune.be

Le dimanche 10 juin de 12h54 à 17h37.

 
Thomas VINAU. De 12h54 à 13h54, il dédicacera "Autre chose".
Plus de détails.
Pascal BLONDIAU. De 12h54 à 13h54, il dédicacera "Sept novelettes (et quelques)".
Plus de détails.
 
Michaël GLÜCK et Pascaline BOURA. De 14h07 à 15h07, ils dédicaceront"Nuova prova d'orchestra" et "Prova d'orchestra".
Plus  de détails.
Plus de détails.
 
Perrine LE QUERREC. De 15h20 à 16h20, elle dédicacera "La Patagonie".
Plus de détails.
MARCELLA & PEPEE. De 15h20 à 16h20, elles dédicaceront "Trente cette mère - maintenant - ".
Plus de détails.
 
Pascal BLONDIAU. De 16h37 à 17h37, il dédicacera "Dès l'instant".
Plus de détails.
 
Ce qui clôturera les séances de dédicaces où les minutes et même les secondes auront toute leur importance.

samedi, 02 juin 2018

Ce sera le samedi 9 juin au marché de la poésie de St-Sulpice

jeudi, 31 mai 2018

les séances de dédicaces du 8 juin sur le 209

Vous informer de ceci:
LE VENDREDI 8 JUIN, ils et elles signeront leur recueil sur le stand 209 des éditions les Carnets du Dessert de Lune au Marché de la poésie de St-Sulpice à Paris. Une belle occasion de rencontrer ces auteurs et de découvrir ou de redécouvrir leur recueil.
Cordialement et peut-être à bientôt.
JL Massot
www.dessertdelune.be
 

MARIE EVKINE
- De 14h07 à 15h07, elle dédicacera "Et la nuit".
Plus de détails prochainement sur le site du Marché de la Poésie.


CHANTAL COULIOU
- De 15h20 à 16h20, elle dédicacera "Croqués sur le vif"Plus de détails
et "Le chuchotis des mots"Plus de détails 
FRANCESCO PITTAU
- De 15h20 à 16h20, il dédicacera "Tête dure".
Plus de détails bientôt en ligne sur le site du Marché de la Poésie


ISABELLE BONAT-LUCIANI
- De 16h37 à 17h37, elle dédicacera "Quand bien même". Plus de détails
JEAN-LOUIS MASSOT
- De 16h37 à 17h37, je dédicacerai "Séjours là, suivi de D'autres vies" éditions MEO. Plus de détails 


SYLVIE DURBEC
- De 17h50 à 18h50, elle dédicacera "Chaussures vides/Scarpe vuote". Plus de détails 
PASCAL BLONDIAU
- De 17h50 à 18h50, il dédicacera "Dès l'instant". Plus de détails


CHRISTOPHE BREGAINT
- De 19h14 à 20h14, il dédicacera "Encore une nuit sans rêve". Plus de détails
FABIEN SANCHEZ
- De 19h14 à 20h14, il dédicacera "Dans le spleen et la mémoire"Plus de détails